Actualités / Jeux

Pourquoi les contrefaçons d’arcade illégales de Street Fighter 2 sont un élément clé de son héritage

Pourquoi les contrefaçons d'arcade illégales de Street Fighter 2 sont un élément clé de son héritage

Il semble tout à fait approprié que ma première exposition à un piraté Combattant de rue 2 taxi serait au champ de foire qui roulait dans mon parc local chaque été. Après tout, l’ensemble du site était une zone grise légale : des manèges ornés de représentations mal retouchées de personnages Disney et de stars de l’action ; des spectacles annexes truqués récompensant les quelques chanceux avec leur choix de peluche de super-héros contrefaite ; l’origine de la «viande» des fourgons à hamburger.

Street Fighter 30th Anniversary Collection a beaucoup de jeux, mais pas certaines des versions les plus… colorées… de SF2.
La version Xiang Long du jeu fait un point convaincant dans son message de démarrage.

En tant qu’adolescent en herbe, je naviguais dans cette mer de violation flagrante du droit d’auteur et de normes d’hygiène alimentaire douteuses pour la véritable attraction vedette : l’arcade. Si vous n’avez jamais eu le plaisir, une arcade de fête foraine était généralement une cabine en acier compacte avec un plafond claustrophobiquement bas, environ un milliard de cabochons lumineux et plus de pièces de monnaie, de fruits et de machines à pousser 2p entassés dans son volume modeste qu’absolument nécessaire.

Je n’attendrais jamais grand-chose de ses cabines de marque générique. Si vous avez eu de la chance, vous trouverez une unité Electrocoin Unigamer abritant le WWF Wrestlefest avec deux boutons fonctionnels. Sinon, une machine de vidéo poker réutilisée avec un moniteur cassé exécutant BurgerTime.

Un an – appelons-le 199X – j’ai pensé que j’avais trouvé de l’or. C’était l’époque de Street Fighter 2 : Édition Champion, où nos rêves de jouer les quatre boss (Punchy, Slashy, Eyepatch McScar et Magic Communist) étaient enfin une réalité. Et le voilà, niché dans le coin arrière du Wilson’s Crazy Casino*.

Du moins je le pensais.

Attendez, attendez une minute…

À partir du moment où j’ai laissé tomber mon premier 20p, quelque chose n’allait clairement pas. Les couleurs du logo Street Fighter, passées à une gradation allant du vert au bleu pour Champion Edition, étaient plutôt un gâchis criard et apparemment corrompu.

Selon un contributeur de Bootleg Games, ces couleurs sont inspirées des teintes de la palette par défaut de Guile.

C’est juste devenu plus bizarre à partir de là. Quelques secondes après mon premier combat, mon Ryu avait distribué des Hadoukens à tête chercheuse dans les airs, des coups de pied d’ouragan turbocompressés et des coups de poing de dragon qui couvraient toute la largeur de l’arène. Pendant ce temps, mon adversaire CPU a décidé qu’il en avait assez d’être un E. Honda crachant des boules de feu et, au milieu du combat, s’est transformé en Blanka à la place. En fait, Dhalsim. Non, Ken. Chun-Li, donc. L’IA indécise a finalement opté pour un Guile vicieux et moi, toujours abasourdi par ce qui se passait, j’ai été rapidement écrasé par un torrent sans fin de Sonic Booms.

Tout s’est passé si vite aussi. C’était moins « le temps passe vite quand tu te fais mal », plus « tu as Benny Hill dans mon Street Fighter ». Juste comiquement rapide.

Vous avez déjà vu Sagat faire ça ?

« Eh bien, » je fais semblant de me souvenir de penser à moi-même, « c’était de la merde. » Street Fighter 2 se sentait généralement si finement réglé, si merveilleusement équilibré. C’était comme si toutes les idées folles d’un enfant de cinq ans d’un développeur avaient été jetées dedans, l’équilibre soit damné. J’ai choisi de ne plus gaspiller mes fonds limités dessus, choisissant plutôt d’observer plusieurs autres malheureux subissant un sort similaire. Personne n’a dépassé le premier adversaire.

D’une manière ou d’une autre, à une époque où Internet n’était pas une chose, mes amis les plus érudits avaient déjà eu vent de ce bootleg. Selon la personne à qui vous avez posé la question, c’était soit Édition arc-en-ciel ou Édition ceinture noire. je suggère Édition fondamentalement briséemais a été crié.

Un suplex si puissant qu’il n’a même pas besoin de se connecter.

