Actualités / Jeux

Le directeur de Zelda parle du matériel Switch

Sickr

La Nintendo Switch commence maintenant à montrer son âge et un successeur devrait être annoncé l'année prochaine. Le directeur de The Legend of Zelda : Tears of the Kingdom, Hidemaro Fujibayashi, a discuté avec IGN de ​​toute une série de sujets, dont l'un concerne le matériel. Même si M. Fujibayashi n'a pas voulu dénigrer le système, il a parlé de ce qu'ils ont pu accomplir avec le système. Il a expliqué qu'ils doutaient qu'ils auraient pu faire fonctionner les trois couches différentes du jeu (le ciel, la terre et les profondeurs) de manière aussi transparente avec une charge minimale sur leurs systèmes précédents. Il a conclu en disant que des personnes spéciales travaillaient sur cet aspect du jeu.

À quels moments avez-vous eu l'impression de vous heurter aux limitations techniques de la Switch, et comment les avez-vous surmontées pour créer cette prouesse technique franchement étonnante sur la Nintendo Switch ?

Fujibayashi : Eh bien, comme vous le savez, l'une des caractéristiques clés de ce jeu est la capacité de voyager de manière transparente entre les différentes couches du monde que nous avons créé. Donc, en voyageant du ciel jusqu'à la surface, puis au-delà dans les profondeurs. Et c'était quelque chose qui, je pense, ce genre de chose, ce type de mouvement, était quelque chose que j'avais déjà envisagé ou que je pensais que ce serait très bien à réaliser, mais je savais que c'était quelque chose sur le matériel précédent qui était probablement impossible. Mais quand j'ai su que nous allions relever cela comme un défi, j'ai pensé que nous serions vraiment capables de le faire sans chargement. Je veux dire, il y a un certain chargement qui se produit pendant que vous le faites, mais il est caché en arrière-plan. Et quand j'ai vu que nous étions vraiment capables de réaliser ce voyage fluide entre les couches du monde, j'ai pensé, wow, l'équipe sur laquelle nous travaillons est vraiment, vraiment spéciale. Nous avons des personnes spéciales qui travaillent là-dessus.

Source