Actualités / Jeux

Les lourdes restrictions de Nintendo sur les doubleurs

Aiden

Nintendo a la réputation de donner la priorité à ses fans et de proposer des produits de haute qualité. Cet engagement est évident dans leur approche du développement de jeux, choisissant souvent de retarder les sorties pour garantir la qualité, et dans leurs autres projets médiatiques comme les parcs d'attractions et les films. Cependant, cet engagement se traduit également par des contrôles stricts sur leur propriété intellectuelle (PI), notamment en ce qui concerne leurs doubleurs. Le doublage dans les jeux Nintendo a considérablement évolué au fil des ans. Même si ce n'était pas un point central dans le passé, plusieurs franchises proposent désormais un travail vocal important. Au MCM Comic Con, les doubleurs de Nintendo ont discuté des restrictions auxquelles ils sont confrontés, soulignant que les accords de non-divulgation (NDA) les empêchent d'effectuer des enregistrements vocaux en dehors des jeux sans l'approbation de l'entreprise.

Charles Martinet, la voix de longue date de Mario, et Patricia Summersett, la voix de Zelda dans les jeux récents, ont partagé leurs expériences. Martinet a reconnu les restrictions au cours de son mandat, et Summersett a expliqué la justification de ces NDA : « Vous signez ces NDA très strictes, [but] vous savez à quoi vous vous connectez. Il s'agit avant tout de respecter la propriété intellectuelle et de procéder comme Nintendo, ce qui fonctionne très bien pour eux. Je sais que ça peut parfois être décevant quand les gens veulent enregistrer [us]. Mais lorsque nous enregistrons et faisons des lignes, vous pouvez extraire cela, vous avez maintenant l'IA et toutes ces choses. Ce n’est pas à nous de le faire. Un autre doubleur a noté que même si Nintendo ne punirait pas sévèrement les violations, ils indiqueraient clairement que l'acteur n'était pas « un joueur d'équipe ». Le consensus parmi les acteurs est la compréhension de la nécessité pour Nintendo de protéger ses personnages et leurs performances.

Source/Via