Actualités / Jeux

Digital Foundry : le remaster de Beyond Good & Evil est « presque parfait » mais rencontre des difficultés sur Switch

Amaan

Thomas Morgan de Digital Foundry a écrit en faveur de Beyond Good & Evil 20th Anniversary Edition, écrivant pour Eurogamer que le remaster est une « mise à niveau astucieuse » du classique, qui, bien que sujet à certains problèmes de performances sur les consoles, en particulier sur la Nintendo Switch, est le « moyen le plus définitif et le plus pratique » de découvrir Beyond Good & Evil.

Morgan a commencé par féliciter le remaster pour ne pas s'éloigner trop de l'original, tout en l'améliorant de plusieurs manières. Les graphismes ont connu la mise à niveau la plus importante, mais le jeu dispose désormais d'un mode speed-run et a également été étoffé dans ses dernières heures grâce à de nouveaux contenus qui le relient au très attendu Beyond Good & Evil 2. De plus, de nouveaux bonus et extras détaillant la création et le développement de Beyond Good & Evil, selon Morgan, « pourraient à eux seuls valoir le prix d'entrée pour les fans inconditionnels ».

Concernant les ressources et les textures améliorées, il a écrit :

« Pratiquement toutes les textures ont été retravaillées avec une version plus récente et plus nette : les textures du sol, la skybox qui remplit l’horizon nocturne d’étoiles – tout cela a été remplacé. Certaines textures se rapprochent beaucoup plus de la qualité de la version originale et HD, tandis que d’autres utilisent potentiellement une mise à l’échelle de l’IA pour réutiliser l’élément d’origine… la majorité des matériaux sont clairement créés à partir de zéro, ajoutant des effets de shader plus complexes dans le processus qui n’auraient tout simplement pas été possibles en 2003. »

« Étant donné que le jeu est par nature axé sur la narration, cette refonte s'applique souvent mieux aux personnages de Beyond Good and Evil. Leurs vestes, chapeaux et hauts révèlent désormais un effet plus proche du tissu en gros plan… vous remarquerez également de nombreux changements subtils dans le monde de Beyond Good and Evil : un nouveau froissement du tapis dans la chambre de Jade et des touffes d'herbe ajoutées à la vue extérieure. Dans l'ensemble, cela confère à chaque zone une sensation subtile de « vie » sans en faire trop. »

En ce qui concerne les performances, Morgan a noté que les versions Playstation et Xbox du remaster étaient en proie à des chutes soudaines, bien que peu fréquentes, des 60 images par seconde ciblées à 30, qu'il était difficile de ne pas remarquer. Apparemment, la version Switch était encore pire à cet égard, avec un objectif de 30 images par seconde, mais une chute à 20 dans les séquences intenses.

En ce qui concerne la résolution sur Switch, les résultats étaient mitigés :

« La résolution de la Switch en mode stationnaire varie entre 900p et 1080p selon la situation. La plupart des zones de donjons tendent vers ce chiffre maximum de 1080p, tandis que la zone du canal au centre de Hillys – avec toutes les voitures volantes – affiche des chiffres plus proches de 1600×900. Pourtant, c'est impressionnant étant donné que le système ne peut tout simplement pas produire plus. En termes de résolution, le mode portable de la Switch fait également tourner le jeu à la résolution maximale possible de 720p. C'est une correspondance parfaite des pixels pour l'écran et l'apparence est nette lorsque vous jouez en déplacement. Cependant, il y a des réductions…[the] Le pool plus restreint de 3 Go de RAM utilisable de la Switch nécessite une réduction de la qualité des textures et des shaders.

En fin de compte, les problèmes de performances et de résolution ont amené Morgan à décrire la version Switch comme « frustrante » à deux reprises. Mais son verdict sur le jeu, quelle que soit la version, est resté le même, et il a conclu en disant :

“-ce [remaster] est un excellent moyen de redécouvrir Beyond Good and Evil en attendant sa suite – ou de découvrir le jeu pour la première fois.

Source