Nintendo

Critique : Yomawari : Lost In the Dark (Nintendo Switch)

yomawari_lostinthedark-splash-jpg

Halloween est peut-être fini, mais pensez-vous que les habitants de la ville natale de Yuzu ont déjà sorti leurs décorations de Noël ? Ils ne. Au contraire, la ville est en proie à des fantômes et des monstres… et cela peut inclure Yuzu elle-même.

Yomawari: Lost In the Dark s’ouvre sur la jeune Yuzu intimidée sans relâche par ses camarades de classe. Elle endure cela d’une manière calme et déchirante jusqu’à ce que nous la voyions sur le rebord du toit de son école. La caméra fait un panoramique vers le ciel, puis redescend pour ne trouver que ses chaussures restantes. J’en sais assez sur la culture japonaise pour comprendre la symbolique de ce geste.

Quelques instants plus tard, cependant, Yuzu se réveille dans une forêt sans aucun souvenir de la façon dont elle y est arrivée (ou de ce qu’elle vient peut-être de faire). Une jeune femme semble dire à Yuzu qu’elle doit tenir une promesse avant 6 heures du matin afin de briser sa malédiction, mais Yuzu ne se souvient même pas quelle est la promesse. N’ayant rien à faire, elle doit fouiller sa ville à la recherche d’objets qui, espérons-le, lui rafraîchiront la mémoire.

C’est une configuration merveilleuse, et j’ai été surpris de voir à quel point cela avait un impact compte tenu des graphismes simples. Le jeu se joue à partir d’une vue isométrique de haut en bas, et l’incapacité de voir les réactions de Yuzu à l’intimidation et aux terreurs autour d’elle a eu l’étrange effet de me faire sympathiser avec elle plus que je ne l’aurais fait autrement. L’avertissement du jeu sur son sujet difficile est justifié et apprécié.

Et pourtant, tout cela est un peu moins stressant qu’on ne le pense. Yomawari : Lost In the Dark est définitivement un jeu effrayant avec beaucoup de frayeurs bien placées, mais c’est aussi un jeu qui vous permet de travailler à votre rythme. Yuzu peut affronter les histoires de fantômes dans n’importe quel ordre, de sorte que le joueur n’est pas forcé dans une seule direction avec des ennemis obligatoires pour s’échapper en cours de route. L’exploration est un élément clé de l’expérience.

Bien sûr, ceci étant un jeu d’horreur, pas mal d’obstacles sont là pour entraver votre exploration. Les fantômes de différents types doivent être traités de manière spécifique (couvrez-vous les yeux, frappez-les avec le faisceau de votre lampe de poche, etc.), et apprendre la bonne méthode pour les dépasser entraînera de nombreux « morts » en cours de route.

Cela ajoute du stress à votre recherche, bien sûr, mais vous pourrez toujours reprendre des choses pour essayer autre chose. Les boss demandent un peu plus de travail car ils doivent être vaincus au lieu de s’échapper, mais des indices sont souvent fournis pour vous faire savoir quoi faire. Porter une attention particulière à l’environnement et aux indices que vous recevez vous préparera au combat.

J’ai mentionné plus tôt que les graphismes sont très efficaces pour créer une atmosphère obsédante. L’éclairage éloigne votre attention des ombres et le jeu utilise ces zones plus sombres pour certaines frayeurs solides. De plus, la quantité de détails apportés aux différents quartiers de la ville contribue vraiment à rendre tout plus réaliste et, par conséquent, percutant.

Même encore, l’audio de Yomawari : Lost In the Dark est ce qui pousse le jeu au-dessus. Les développeurs recommandent de jouer avec des écouteurs, et il est facile de comprendre pourquoi. L’effet effrayant des pas lointains et désincarnés ou des cris d’un bébé est plus efficace lorsqu’on les entend à peine, et il est terrifiant de réaliser qu’ils se rapprochent. Cependant, je trouve que les jeux d’horreur sont mieux vécus sur un grand téléviseur. En tant que tel, je préférais jouer en mode ancré la nuit lorsque le reste de la famille était au lit et la seule chose qui interférait avec le son surround était les bruits domestiques aléatoires que je ne pouvais pas expliquer.

Évidemment, je ne peux pas parler de la fin. Je ne veux même pas révéler ce que j’en ai ressenti de peur d’entraîner les joueurs d’une manière ou d’une autre. Je dirai cependant que s’y rendre devient plus facile une fois que vous avez ouvert la carte complète. Malheureusement, c’est aussi à ce moment-là que le jeu commence à perdre de son impact. La répétition s’installe, les frayeurs se dissipent et l’introduction émotionnelle commence à se sentir moins importante.

Lost in the Dark n’est pas le premier jeu de la série Yomawari, c’est en fait le troisième. Cependant, il peut être joué seul et est probablement assez bon pour justifier de revenir sur Yomawari: The Long Night Collection, également disponible pour Switch. Je n’ai pas joué aux jeux de ce package, donc je ne peux pas dire s’ils offrent le même gameplay satisfaisant et les mêmes histoires émotionnelles… pour le moment. Parlez-moi du prochain Halloween.

Noter cet article

Articles en lien