Actualités / Jeux

10 ans après, la fellation girafe de Resident Evil 6 reste sans précédent

10 ans après, la fellation girafe de Resident Evil 6 reste sans précédent

De nombreux jeux vidéo en pré-sortie subissent le sort de devenir le sujet de mèmes. Assassin’s Creed a été critiqué pour avoir fait fondre les visages des PNJ, et de nombreux « dégradations visuelles » ont lancé des campagnes de fans qui savent tout pour parler de développeurs méprisables. Mais l’une des plus drôles de tous les temps est cette semaine qui a dix ans : Resident Evil 6‘s logo.

Le logo, bien sûr, est de nature assez anodine. Resident Evil est un jeu sur les virus, et le logo est censé ressembler à un virus sous un microscope ou autre. Je comprends. Je le vois. Mais à l’approche de la sortie de Resident Evil, les gens ont vu tout autre chose.

Capcom a appris sa leçon et a amélioré les jeux ultérieurs.

Ils ont vu une girafe se faire abattre par une silhouette en double. Et maintenant que je l’ai dit, même ceux d’entre vous qui n’étaient pas en ligne en phase terminale en 2012 le voient probablement aussi. Le logo de la girafe BJ ne peut pas être invisible, comme un test de Rorschach débauché.

Je me souviens vraiment très bien de la folie de cette époque. Les médias en ont parlé. Les utilisateurs de Twitter et du forum étaient incrédules. Les artistes fans de Gleeful Sicko l’ont redessiné avec une clarté alarmante que je ne ferai certainement pas de lien ni d’image ici. Le logo a procuré une grande joie aux gens et, à la fin, même Capcom a discrètement fait référence à son statut de mème dans quelques publications sur les réseaux sociaux, désormais révolues.

Cette époque était celle où Resident Evil en était un, l’équivalent du développement de jeux vidéo de quelqu’un qui avait pris trop de quelque chose, ce qui faisait que son cerveau tournait à un million de kilomètres à l’heure. Toute idée que la série devait être ancrée ou terre-à-terre avait été éjectée. Avec l’ambiance autour de la série en ce moment, je suis toujours un peu étonné que la série n’ait pas déclenché une crise Dino et envoyé les zombies dans l’espace.

On dirait un boys band de mauvaise humeur des années 2000.

L’hilarité accidentelle du logo, dans ce sens, semblait correspondre exactement à l’endroit où se trouvait la série à l’époque – souvent involontairement drôle et mal interprétée, vendant des seaux en dépit d’être sur un chemin qui était, soyons juste, assez désordonné et un pipi peu de merde.

Penser au logo et au dixième anniversaire de Resident Evil 6 met également en évidence autre chose : à quel point Capcom a été courageux et intelligent avec son choix d’atténuer les choses et de revenir à l’essentiel pour Resident Evil 7.

Dans des situations comme celle-ci, les sociétés de jeux vidéo voient rarement l’iceberg arriver. Bien qu’il n’ait pas tout à fait répondu aux attentes de Capcom, en termes de ventes, Resident Evil 6 a finalement été aussi réussi que Resident Evil 5 – se déplaçant à plus de 8 millions d’exemplaires. Quelles que soient les attentes de Capcom, cela en faisait à l’époque l’un des deux jeux Resident Evil les plus vendus à ce jour, et bien dans le top 5 des jeux Capcom de tous les temps. La chose la plus simple à faire aurait été d’en faire un autre, mais de le peaufiner davantage et d’éviter le logo embarrassant et de payer des frais de marketing exorbitants pour se faire ridiculiser par Conan O’Brien pour être hyper camp.

Léon, un professionnel.

Et pourtant, Capcom a senti l’humeur changer alors même qu’il faisait un clin d’œil effronté au mème de la girafe dans les publications sur les réseaux sociaux, et a fait un ajustement. L’iceberg à venir – des gens fatigués d’un Resident Evil boules contre le mur, stupide, pas très effrayant – a été dirigé avec style et substance. La série a livré quelque chose de nouveau. Dix ans plus tard, il est difficile de considérer les décisions prises à la suite de RE6 pour le prochain jeu comme autre chose que du génie.

Cette réflexion a été récompensée. Le relativement terre-à-terre Resident Evil 7 se situe à 11 millions d’exemplaires vendus. Le remake de Resident Evil 2, également dépouillé, se rapproche des 10 millions; et ces titres RE explosifs sont désormais classés sixième et septième sur la liste des best-sellers de tous les temps de Capcom. Le changement a fonctionné et Resident Evil est sans doute en meilleure santé qu’il ne l’a jamais été. Et, jusqu’à présent, aucun des logos n’a ressemblé à un acte sexuel. Peut-être que RE9 sera à la hauteur sur ce front – espérons-le.

Noter cet article

Articles en lien