Actualités / Jeux

Die by the Blade Review – Une lame émoussée

Die by the Blade Review – Une lame émoussée

DMalgré la renaissance des expériences de samouraï dans le paysage du jeu vidéo actuel, il n'existe pas beaucoup d'expériences de duel 1v1 dédiées. Mourir par la lame vise à exploiter ce marché étroit avec un schéma de combat 1v1 à frappe unique utilisant un système de position inspiré de Nioh. Il est difficile de recommander un tel jeu à ceux qui sont rebutés par les jeux de samouraï hardcore comme Sekiro, Pour l'honneuret ce qui précède Nioh. Néanmoins, les développeurs de Grindstone se sont taillé une niche de samouraï assez unique avec Mourir par la lame justifiant une exploration plus approfondie.

Le noyau fondamental de Mourir par la lame réside dans ses duels 1v1 contre d’autres joueurs et des adversaires IA. Les modes de jeu sont structurés entre hors ligne, en ligne et solo. Aucun des modes Versus ou Tournoi n'a d'histoire ou de progression à proprement parler, mais vous donne exactement ce qu'il décrit : des duels 1v1. Gagner des combats contre des amis et des adversaires IA vous récompense avec de l'XP et de la monnaie. Cependant, j’ai trouvé le pool de récompenses et de contenu à débloquer plutôt sec, ne parvenant pas à aiguiser l’appétit ni à offrir une progression satisfaisante. Le mode solo n'est pas plus excitant que les modes hors ligne et en ligne, contenant simplement un didacticiel, un mode pratique et un mode Défi très simple.

“Le mode Défi n'est qu'un marathon de combats 1v1 les uns après les autres. Il n'y a pas d'ensemble de défis intéressants ni de liste de contrôle de choses à accomplir ici.”

J’étais plutôt excité de pouvoir enfin débloquer le mode Challenge. C'est un mode qui se trouve juste là dans l'onglet Solo et qui attend d'être débloqué une fois le niveau 7 atteint. Mais hélas, après des heures de combats et de broyage, j'ai été rapidement déçu par le peu d'offres. Le défi n’est pas du tout ce que vous pensiez au départ ; c'est juste une série de combats du dernier homme, et c'est tout. Il n'y a pas de véritables « défis » à proprement parler, ni de scénarios ou de manières variées de vivre l'expérience. Mourir par la lameLe contenu 1v1 de. C'est précisément lorsque j'ai déverrouillé le mode Défi que j'ai été frappé par la profondeur du jeu. Mourir par la lameLe contenu de l'est réellement. Chaque mode est exactement le même duel 1v1 enveloppé dans un menu différent. La seule véritable variété présente dans Mourir par la lame sont les objets cosmétiques que vous pouvez acheter avec la monnaie obtenue lors des duels.

personnalisation des cosmétiques des personnages

“Vous pouvez personnaliser l'apparence de vos personnages et divers skins d'armes.”

Le menu Personnaliser contient tous les skins d'armes, vêtements de personnage, bannières et provocations achetables. Heureusement, Mourir par la lame propose une généreuse variété de tenues et d'armes à acheter pour que vous puissiez avoir l'air cool en remportant tous ces matchs classés. Mieux encore, il n'y a pas de microtransactions ou d'achats en ligne ici, ce qui mérite toujours d'être loué compte tenu de l'état de l'industrie. Il n'y a pas grand chose d'autre à dire concernant la personnalisation, à part que ce jeu l'a. J'aimerais juste que les visages des personnages aient un semblant d'émotion ou d'animation afin que je puisse réellement apprécier de regarder les produits cosmétiques portés par les personnages. L'équipe de Grindstone a résolu le problème de l'animation faciale, déclarant qu'elle le corrigera à l'approche de sa sortie, mais je ne retiens pas mon souffle pour une amélioration nettement drastique.

Mais revenons à la vraie raison pour laquelle tout le monde voudra jouer à ce jeu en premier lieu : les mécanismes de combat. Mourir par la lameLes batailles de sont des duels 1 contre 1 où un seul coup de couteau ou une seule tranche entraîne la défaite. Vous devez compter sur vos réflexes de contraction et votre concentration de samouraï pour remporter ces combats ultra-rapides. La commutation entre les positions hautes, moyennes et basses devrait être transparente dans un jeu de combat à l'épée comme celui-ci, mais cela semble un peu plus maladroit qu'il ne le devrait en raison du verrouillage des positions pendant les attaques. Vous pouvez mettre en file d'attente une autre position lorsqu'elle est verrouillée, mais j'ai trouvé que cela perturbait les liens de triolets (combos), ce qui nuisait au déroulement du combat.

réussir un combo dans un dé par la lame

“Les combos qui réussissent à briser l'endurance de l'ennemi et à gagner le combat avec un spectacle sanglant, mais ils sont irritants à réaliser.”

