Critique: Clash Force (Nintendo Switch)

Critique: Clash Force (Nintendo Switch)

«Lettre d'amour aux jeux d'action et de tir classiques 8 bits et aux dessins animés des années 80», Clash Force réussit à capturer l'esprit de ceux-ci mais échoue dans quelques domaines clés.

Une invasion des forces du mal vous appelle à sauver la situation! Je vais pardonner l'intrigue car un jeu de plateforme run-and-gun comme celui-ci n'a pas besoin de beaucoup d'histoire. Les ennemis sont principalement robotiques, un peu comme ceux que vous voyez dans un jeu Mega Man, ils fonctionnent donc bien ici dans Clah Force.

Les commandes sont aussi simples que vous pourriez vous y attendre. Pourtant, le jeu comprend un petit niveau de didacticiel en option pour vous permettre de vous familiariser avec eux. Curieusement, il omet que vous puissiez maintenir les déclencheurs droits pour des prises de vue en continu. Je l'ai découvert par moi-même, mais celui qui a fait le tutoriel a laissé tomber la balle là-dessus.

Trois choix de difficultés sont proposés – Normal, Difficile et Expert – mais j'ai eu du mal à remarquer une grande différence entre les deux premiers. Le défi ne consiste pas tant en rampe qu'en flux et reflux. La facilité de nombreuses étapes pourrait rendre les joueurs chevronnés ennuyés. Inversement, être 100% linéaire peut être frustrant lorsque vous atteignez un pic de difficulté.

Il n'y a pas de points de contrôle dans une étape, mais ils ne sont pas terriblement longs et vous avez trois cœurs. Des bonus de bouclier et des bonus d'armes en option à la fin aident Clash Force à limiter le type de difficulté gênante qu'ont eu de nombreux jeux 8 bits.

J'ai joué jusqu'à l'étape 17, où le bon marché fait enfin une percée. Cette étape est chargée d'ennemis que vous ne pouvez pas détruire, ce qui ne correspond pas vraiment au reste du jeu jusqu'à ce point. Les placements sont également bon marché, les pires ennemis étant placés près des mises sous tension des armes.

S'il y avait eu une coopérative, j'aurais traversé les dernières étapes. Mais ce jeu manque de multijoueur. Tous les jeux n'ont pas besoin de coopération, mais Clash Force semble avoir vraiment dû l'avoir, et son absence mérite absolument d'être signalée.

Clash Force a fière allure pour le style qu'il vise, et la musique est appropriée et robuste. Les contrôles sont serrés aussi, mais chaque personnage contrôle de manière identique, sans rien d'unique à noter. Une autre occasion ratée.

La coopérative Minus, avec un peu de coût tardif et un manque de diversité des personnages, fait tomber Clash Force de plusieurs chevilles. Ce n'est certainement pas une mauvaise petite version, mais si vous recherchez un titre de meilleure qualité de Spicy Gyro Games avec plus de viande sur ses os, je recommande fortement Polyroll au lieu.

Fun Academy

Related Posts

Critique: Goosebumps Dead of Night (Nintendo Switch)

Critique: Goosebumps Dead of Night (Nintendo Switch)

Critique: Banner of the Maid (Nintendo Switch)

Critique: Banner of the Maid (Nintendo Switch)

Swimsanity et Banner of the Maid se joignent au tour d'horizon de l'eShop de cette semaine

Swimsanity et Banner of the Maid se joignent au tour d'horizon de l'eShop de cette semaine

Critique: Brightstone Mysteries: Paranormal Hotel (Nintendo Switch)

Critique: Brightstone Mysteries: Paranormal Hotel (Nintendo Switch)

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents