A la une, Actualités / Jeux

Shangri-La Frontier : nouveau porte-étendard du isekaï ?

shangri-la-frontier

À une semaine de la sortie française de son premier tome, je vous propose de nous intéresser à une œuvre qui semble se démarquer de sa concurrence, dans un genre où celle-ci est pourtant particulièrement rude !

Un joueur particulier

Shangri-La Frontier est un isekaï, sous-genre de la fantasy où le personnage principal est transporté dans un monde parallèle, généralement un jeu-vidéo, comme c’est le cas ici.

On fait la connaissance de Sanraku, véritable passionné de jeux-vidéos ayant des goûts plutôt originaux. En effet, il passe tout son temps sur les pires jeux possibles : qu’ils soient remplis de bugs ou qu’ils possèdent un scénario plus que bancal, il vient à bout des opus considérés comme les plus mauvais sortis. C’est lorsqu’il va se décider, pour la première fois depuis longtemps, de s’essayer à un bon jeu et de découvrir Shangri-La Frontier, MMORPG en réalité virtuelle comptant plus de 30 millions d’utilisateurs dans le monde, que son histoire va commencer !

Un ton léger pour une aventure néanmoins épique !

L’une des grandes forces de Shangri-La Frontier est Sanraku, son personnage principal : si ses connaissances sur les jeux en ligne, acquises par des années de « jeux pourris », font de lui un héros relativement fort dès le début du jeu, sa méconnaissance des bons jeux (appelés « jeux divins » dans le manga) et sa manière de jouer très atypique (par exemple, son avatar ne possède pas d’armure, seulement un slip et une tête d’oiseau !) font de lui un protagoniste qui va s’éloigner des standards du héros d’isekaï, en y ajoutant une touche d’humour plus que bienvenue.

Bien évidemment, l’autre principal atout de l’œuvre est son univers de fantasy mis en valeur par le trait de Fuji Ryosuke, dessinateur du manga, qui, s’il ne révolutionne pas le genre par son bestiaire ou ses environnements, nous immerge sans soucis dans ce monde que l’on prend plaisir à découvrir au fil des chapitres, que ce soit lors de phases d’exploration ou de combats, et qui donne instantanément envie d’en voir plus, le scénario de Kata Rina nous promettant une échappatoire virtuelle parsemée de nombreux secrets.

Le renouveau du genre ?

Si Shangri-La Frontier semble contenir tout ce qui fait la force d’un isekaï et peut sans soucis être comparé à ses représentants les plus célèbres, il en ressort qu’après la lecture de ses premiers chapitres, le ton plus léger (notre héros n’est pas emprisonné dans ce monde, mais cherche seulement à s’amuser) couplé à un humour efficace, fait de ce manga un véritable vent de fraicheur dans un genre qui ne cesse de s’étoffer, qui plaira aux fans du genre comme aux nouveaux venus !

Le premier tome de Shangri-La Frontier sera disponible dès le 8 septembre prochain aux éditions Glénat. Au Japon, la série est toujours en cours avec 5 volumes sortis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *