Playstation

#9 – Star Wars Jedi : Survivant

À moins qu'elles ne fassent le même genre de saut de qualité qu'Assassin's Creed II, les suites ont souvent du mal à susciter le même genre d'enthousiasme que leurs prédécesseurs. Une quantité connue dans un deuxième jeu, c'est une critique courante que Respawn Entertainment a réussi à éviter dans un suivi qui est plus grand et meilleur à tous points de vue. Star Wars Jedi : Survivor, ce sont des jeux vidéo d'une galaxie lointaine, très lointaine, à leur apogée.

Le sympathique protagoniste Cal Kestis revient pour une aventure plus confiante qui met l'accent sur l'exploration de vastes planètes et l'élimination des antagonistes du côté obscur que vous rencontrez en cours de route. Les positions au sabre laser vous permettent de personnaliser le combat en fonction de vos besoins (même en introduisant un Blaster) tandis que sortir des sentiers battus s'avère gratifiant avec des points de compétence, de nouvelles énigmes à résoudre et bien plus encore. Avec une base de plus en plus grande où revenir pendant les temps d'arrêt, il ne correspond pas tout à fait à la définition d'un jeu en monde ouvert, mais ses nombreux espaces de jeu étendus reproduisent ces grands du genre. Même en dévoilant de nouveaux secrets une fois la campagne principale terminée, Star Wars Jedi: Survivor rend la traversée de ses mondes tout aussi gratifiante que addictive.

Ce qui l'élève, c'est une histoire tout aussi satisfaisante. Un groupe de personnages de retour et de nouveaux visages (humains et extraterrestres) proposent leur aide à Cal dans sa quête pour écraser l'Empire Galatique et trouver un moyen de se cacher d'eux sur une planète que l'on croit perdue dans le temps. Cela renforce vos rangs à votre base et crée une boucle satisfaisante dans laquelle vous créez un foyer accueillant tout en recherchant le seul endroit sûr vers lequel vos amis peuvent émigrer. Avec de nouvelles personnalités comme Turgle et Skoova apportant un soulagement comique véritablement drôle, vous rirez autant que vous pleurerez pendant la campagne de 20 à 30 heures.

Noter cet article