Nintendo

Critique : Parkasaurus (Nintendo Switch)

parkasaurus-feature-image-png

Bien que cela ressemble à un film à petit budget de The Asylum, Parkasaurus est en fait « une simulation de gestion de magnats de dinosaures ». Si vous êtes un passionné de jeux de gestion de magnats, il s’agit d’une offre assez importante et également décente. Mais si vous n’êtes pas déjà fan, il y a probablement trop de défauts ici pour vous convaincre.

Le mode Campagne agit comme un didacticiel étendu. Vous terminerez des objectifs et des tâches, débloquerez des améliorations via un arbre de style éliminatoire et passerez au parc suivant, en essayant de réaliser un profit. Alors que le parc avec lequel vous commencez est petit, vous passerez à des zones de plus en plus étendues. Avec chaque progression vient plus de connaissances acquises, vous pouvez donc revenir aux parcs précédents et apporter des améliorations.

Bien sûr, vous ne pouvez pas être au travail avec ces tâches variées à moins d’avoir les informations applicables. Malgré de nombreux tutoriels, au départ, vous aurez probablement des questions auxquelles le jeu ne répond pas. Mais avec des essais et des erreurs, plus l’ajout d’employés, vous trouverez les choses plus gérables. Notez que les capacités de ces derniers sont liées à leur salaire. Encore une fois, vous voudrez réaliser un profit.

Des résultats lucratifs ne viendront que si vous portez une attention particulière aux visiteurs de votre parc, qui exigent beaucoup d’attention. Si vous cherchez simplement à « prendre soin de vos dinosaures », vous voudrez peut-être chercher ailleurs, en particulier avec une ouverture plus lente, du moins par rapport à la plupart des jeux. Si on le compare à d’autres sims, c’est en fait relativement rapide. Et bien que les joueurs inexpérimentés puissent trouver cela écrasant, vous pouvez éventuellement trouver cela relaxant si le jeu se connecte.

J’ai l’impression que le mode bac à sable est ce qui retiendra finalement l’attention de la plupart des joueurs de Parkasaurus. Une fois que vous aurez appris les ficelles du métier, vous aurez l’option de fonds sans fin ! Choisir de l’argent illimité signifie que vous pouvez jouer sur vos propres appareils.

Parkasaurus ne semble pas être particulièrement bien optimisé pour la Nintendo Switch. Il n’y a pas de prise en charge de l’écran tactile, ce qui est dommage car cela pourrait offrir de la précision lors de certains aspects créatifs. Le texte est petit même lors de la lecture ancrée, avec un espace d’écran perdu. Les menus dans les menus dans les menus affichent du texte blanc et gris sur des cases blanches et grises ; à quoi pensaient les devs ? S’il y avait une direction audio, cela aurait pu être excusé.

En parlant d’audio, la musique de soutien me donne des vibrations Animal Crossing, même s’il est clair que c’est secondaire. Cela ne convient pas toujours non plus, et la subtilité signifie qu’il est noyé par des effets sonores aigus. Les clients enthousiastes sont odieux et me donnent presque envie de mettre les parcs en faillite sinon de les faire manger par des dinos déchaînés!

Sur le plan visuel, les graphismes sont corrects à distance. Lorsqu’ils sont agrandis, les polygones sans vie peuvent se fondre les uns dans les autres et la fréquence d’images peut en prendre un coup. Plus de détails et de dynamisme auraient aidé, en particulier sur les dinosaures eux-mêmes. Il existe plus de trois douzaines d’espèces mais seulement six groupes. La vue à la première personne promise est absente de cette version de Switch.

Parkasaurus peut devenir fastidieux, en particulier lors de la lecture de ce port Switch. Il n’attrapera pas les joueurs hybrides qui ne sont pas déjà des fans de genre. Mais un mode campagne instructif, combiné à un mode bac à sable, signifie que beaucoup de contenu est ici, ce qui en fait finalement un jeu décent (mais certainement pas génial).

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.