Actualités / Jeux

Activision s’excuse pour la peau de chien « Warzone » prétendument volée

Activision s'excuse pour la peau de chien "Warzone" prétendument volée

Images suivantes d’une nouvelle peau de chien dans Call of Duty : zone de guerre étant supprimé par Activision Blizzard en raison d’accusations de plagiat, l’éditeur a présenté des excuses à l’artiste original.

Artiste Sail Lin pris sur Twitter le 29 juillet pour alléguer que leur travail original de 2019 avait été volé par la société, soulignant des imitations claires par Activision pour la peau «Loyal Samoyed» dans Call of Duty : zone de guerre.

Lin a dit Kotaku qu’ils n’avaient pas été en contact avec Activision et n’avaient aucune idée que l’éditeur allait ajouter le skin au jeu. Les deux versions ont le même sac à dos, la même poche de hanche et la même coudière, ainsi que des vêtements pratiquement identiques, sans changement de couleur.

À l’époque, Lin avait contacté Activision pour une « explication ou une compensation » et espérait que la situation serait « réglée bientôt ». Ils ont dit qu’en dépit d’être un Appel du devoir Joueur eux-mêmes, ils ont été « très déçus » de voir leur travail volé par une « grande entreprise comme Activision de cette manière ».

Appel du devoir : zone de guerre. Crédit : Activision Blizzard

Activision a maintenant publié une déclaration (via, Polygone) prenant ses responsabilités, déclarant : « Nous avons le plus grand respect pour la créativité et la création de contenu. Nous adorons le Loyal Samoyed, mais malheureusement, nous avons commis une erreur dans notre processus et avons supprimé cette image du jeu. Nous nous excusons pour le faux pas.

En réponse aux excuses, les fans de la série ont émis l’hypothèse que cela était peut-être dû au fait qu’un employé était « surchargé de travail et sous-payé ».

Les suggestions de conditions de travail négatives surviennent alors que Nintendo fait face à une deuxième plainte contre eux auprès du National Labor Relations Board qui allègue que l’entreprise, aux côtés d’une entreprise contractante, a établi des «règles coercitives» et que les employés ont été licenciés, sanctionnés ou ont fait l’objet de représailles pour avoir discuté les conditions de travail.

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.