Actualités / Jeux

Qu'y a-t-il sur votre étagère ? : Robert Yang, créateur de jeux artistiques et expert en conception de niveaux

Bonjour lecteur qui est également lecteur, et bienvenue à nouveau sur Booked For The Week – notre discussion régulière du dimanche avec une sélection de gens sympas de l'industrie sur les livres ! Les livres sont évidemment disponibles dans de nombreuses tailles différentes, mais saviez-vous qu'il existe une loi obscure qui dicte la limite légale de la durée d'un roman ? Il est mesuré en « George Martins ». Si votre histoire fait plus de trois « Georges », vous êtes rapidement escorté jusqu'à une cellule et obligé de manger tous les morceaux de livre faisant référence à plus de trois personnages d'une scène portant le même nom de famille. Cette semaine, c'est le développeur et rédacteur du légendaire blog sur les radiateurs, Robert Yang ! Bravo Robert! Ça vous dérange si nous regardons votre bibliothèque ?

Que lis-tu actuellement?

J'ai déménagé en Nouvelle-Zélande il y a quelques années et j'essaie de me familiariser avec l'art et la théorie locaux ici. Il y a deux semaines, je suis tombé sur ce livre, The Aotearoa Digital Arts Reader, qui est une collection d'écrits kiwis sur la technologie créative. Souvent, ces types de livres peuvent être des portails qui font grincer des dents, comme imaginez le livre « Révolution du métaverse NFT » dans la poubelle à 1 $. Mais ce livre de 2008 a jusqu’à présent fait un travail décent en pensant à l’avenir. Juste beaucoup de réflexions solides sur des concepts toujours d’actualité, peut-être même intemporels. Et même s’il ne prévoit pas quelque chose comme l’étrange zombification actuelle des réseaux sociaux, eh bien, peu l’ont fait en 2008.

Qu'avez-vous lu pour la dernière fois ?

Actuellement, je prototype un jeu de stratégie de rugby inopiné, je lis donc également de nombreux manuels de joueurs de rugby et guides d'entraînement. Le meilleur jusqu'à présent a été Rugby Skills, Tactics And Rules (5e édition) de John McKittrick et Tony Williams. C'est 50% de photos ? Je pense que ça pourrait être pour les sportifs. Quoi qu'il en soit, ils écrivent sur ce à quoi ressemble, selon eux, le « bon rugby », les normes tacites qui façonnent le sport plus que les lois officielles. Les fans ne l'expliquent pas (ou ne peuvent pas) parce qu'ils la respirent, mais les nouveaux arrivants comme moi ont besoin de ces poissons pour expliquer l'eau.

Qu’est-ce que tu envisages ensuite ?

J'ai lu cette interview fascinante « Buildings Born Ruins: Philosophy and Architecture After the Apocalypse » sur la façon dont l'apocalypse se produit déjà en ce moment, mais c'est un « hyperobjet » qui transcende l'horizon de l'espace-temps humain. Cela me rappelle une conférence futuriste à laquelle j'ai assisté il y a 10 ans, où un scientifique brillant et joyeux m'a dit “il est déjà trop tard, nous travaillons sur l'ingénierie climatique pour que 2030 ait des options”. Alors, est-ce à cela que ressemble une apocalypse ? L'une des personnes interrogées, Lisa Doeland, a un livre Apocalypsofie mais il semble qu'il soit uniquement en néerlandais. L'autre livre interviewé est Modern Architecture And Climate: Design Before Air Conditioning de Daniel Barber qui semble plus matériel, sur le « confort » et son cousin « survie », qui me rappelle la récente série télévisée The Curse.

Quel livre citez-vous le plus ?

Ouf. Euh. Je cite tout le temps les Simpsons. Les Simpsons sont-ils un livre ?… Je suppose que la citation qui me vient à l'esprit en ce moment vient de Giovanni's Room de James Baldwin, où l'un des personnages s'écrie : « À quoi sert un Américain qui n'est pas heureux ? Le bonheur était tout ce que nous avons. avait.” En tant qu'Américain vivant désormais en dehors de l'Amérique, je dois souvent définir mon américanité à voix haute lors de fêtes, ce qui n'arriverait jamais en Amérique – non pas parce que les Américains ne parlent jamais de l'Amérique (haha), mais parce que je suis asiatique et donc Je ne suis jamais assez américain pour les Américains. James Baldwin m'inspire et me fait peur à la fois – un brillant Américain gay et non blanc qui a quitté l'Amérique pour pouvoir essayer de penser à autre chose pour changer, mais qui a ensuite fini par penser encore plus à l'Amérique.

Quel livre dérangez-vous vos amis pour qu'ils lisent ?

Metagaming par Stéphanie Boluk et Patrick LeMieux. Ils soutiennent que les jeux vidéo ne sont pas des jeux, mais que nous jouons tous à plusieurs jeux dans le jeu vidéo. Certains d'entre nous sont en mode histoire, d'autres en speedrun, d'autres piratent, modifient, shitpostent ou lisent des wikis… et ce sont tous des jeux différents. Ils élargissent le concept de “méta”https://www.rockpapershotgun.com/”metagame” pour englober tout ce que nous faisons avec les jeux. Il transforme le développement de jeux en planification de mariage, comme cet art écologique consistant à entretenir de multiples habitats symbiotiques existant les uns à côté des autres.

Quel livre aimeriez-vous voir quelqu’un adapter à un jeu ?

Je relis Mme Dalloway tous les ans ou deux, c'est probablement mon livre préféré. J'ai l'intention de l'adapter en jeu un jour. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il s'agit de tous ces gens du Londres des années 1920 et de la façon dont leurs vies se croisent, puis ils se retrouvent tous lors d'une grande fête à la fin. Structurellement, c'est comme un film de Wes Anderson, mais Virginia Woolf aurait pensé que Wes Anderson était un imbécile total. Comme d'habitude, vous lisez Woolf à l'école, de manière formelle pour en apprendre davantage sur la narration avancée, mais cette approche sèche ignore à quel point elle est cool et drôle – pas de coupure entre tous ces connards pour qu'elle ne puisse pas les repérer dans la rue.

Robert, Robert. Vous me dites que vous pouvez concevoir un projet aussi délicieux qu'une « série continue de triptyques de jeux vidéo expérimentaux sur des sujets gays », et pourtant échouer complètement à nommer tous les livres jamais écrits, comme c'est le véritable objectif de cette chronique ? Eh bien, nous verrons comment se comportera l'invité de la semaine prochaine. Et comme toujours, ne comptez pas vos livres avant qu’ils n’éclosent, car il vous suffira alors de les compter à nouveau, et cela prendra du temps. Réservez dès maintenant !