Les récits du contenu de ce jeu mystérieux variaient également. Un Shoryuken libérerait également plusieurs Hadoukens. Zangief pourrait empiler l’air mince et faire encore des dégâts. Les personnages chargés n’avaient plus à charger, transformant Vega / Bison en machines perpétuelles Psycho Crusher.

Pour une fois, rien de tout cela n’était un mythe de terrain de jeu. Ils étaient tous vrais. Au cours des mois suivants, j’ai rencontré plusieurs bootlegs bizarres qui ont étayé toutes les affirmations sauvages que j’avais entendues. Ils étaient tous aussi injouables qu’ils en avaient l’air.

Au diable l’équilibre.

Street Fighter 2 Turbo: Hyper Fighting, la suite officielle de Capcom à CE, est arrivé peu de temps après, offrant une augmentation de la vitesse et quelques ajustements familiers aux mouvements des personnages. Coups de pied d’ouragan en plein vol ! Chun-Li a eu une boule de feu ! Blanka pouvait rouler verticalement ! Si vous connaissiez un code secret sur l’excellent port SNES, vous pourriez augmenter la vitesse à des niveaux qui rendraient même Rainbow Edition piétonne en comparaison.

C’était comme si Capcom avait extrait de l’or de la saleté chaotique de ces spin-offs contrefaits. Des années plus tard, dans l’excellent long métrage de Polygon Street Fighter 2: An Oral History, l’influence a été confirmée par James Goddard, ancien consultant en design chez Capcom USA et créateur de Dee Jay.

« J’ai envoyé le fax en disant: » Écoutez, nous devons faire notre propre mise à niveau de la ROM pour rivaliser avec ces gars-là. Nous pouvons les tuer si c’est équilibré – c’est spectaculaire mais c’est équilibré. Nous pouvons absolument tuer ces illégaux… « 

Cela a clairement fonctionné. Dans le sillage de SFII Turbo, les éditions Rainbow de ce monde avaient l’impression de disparaître presque aussitôt qu’elles étaient apparues. Deux autres mises à jour officielles sont arrivées en succession relativement rapide, aboutissant à Super Street Fighter II Turbo, où le respect de divers critères a déclenché une bataille avec le premier Akuma, qui était si follement OP qu’il aurait pu s’intégrer parfaitement à la foule Rainbow. (Même la version jouable nerfée est définitivement bannie de la compétition.)

Les jeux Street Fighter piratés laissent derrière eux un héritage long et impressionnant.

Selon l’International Arcade Museum, « Street Fighter II: Champion Edition (Rainbow) » est l’un des trois bootlegs SFII créés par le groupe de piratage mystérieux – et apparemment de très courte durée – Hung Hsi Enterprise TAIWAN. Ils n’étaient clairement pas seuls non plus; L’émulateur populaire FBNeo propose 67 variantes de bootleg stupéfiantes répertoriées pour la seule édition Champion, avec des sous-titres exotiques comme Xiang Long, Magic Delta Turbo et Alpha Magic-F.

Qu’est-ce que tu fais là-haut, Ryu ?

Je parierais que ces bootleggers taïwanais ne cherchaient pas à laisser une marque durable sur le paysage des combats compétitifs, mais qu’ils espéraient gagner rapidement de l’argent grâce au coin-op le plus réussi de l’époque. Même ainsi, il est difficile de ne pas tracer une ligne directe de leur mod bancal, à travers SFII Turbo, jusqu’à l’action OTT de X-Men : Children of the Atom et bien au-delà.

Il est fascinant de penser à quel chemin Street Fighter II – sans parler de tous les combattants influencés par ses améliorations post-Turbo – aurait pu prendre si cette vague de contrefaçons inventives n’avait jamais existé. Dans l’état actuel des choses, que Capcom le reconnaisse ou non, ces nouveautés charmantes et dysfonctionnelles resteront à jamais un élément formateur de l’héritage durable de la série.


Post-scriptum: À peine 28 ans plus tard, une équipe brésilienne anonyme a sorti Street Fighter 2 Mix, sans aucun doute le hack SF2 le plus abouti jamais créé. Contrairement aux hacks d’autrefois, cela améliore sans doute l’original en embrassant trois décennies d’innovation de genre – pensez à des gardes parfaits, lancez des évasions, reculez, sauts variables – ainsi qu’en retravaillant chaque personnage et en mettant en œuvre de nouvelles animations personnalisées pour correspondre.

Si vous êtes tenté de consulter Rainbow Edition ou l’un de ses nombreux acabits douteux, je vous recommande plutôt de saisir ce fangame conçu avec amour.

*Les noms ont été modifiés/fabriqués pour protéger la mémoire défaillante de cet écrivain

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.