Nintendo

Critique : Ninja Gaiden : Master Collection (Nintendo Switch)

Ninja Gaiden : Master Collection n’est que cela : une collection. À cette époque où les jeux plus anciens sont reconstruits ou remasterisés, ce package ne fait guère plus que combiner trois titres Ninja Gaiden et leur DLC, les rendant ainsi disponibles à un prix raisonnable. Est-ce suffisant?

Il n’y a pas de réponse correcte à cela.

J’aborde la collection comme un gars qui n’a jamais joué à un jeu Ninja Gaiden. Mon introduction au protagoniste de la série Ryu Hayabusa s’est faite via Warriors Orochi III Hyper sur Wii U. Et bien que Ninja Gaiden 3: Razor’s Edge soit également disponible pour ce système, je n’ai jamais fait le grand saut.

C’était la bonne décision, car cette collection présente correctement aux joueurs la série d’aventures sanglantes et bourrées d’action. Cela nous permet de commencer avec Ninja Gaiden Sigma, de passer à Ninja Gaiden Sigma 2, puis de terminer avec le Razor’s Edge susmentionné. Les jouer en succession rapide sert de leçon sur la façon dont une série peut avancer au fil du temps et comment elle peut faiblir.

Les trois jeux se concentrent sur des combats intenses, violents et difficiles. Les ennemis vous sont lancés en groupe, et il devient évident au début de Sigma que vous ne pourrez pas vous frayer un chemin à travers des combos de boutons pour gagner. Ryu a de nombreuses attaques à apprendre. Il peut courir le long des murs et attaquer les ennemis depuis les airs. Il peut bloquer et esquiver. Tout cela doit être maîtrisé dès le début ou les jeux ne seront pas amusants à jouer.

Heureusement, les capacités sont introduites lentement (et intelligemment, devrais-je ajouter) alors que nous progressons dans le village de Ryu. Explorer le terrain pour les objets bonus est assez amusant (d’une manière exceptionnellement linéaire), et vous êtes obligé d’apprendre diverses astuces pour aller d’ici à là. Malheureusement, nous sommes également initiés aux mauvaises commandes de la caméra. Ils sont légèrement ennuyeux lorsque vous ne pouvez pas voir où vous devez aller, et ils sont exceptionnellement ennuyeux pendant le combat.

Les ennemis peuvent vous attaquer dans les couloirs bondés et les pièces exiguës, et garder un œil sur l’action est difficile. Dans un jeu où les combinaisons de boutons doivent être exécutées avec le bon positionnement, vous penseriez que le positionnement serait plus facile à maintenir. Il y a eu une première bataille dans Sigma dans laquelle j’ai dû tuer une demi-douzaine d’ennemis, mais je n’arrêtais pas de tomber à travers une trappe. Alors, je remontais la pièce en courant, seulement pour constater que tous les ennemis étaient réapparus. Revenez à prendre un groupe d’ennemis, revenez à tomber par la trappe et revenez dans la pièce. Ce n’est que lorsque je me suis concentré sur l’endroit où je me tenais au lieu de qui je poignardais que j’ai pu dépasser.

Ensuite, il y a les patrons, qui vous rappellent tous que vous n’êtes pas prêt pour eux.

On s’attend à ce que vous passiez beaucoup de temps à combattre les ennemis qui réapparaissent afin d’acheter des améliorations d’armes et des potions de santé pour vous garder en vie contre ces redoutables ennemis. C’est juste, car le niveau de meulage améliore également vos compétences. Cela peut certainement être passionnant lorsque vous exécutez les attaques combo appropriées au bon moment. Mais devenir un maître ninja nécessite beaucoup de patience et d’entraînement, et Ninja Gaiden peut vous rendre assez stupide jusqu’à ce que vous atteigniez ce point.

Rebondir jusqu’à Sigma 2 est une amélioration. Ce jeu renonce à la répétition, choisissant plutôt de vous donner les outils dont vous avez besoin dans le cadre de la progression linéaire. Cela vous donne également plus à voir et à faire en cours de route, et il y a une belle bosse sur les visuels. Cette bosse a cependant un prix, car le Switch commence à avoir du mal à suivre l’action, en particulier en mode portable.

Je ne sais pas si mon efficacité à travailler avec Sigma 2 était due à tout ce que j’avais appris dans Sigma ou parce que c’était simplement plus facile dans l’ensemble, mais les nouveaux arrivants voudront peut-être commencer ici juste pour éviter la frustration. Vous n’avez pas vraiment besoin de vous soucier de la progression de l’histoire ; tous les trois sont un non-sens total, mais d’une manière loufoque et exagérée qui devrait plaire à tous ceux qui ont déjà passé un samedi après-midi à regarder des films d’arts martiaux.

Malheureusement, Ninja Gaiden 3: Razor’s Edge ne favorise pas cette progression. Qu’il s’agisse d’un choix de conception ou du résultat d’un mauvais développement, de nombreuses zones sont trop sombres pour être vraiment vues. Une tentative de zoom stylisé pendant le combat est surtout déconcertante. Pour aggraver les choses, Razor’s Edge semble déterminé à nous punir pour avoir été paresseux tout au long de Sigma 2. C’est ridiculement difficile dès le départ, et cela ne lâche jamais. Il n’y a jamais eu un moment où j’ai eu l’impression de maîtriser quoi que ce soit, comme si le jeu révélait constamment : « Je ne suis pas non plus gaucher. »

Pire encore, le jeu ne fonctionne pas bien sur le Switch en mode portable ou ancré. Les fréquences d’images et la qualité de l’image chutent partout, ce qui rend les environnements sombres encore plus difficiles à traverser. De plus, il semble que presque tout le monde dans le jeu ne soit pas sympathique. Les histoires de Ninja Gaiden n’ont jamais d’importance ou de sens, mais je préférerais qu’elles ne soient pas ennuyeuses.

Pourtant, Ninja Gaiden: Master Collection ne serait pas complet sans tout, et nous avons toujours deux jeux solides qui raviront les fans d’action d’arcade à grande vitesse. Nous avons également quatre autres personnages familiers à jouer – Ayane, Rachel, Momiji et Kasumi – et une quantité décente de costumes ridiculement peu pratiques pour les habiller. Échanger entre les personnages pendant les combats est à la fois efficace et amusant.

KOEI TECMO vous en donne beaucoup pour votre argent avec ce package, encore plus si vous optez pour l’édition Deluxe qui comprend un livre d’art numérique et une bande-son. C’est juste dommage que la série doive se terminer sur une note aussi amère.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *