Actualités / Jeux

Sons Of Valhalla Review : Un tir à la corde tac-and-slash plutôt brillant

Comme un thane agressivement compétitif lors d'un concours gourmand de pisse de rennes, le roguelite tac-and-slash 2D Sons Of Valhalla ne ralentit jamais le rythme, même un instant. Que vous chargez sur ses champs de bataille pixel-art en coupant et brûlant des forteresses de plus en plus difficiles à percer, ou que vous preniez des décisions rapides pour prendre le dessus dans ses tactiques de tir à la corde, les seules fois où Thorald ne fait pas de violence cool, ordonner aux autres de faire preuve de violence cool, ou améliorer ses camps pour qu'il puisse agir de manière plus froide et plus violente, c'est lorsqu'il restaure son endurance avec une limace d'hydromel fraîche ou qu'il ronge violemment de la viande bénéfique pour la santé.

Viking Thorald Olavson est un homme possédé. Un rival Jarl a brûlé son village et a entaillé sa femme Raya. Dans sa quête pour la retrouver, il est prêt à tout, même à visiter l'Angleterre. En tant que Thorald, vous vous frayerez un chemin jusqu'aux échelons de la chaîne de commandement dans votre recherche de Raya à travers six étapes, chacune se situant quelque part entre les tactiques à défilement horizontal de Kingdom Two Crowns, la stratégie de voie d'un Warpips et le slashy/ blocky / shooty / douteux de tout ARPG 2D que vous souhaitez nommer.

Il y a même une pincée de roguelite. Vous devrez sacrifier une rune d'amélioration, récupérée sur certains ennemis, à chaque fois que vous mourrez. Cela ressemble à un méli-mélo écrasant, mais SOV grignote avec réserve chacun de ces concepts, ne jouant que les éléments pertinents à son élan incroyablement puissant et à son « jeu flash culte auquel vous avez tous profité de la sociologie pour jouer et quand le Le professeur est venu vous gronder, ils ont oublié et l'ont juste regardé un peu » charme. (Je veux dire cela entièrement en termes de gourmandise et de concentration. Vous auriez aussi du mal qu'une gaufre brûlée à trouver un vieux jeu flash avec du pixel art aussi bon.)

Crédit image : Coffre pixel/cheval à capuche

Au niveau ARPG, Thorald est une force de la nature après seulement une poignée d'améliorations, soit runiques, soit achetées dans vos bases d'hydromel avec une ressource rare. Il est capable de trancher ses ennemis trois à la fois, et assez rapide avec le carquois pour faire trembler ses ennemis qui s'abandonnent dans leurs sous-vêtements de couleur Nesquik. Plus tard, vous débloquerez un combo pot de goudron/flamme si dégoûtant que je me plaindrais si ce n'était pas si amusant, si l'animation délicieusement grizzly de friture d'ennemis qui, j'imagine, a pris des semaines de travail à quelqu'un ne l'était pas. brillant. Dans les étapes finales, vous éliminerez des camps entiers en solo.

Pas au début, cependant, et c'est là qu'intervient le remplissage de vos bandes. L'une des premières choses que le jeu vous apprend est la commande « mur de boucliers » : boucliers à l'avant, archers à l'arrière. Très efficace. Ensuite, vous allez faire tuer tous vos gars de bouclier lors de la première charge et vous ne pouvez plus construire tant que vous n'avez pas acheté la mise à niveau. Peu importe! Abattez une caserne et quelques bâtiments de ressources, et vous aurez bientôt une belle bande de pillards à vos côtés. Au fur et à mesure que le jeu progresse, vous aurez accès à tout, des boucliers aux armes de siège. Les ennemis engendrent du hacksilver, le hacksilver engendre des améliorations de hall d'hydromel et les halls d'hydromel engendrent de nouveaux emplacements de construction. Votre plafond d’unités augmente à mesure que vous construisez et capturez davantage. C'est toujours suffisamment petit pour être pris en considération, mais généralement suffisamment grand pour constituer une force variée. Certaines unités sont très spécialisées, donc plus vous en débloquez, plus le plafond devient un facteur important dans vos plans, d'autant plus que les barricades ennemies deviennent exceptionnellement fortifiées dans les niveaux ultérieurs.

Bien que cette boucle principale ait été déclenchée dès le départ, la variété est quelque chose que Sons Of Valhalla maîtrise absolument, gardant tous les vieux trucs pertinents tout en s'appuyant constamment sur sa ligne de base des deux côtés et en évoluant de la même manière que le tir à la corde en termes d'intensité et de complexité. . Le dossier de presse me dit qu’il existe plus de 40 types d’ennemis, et je le crois. Après chaque étape, vous affronterez un combat de boss maléfique et caricatural, terminé par des bavardages nostalgiques rappelant les beat'em ups rétro. C'est, comme je l'ai dit, incroyablement charmant. Violent et peut-être traumatisant pour plusieurs personnages, bien sûr, mais je ne suis pas sûr que l'histoire soit destinée à être prise au sérieux autant qu'elle est censée fournir un cadre d'aventure campagnard pour tous les pillages et les promesses de vengeance. C'est beaucoup plus Astérisque et Obélisque que The Norseman. De plus, la musique est franchement captivante.

En fait, commander vos troupes peut parfois être compliqué, n'est-ce pas ? Ils aiment construire des boucliers dans la mauvaise direction s'il y a des troupes amies qui rattrapent leur retard derrière eux, et parfois vous devez courir partout en spammant « suivez-moi » pour annuler la commande « attaquer » et les amener à « tenir position ». pendant que vous construisez votre force. Cependant, en général, il s'agit d'un menu à quatre boutons bien condensé qui fait ce qu'il est censé faire, tout comme vos troupes.

Une carte du monde de style jeu rétro dans Sons of Valhalla

Crédit image : Coffre pixel/cheval à capuche

Tu sais quand j'ai dit que le jeu ne s'arrêtait pas, en haut ? Tout comme le jeu m'a fait, je vous en ai tiré un coup rapide. Et, tout comme le jeu m'a fait, je vais coller un gros morceau de « Quoi ? Pourquoi?' en plein milieu de votre expérience. Ce. Est. A. Textuel. Interprétation. De. A. Stimulation. Barrage routier. Incendiez leurs maisons avec du caca et de la paille ! Volez à l'étalage leurs wimminfolk ! Faites mariner leur précieux bétail ! Défigurez leurs effigies avec des moustaches faibles et chétives pour que tous doutent de la virilité de leurs dieux pathétiques ! Passez devant eux sur la pointe des pieds pendant qu'ils dorment et distrayez ceux qui sont éveillés avec des poteries lancées ! Attends, attends. Oubliez ce dernier, car cela est contre-intuitif par rapport à l'expérience Viking, sûrement l'expérience la moins furtive qui soit.

Je ne suis pas sûr pour vous, mais rarement, quand je suis aussi rivé sur un jeu doté d'un élan aussi bruyant, est-ce que je pense : « Vous savez ce que j'aimerais vraiment en ce moment ? Une section furtive irritante et longue dans laquelle vous incarnez un personnage différent avec des choses entièrement nouvelles à apprendre qui ne reviendront plus jamais. Je vais avoir une chance de donner à cette section sa juste secousse, mais même si un critique rétrospectif me permet de comprendre et même d'apprécier pourquoi ce trundlefest maussade et gluant a été inclus, en fait, y jouer était une douleur sourde avec des douleurs aiguës occasionnelles. Attention, pas de douleurs lancinantes, car poignarder serait trop amusant.

Oui, cela se produit mort en plein milieu du jeu, un intermède opportun pour interrompre l'action. Oui, cela donne à l’histoire une impression d’échelle. Et oui, cela empêche quelque peu Raya d'être simplement « la femme de Thorald » et lui permet d'être un personnage capable à part entière pendant un certain temps. Ce n’est pas la présence de cette section que je déplore, mais juste son exécution. Donnez simplement une hache à la femme ! Bon sang, donne-lui un bolter, je m'en remettrai. Peut-être une version réduite de la boucle principale où Raya commande une armée de rats d'égout liés pour aider à éliminer les gardiens de prison ? Cela aurait transformé Sons Of Valhalla du « grand jeu avec cette furtivité déroutante au milieu » au « grand jeu avec les tactiques de rat ». On aurait pu appeler ça des « rat-tics » ! J'aurais applaudi si tu avais fait ça !

Thorald combat un patron qui se dispute avec des chiens dans Sons of Valhalla

Crédit image : Coffre pixel/cheval à capuche

Mais attendez! C'est fini! Raya a rampé hors d'un égout, a donné plusieurs coups de pied à un garde au visage et, oh regarde, le jeu est à nouveau génial. Bien sûr, à ce stade, Thorald commence à devenir si puissant que les boss sont plus amusants en raison de la nouveauté que de la difficulté, et bien sûr, vous avez probablement compris la boucle du jeu, donc les dernières étapes sont plus faciles que la toute première. Il existe cependant plus d'options de difficulté – celle au-dessus de « normale » est probablement parfaite si vous voulez du vrai mordant – et il n'y a rien de mal à faire un tour de victoire.

Il y a bien d'autres subtilités que vous découvrirez en jouant. Par exemple, un avant-poste sur deux que vous supprimez fournit un camp forestier plutôt qu'une base standard, vous permettant de recruter des mercenaires et d'échanger des ressources ; ajoutant encore une autre couche d’équilibrage tactique des comptes à prendre en compte. Le véritable tir à la corde est en fait dans votre esprit ! Une bonne partie des runes que vous obtiendrez ne sont pas non plus réservées à Thorald, ajoutant des buffs ou de nouvelles astuces à des jets d'unités spécifiques. Il existe également un mode horde qui vous donne un plafond d'unités massif pour commencer et qui bricole les rythmes de la campagne en vous donnant un temps de recharge de préparation défini – un temps que vous auriez généralement à vous tailler littéralement en trouvant des accalmies raisonnables dans le Action de retour et de mise à niveau.

J'étais sur le point de coller un Bestest Best sur celui-ci, mais cet horrible élément de furtivité, combiné à la façon dont le jeu n'a pas réussi à organiser un véritable combat au moment où il en avait le plus besoin, m'a retenu. Cependant, jusqu'à la moitié du parcours, et pendant un bon moment après, je m'amusais avec Sons Of Valhalla. Il maintient son action ARPG dans les limites pertinentes de ses tactiques, et maintient ses tactiques au rythme de son combat intense et immédiat. C'est merveilleusement scénarisé et animé. Il ne dépasse pas son accueil, mais vous offre ensuite un mode supplémentaire et des paramètres de difficulté soigneusement ajustés si vous souhaitez vous y replonger. Et même avec mes plaintes, j'ai hâte de faire exactement cela. Barman, encore de la pisse de renne.


Cette revue est basée sur une version commerciale du jeu fournie par les éditeurs Hooded Horse.