Nintendo

Critique : Courir sur Magic (Nintendo Switch)

runningonmagic4-jpg

On ne peut pas distancer la mort, n’est-ce pas ? Ce serait une chose égoïste à faire (il faut faire de la place aux jeunes talents, après tout). Mais pourrions-nous au moins aller plus loin si nous avions accès à un peu de magie ? Comme nous le découvrons dans Running on Magic, cela dépend presque entièrement de votre capacité à chronométrer vos sauts.

Running on Magic est un jeu de plateforme de coureurs dans lequel vous vous dépêchez à travers le monde avec la mort sur vos talons. Heureusement, le Grim Reaper n’est pas très pressé de vous ralentir. En fait, il vous aide au début en vous ramenant à la vie après une vilaine chute. Il vous donne également la possibilité d’acquérir et d’utiliser la magie pour rester en vie. Fair est juste contre ce monde dur et généré de manière procédurale, et il ne veut pas que ses pièges vous prennent la vie trop tôt.

Alors, tu cours. Le jeu vous déplace automatiquement à l’une des quatre vitesses disponibles. Il y a une vitesse lente pour les débutants qui vous aide à avoir une idée de vos capacités de plate-forme, mais j’ai trouvé que c’était aussi lent. La vitesse normale donne un rythme décent et je n’ai jamais essayé d’aller plus vite. C’est parce que, comme dans la vraie vie de nos jours, éviter la mort est déjà déjà assez difficile.

Running on Magic utilise des niveaux générés de manière procédurale pour s’assurer que rien n’est jamais la même chose deux fois. Vous ne pouvez pas mémoriser où se trouveront les monstres, les sauts difficiles et les dangers environnementaux, donc pour vous améliorer, il vous suffit de lire ce qui vous attend et d’ajuster rapidement vos plans. L’essentiel de l’action est géré en chronométrant vos sauts et en vous rendant au bon endroit. Bien que le jeu vous pousse vers l’avant, vous pouvez accélérer et reculer dans une certaine mesure. Cela vous laisse un peu de temps pour déterminer si vous voulez sauter entre une ligne d’ennemis, par exemple, ou utiliser votre magie pour flotter au-dessus d’eux. Cependant, la magie s’épuise rapidement et il n’est pas toujours facile d’en obtenir plus (en particulier dans les niveaux de difficulté les plus élevés). Donc, si vous l’utilisez pour éviter les ennemis, il se peut qu’il ne vous en reste plus pour un saut qui ne peut pas être effectué sans lui. Votre niveau de compétence déterminera le nombre de coups que vous pouvez prendre avant que ce soit terminé. Et quand vous mourez, c’est retour au début du niveau sans rien pour prédire à quoi il ressemblera cette fois.

La mécanique est simple et précise. Contrôlez la vitesse/direction de votre personnage avec le joystick gauche, sautez avec le bouton A et frappez au sol avec Y. Plus vous avancez, plus tout cela devient difficile à naviguer. Le défi est entièrement centré sur votre capacité à éviter ce que vous devez et à dépasser ce que vous pouvez, et il n’est jamais entravé par des contrôles qui semblent maladroits ou injustes.

L’action dans Running on Magic est assez basique, mais elle est complétée par un sens de l’humour fantaisiste qui vous transporte. Le Grim Reaper est dépeint comme un homme patient mais quelque peu épuisé, forcé de tolérer votre ténacité. La musique et les graphismes pixélisés sont brillants et joyeux, et l’animation est fluide.

Votre personnage se déplace comme s’il était sur un monocycle, donnant au jeu une sensation chaotique, d’attente d’accident, en particulier sur les paramètres de vitesse plus élevés.

L’ensemble du package se marie bien, mais Running on Magic n’aspire jamais à être plus qu’un tueur de temps rapide. Il n’y a que cinq niveaux à parcourir, vous devriez donc pouvoir le parcourir rapidement. Les quatre paramètres de compétence peuvent prolonger la durée de vie du jeu, mais je n’ai pas trouvé d’incitation à y revenir même avec les niveaux générés de manière procédurale. À seulement 5 $, les fans de plateformes de coureurs en auront certainement pour leur argent, mais ce n’est pas un jeu qui restera longtemps dans votre bibliothèque.

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.