Actualités / Jeux

Dot and Bubble apporte des commentaires sociaux de style Black Mirror à Doctor Who avec des résultats qui suscitent la réflexion – Critique

Dot and Bubble apporte des commentaires sociaux de style Black Mirror à Doctor Who avec des résultats qui suscitent la réflexion - Critique

Il y a une chose clé que vous devez savoir sur Doctor Who de cette semaine : le personnage principal n'y figure pas beaucoup.

Oui, c'est vrai – c'est un autre épisode de « Doctor Lite », en quelque sorte. Mais là où l'excellent 73 Yards de la semaine dernière s'inscrivait davantage dans la veine de “Turn Left” de 2008, où la co-star de la série prend les rênes pour une incroyable démonstration de ses prouesses, celui-ci s'inscrit davantage dans la veine de l'un des plus célèbres Doctor Who. des épisodes de tous – « Blink » de 2007.

Avec le calendrier de tournage du 15e Docteur Ncuti Gatwa Doctor Who chevauchant son travail final sur Sex Education de Netflix, ce genre d'épisodes était finalement une nécessité de production – mais souvent ce besoin crée quelque chose de beau. La pression fait les diamants, comme on dit.

Cependant, Dot and Bubble ne fait pas 73 yards. Ce n'est certainement pas un Blink. Mais la façon dont il joue avec le modèle défini par cet épisode pour un épisode bas sur le Docteur est fascinante, excitante et ambitieuse.

Fondamentalement, le Docteur et sa compagne Ruby Sunday passent la quasi-totalité de cet épisode sur des écrans vidéo, interagissant avec les personnages d'un monde que nous apprenons à connaître pour la toute première fois dans les limites de la durée de cet épisode.

Crédit image : Lindy, jouée par Callie Cooke // Crédit : BBC Studios/Bad Wolf/James Pardon

Le monde de Finetime est un endroit lumineux et dynamique où tout va bien – d'où son nom. Sauf que, bien sûr, c'est Doctor Who. Tout est pas bien. Le sujet est carrément sombre, en fait – et les comparaisons faites avant la diffusion entre celui-ci et un épisode de Black Mirror persisteront certainement après la sortie de l'épisode.

Le protagoniste de l'épisode est la douce Lindy Pepper-Bean, l'un des habitants de Finetime. Callie Cooke fait un excellent travail en donnant vie à Lindy, en lui inculquant un sentiment de sympathie bien qu'elle soit la citoyenne moyenne implacablement égoïste d'une ville-nation égocentrique pleine de gens qui vivent et respirent leurs médias sociaux. Il est difficile de faire fonctionner un personnage comme celui-ci comme protagoniste, mais Cooke y parvient.

La bulle du titre fait référence à quelques éléments de l'histoire à la fois corporels et métaphoriques, comme le dôme de style film des Simpsons qui protège Finetime du monde extérieur, ou la « bulle » en forme de globe qui entoure la tête d'une personne lorsqu'elle y accède. leur interface de médias sociaux. Mais plus que tout, cela fait référence à la « bulle sociale » de Lindy, au groupe d'amitié et au grand appel vidéo que le Docteur et Ruby envahissent finalement à la recherche de réponses aux raisons pour lesquelles les gens de ce monde disparaissent. C'est Doctor Who, donc il y a des monstres – mais ce qui se passe ne se résume pas à ce que l'on voit au premier abord.

Alors que 73 Yards était l'écrivain Russell T Davies qui poussait magistralement une idée étrange jusqu'à ses limites, Dot and Bubble le faisait tourner plusieurs assiettes à la fois. Le résultat est un épisode qui semble un peu confus en comparaison. Au pire, cela semble même un peu maladroit. Étant donné que nous connaissons à peine le Docteur de Gatwa à ce stade, il est facile de déplorer le fait qu'il n'apparaisse que sur un écran vidéo pendant la majeure partie de l'épisode, même si (contrairement à la semaine dernière) il a beaucoup de dialogues et une forte présence tout au long.

Les thèmes et les commentaires de l'épisode, que je n'aborderai pas ici pour des raisons de spoiler, méritent beaucoup de discussions. La dernière partie ramène puissamment les idées de l'épisode, alors que nous voyons le Docteur rencontrer quelque chose qu'il n'a vraiment jamais eu auparavant. Cela ressemble à un moment décisif pour cette incarnation du personnage. C'est une finale forte pour un épisode qui véhicule sûrement des messages et des thèmes aussi subtils qu'un marteau – mais c'est dans cette prestation que Dot & Bubble travaille le plus vivement.

En tant qu'aventure Doctor Who standard, elle est un peu moins forte – quelque chose qui poursuit le thème de cette saison, qui peine à proposer des ébats de ceinture et d'appareils dentaires assez standards. Dans les séries précédentes, des épisodes comme celui-ci étaient considérés comme des « remplissages », mais ce remplissage permettait à des trucs comme 73 Yards et Dot and Bubble de chanter. Dans cette nouvelle ère, avec son nombre d'épisodes plus faible, le remplissage de « l'extraterrestre de la semaine » manque. Avec Dot et Bubble, ce que nous obtenons à la place est riche en idées, même s'il est imparfait – mais je m'attends à ce que dans les années à venir, il soit considéré avec une appréciation croissante des fans.