Actualités / Jeux

Le nouveau procès d’Activision-Blizzard est une autre attaque contre l’agence d’État qui le poursuit pour discrimination et harcèlement

Le nouveau procès d'Activision-Blizzard est une autre attaque contre l'agence d'État qui le poursuit pour discrimination et harcèlement

Activision-Blizzard a intenté une action en justice contre le département des droits civils de Californie (fka le DFEH) alléguant que l’agence avait « marché lentement » et « illégalement expurgé » des documents auxquels la société cherchait à avoir accès en ce qui concerne la propre poursuite de la Californie contre le studio.

Comme indiqué pour la première fois par Axios, l’entreprise qui est elle-même accusée de déchiqueter des preuves, de discriminer les travailleurs, de créer un environnement hostile pour les travailleuses et les travailleuses du POC, et de briser ouvertement les syndicats au cours de la dernière année affirme maintenant qu’en fait c’est l’État de Californie qui  » a délibérément déclenché un ouragan de couverture médiatique hostile contre l’entreprise sur la base d’affirmations malveillantes et sciemment fausses.

Il convient de noter ici qu’Activision-Blizzard a choisi une position combative face au procès californien, en particulier depuis son dépôt initial en juillet 2021, lorsque la société a attaqué à plusieurs reprises l’agence et ses enquêteurs, tentant de les dépeindre comme des « bureaucrates d’État irresponsables ». […] chassant bon nombre des meilleures entreprises de l’État hors de Californie » et niant les accusations portées contre la société alors même que des montagnes de preuves à l’appui des affirmations de l’État se multipliaient dans l’industrie du jeu plus rapidement que n’importe qui pouvait les couvrir. En effet, Activision-Blizzard utilise ces allégations de violations de l’éthique comme un gourdin depuis l’automne 2021, lorsqu’il est devenu public que des avocats travaillant sur l’affaire de l’État avaient également travaillé sur l’affaire fédérale, qu’ABK a depuis réglée.

L’entreprise affirme maintenant que la poursuite de l’État a été « illégalement déposée » et demande aux tribunaux de forcer l’État à coopérer avec les tentatives d’ABK pour prouver qu’elle a communiqué avec les syndicats et les médias – y compris le Wall Street Journal notoirement féministe et pro-travailliste – sur ce que il se caractérise comme une campagne de diffamation. C’était une blague. C’est pourquoi nous ne pouvons pas avoir de belles choses.

Noter cet article

Articles en lien