Les triplés liés sont des combos dévastateurs qui brisent les blocages automatiques, coûtent moins d’endurance et frappent plus rapidement. C’est encore une autre technique qui devrait être facile à exécuter, mais qui l’est rarement. Rien n’indique quand chronométrer vos chaînes d’attaque, cela se résume donc à des essais et des erreurs. D'autres jeux de combat offrent au joueur des moyens intuitifs de percevoir les timings d'attaque requis par les combos, que ce soit via des lumières clignotantes, des signaux sonores indicatifs ou des animations uniques ; Mourir par la lame n'a rien de tout cela pour vous aider à exécuter des combos. En particulier, j’ai trouvé les tranches verticales les plus tenaces à associer aux combos. Au crédit du jeu, chaque type d'arme a ses propres combos uniques ; bonne chance pour mémoriser tous leurs horaires peu intuitifs.

Après 5 heures de jeu, je trouvais toujours que relier des triolets était un risque maladroit qui ne valait pas la peine d'être maîtrisé. Le verrouillage perturbateur de la position, le manque d'indices d'entrée et le rythme général du flux de combat rendent Mourir par la lame parfois un plus gros problème que cela n'en vaut la peine.

parer au dé par la lame

“Parer les attaques est fluide et fiable dans Die by the Blade.”

De loin le moyen le plus amusant et le plus fiable de combattre Mourir par la lame contre en faisant correspondre les positions avec votre adversaire. Tant que votre adversaire n'exécute pas de coup de grâce, vous pouvez bloquer automatiquement les attaques simplement en faisant correspondre la position de votre adversaire. Les parades sont exécutées en appuyant sur L1 à droite lorsque votre adversaire frappe. Méfiez-vous simplement de votre endurance ; s'il s'épuise, vos blocs seront brisés et vous ne pourrez plus attaquer. Annuler votre attaque en cours de swing, également connu sous le nom de feinte, est plutôt agréable dans ce jeu, surtout lorsque vous affrontez d'autres joueurs humains intelligents en PvP.

En fin de compte, je n'ai tout simplement jamais trouvé le combat dans Mourir par la lame se sentir particulièrement fluide, amusant ou excitant. Réaliser des séquences de victoires après avoir réussi des triplets n'a pas réussi à me récompenser avec un sentiment d'accomplissement et de dopamine, du moins moins que ce à quoi je m'attendais. Analysons pourquoi.

Le combat dans Mourir par la lame dépasse rarement son ADN pierre-papier-ciseaux. Bien sûr, vous pouvez enchaîner des combos et faire des choses comme rouler dans quatre directions, mais avec à quel point les combos sont peu intuitifs et peu fiables, vous vous retrouverez à vous en tenir à la stratégie de parade réactionnaire éprouvée. Gagner des matchs revient à réagir aux mouvements des autres joueurs et à réduire leur endurance. Ce modèle de combat est amusant à maîtriser pendant un certain temps, mais il commence rapidement à sembler répétitif. Même avec les différents types d'armes et combos disponibles, il y a un manque de profondeur ici, ce qui donne l'impression d'être un jeu glorifié de pierre-feuille-ciseaux de réflexes rapides. Cela n'aide pas que le mouvement soit lent et raide, sans aucun moyen de courir ou de sauter et un rythme de marche atroce accompagnant chaque mouvement.

arrière-plans de personnages dans mourir par la lame

Mourir par la lame Il manque peut-être d'histoire, mais la biographie des personnages fait allusion à une construction du monde samouraï-punk que j'aurais aimé voir dans le jeu lui-même. »

Malheureusement, Mourir par la lame n'a aucun autre contenu susceptible d'atténuer ses défauts de combat. Il n'y a pas de mode campagne à proprement parler, et le peu d'histoire et de traditions est reléguée à de brèves biographies de personnages et d'armes écrites dans une traduction de mauvaise qualité. La lecture de la biographie des personnages montre clairement que les développeurs voulaient construire un monde et donner à chaque personnage des antécédents et des motivations uniques. Que ce soit en raison de contraintes de temps ou du budget limité de Kickstarter, les graines de la construction du monde contenues dans la biographie des personnages ne sont utilisées nulle part ailleurs dans le jeu. L'absence de cinématiques et d'histoire n'est pas nécessairement une mauvaise chose dans un jeu aussi axé sur le combat, mais cela met plus de pression sur le combat principal pour maintenir ce jeu, ce qu'il ne parvient pas à faire une fois la nouveauté initiale dissipée.

La façon la plus succincte dont je puisse résumer Mourir par la lame est un « potentiel perdu ». Le combat de base peut être amusant par à-coups rapides, mais le système de combo frustrant et le manque de progression et de modes significatifs le rendent incapable de maintenir le jeu à lui seul. Je me suis retrouvé à ne pas trouver le moindre noyau de joie possible dans ce jeu. À la fin d’une telle réflexion, je me suis rendu compte que la nouveauté du multijoueur local méritait au moins d’être célébrée. La meilleure chose que je puisse dire à propos de Die by the Blade, c'est que cela ressemble à une version sympa, légèrement plus étoffée, du mini-jeu de samouraï de Kirby super étoile. Distillé jusqu'à son essence fondamentale, Mourir par la lame est un duel de samouraïs 1v1 basé sur des réactions. C'est assez amusant pour quelques escarmouches rapides entre amis, mais la nouveauté ne dure que si longtemps avant que vous ne le laissiez derrière vous pour jouer à un jeu avec plus de viande sur les os.

Ce jeu a été testé sur PC.