Nintendo

L’extinction est éternelle (Nintendo Switch)

herobeat_endling_01-png-png

J’adore les animaux. J’aime tellement les animaux que dans mon enthousiasme à revoir un jeu sur les renards mignons, je n’ai jamais vu l’horrible vérité de ce qu’est vraiment ce jeu… Un rappel de combien les humains SUCENT ! Endling: Extinction is Forever, est une histoire sur le dernier des renards, et la fin de tout ce qui est bon et pur dans ce wmonde.

Endling s’ouvre sur une scène horrible. Un incendie de forêt se propage rapidement et des animaux sont chassés de chez eux, fuyant pour sauver leur vie, y compris un renard solitaire. Le joueur est invité à distancer le feu et à trouver la sécurité. Après avoir couru vers une grotte voisine, il est révélé que la renarde est enceinte et qu’elle donne naissance à 3 adorables petits (à vous de choisir de quelle couleur ils sont ! <3).

Maintenant, ce serait génial et tout, mais le monde dans lequel ces petits sont nés n’est pas un monde dans lequel je voudrais vivre. Chaque nuit, le joueur prend le contrôle de Mama Fox et part chercher de la nourriture pour les petits. Cela peut aller des baies aux poissons en passant par d’autres petits animaux. Chaque nuit dure quelques minutes et vous devez regagner votre tanière avant le lever du soleil. La nourriture devient plus limitée au fil des jours, car les humains détruisent lentement l’environnement qui vous entoure. Sans parler de toutes les ordures, les incendies, les pièges, les gros animaux et la chose la plus effrayante de toutes, les humains, se cachent à chaque coin de rue. Votre travail consiste à garder ces abeilles en sécurité et nourries !

Cependant, vous découvrez que cela est impossible lorsque l’un de vos abeilles fait une sieste la 2e ou 3e nuit lors d’une cinématique déchirante. En fait, j’ai redémarré ma sauvegarde précédente parce que je voulais empêcher cela d’une manière ou d’une autre, mais cela m’a obligé à la regarder deux fois… Bref, c’était triste ! Tout le jeu est triste. Je ne vais pas vous spoiler, mais si vous cherchez une fin heureuse, vous n’en aurez pas. Ce que vous obtenez est une dure dose de réalité avec de jolis graphismes.

Et oui, aussi moche que soit le monde, Endling est un joli jeu. L’environnement 3D a lentement évolué avec le temps, ce qui a rendu les choses plus intéressantes après avoir joué tant de jours d’affilée. Et même si je me déplaçais seulement à gauche ou à droite (sur un plan 2D), le monde me semblait beaucoup plus grand qu’il ne l’était en réalité. Il y a beaucoup de coins et recoins à vérifier (lorsque vous y êtes invité) et différents chemins à emprunter. Une fois votre ourson capturé, vous pouvez suivre des sentiers olfactifs, ce qui m’a rappelé le loup Link de Twilight Princess. Ceux-ci disparaissent avec le temps, mais ils vous permettent de voir de brèves scènes de ce qui s’est passé exactement cette nuit-là, vous permettant de reconstituer le mystère du petit disparu. La minuterie du jeu me mettait constamment sur mes gardes, essayant de m’assurer que mes oursons restants et moi-même étions de retour dans notre grotte le matin. Heureusement, il y a une carte qui s’ouvre au fur et à mesure que vous explorez, ce qui facilite le retour à la sécurité à temps.

Je dois m’empêcher de dire que c’est une belle histoire parce que ce n’est pas le cas. Mais j’aime les développeurs pour avoir créé un jeu aussi véridique. Les humains ont besoin de plus de « vérités » pour leur montrer que leurs actions ont des répercussions. Dans l’ensemble, c’est un jeu doux-amer. L’histoire est amère et le gameplay est doux. L’histoire se déroule bien, et même si le jeu ne vous dit pas quoi faire, votre instinct entre en jeu et vous voulez survivre pour vous assurer que vos petits survivent.

Endling: Extinction is Forever est un bon jeu pour les fans de survie, mais comme je l’ai déjà dit, ne vous attendez pas à ce que cette aventure vous revigore ou vous mette de bonne humeur. En fait, je recommande en fait de jouer à ce jeu avec vos enfants (âgés de 9 à 13 ans). Aussi étrange que cela puisse paraître, je pense que ce serait une excellente leçon interactive pour les aider à comprendre que le monde dans lequel nous vivons dépend de nous pour le maintenir en vie. et qu’il n’y a pas toujours une fin heureuse, même si nous essayons d’empêcher le mal de se produire.

(Wow, j’ai l’impression d’avoir été si déprimant dans cette revue. Alors voici une jolie photo d’un adorable renardeau pour vous remonter le moral ;D)

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.