Playstation

Take-Two Boss pense que le nouveau PS Plus est la bonne approche pour les abonnements

take-two-boss-pense-que-le-nouveau-ps-plus-est-la

Le patron de Take-Two, Strauss Zelnick, est d’accord avec l’approche de Sony pour sa refonte PSPlus, réitérant qu’il pense qu’il vaut mieux que les abonnements se concentrent sur les catalogues plutôt que sur les sorties du premier jour, car « nous ne pouvons pas nous permettre de bouleverser notre activité d’une manière qui n’a pas de sens économiquement ». Il a ajouté que son entreprise a pris en charge divers abonnements dans le passé avec du contenu hérité, et il est heureux de le faire là où cela a du sens.

« Notre scepticisme a consisté à rendre les produits de console de première ligne disponibles jour et date avec abonnement », a-t-il déclaré à Games Industry. « Cela n’a aucun sens pour nous, car économiquement parlant, nous ne pensons pas que les consommateurs soient prêts à payer pour cela. Et nous ne pouvons pas nous permettre de bouleverser notre entreprise d’une manière qui n’a pas de sens sur le plan économique. Il doit toujours y avoir une intersection entre ce que veut le consommateur et ce que l’éditeur est capable de faire. Et vous savez, ça n’a pas de sens de faire ça pour nos propriétés. C’est notre opinion, et je pense que Sony est d’accord avec nous, car c’est ce qu’il a dit.

Comme mentionné ci-dessus, Zelnick pense que les abonnements peuvent toujours être intéressants pour le contenu du catalogue : « Cela peut potentiellement être excellent pour les propriétés du catalogue, les ventes de propriétés qui sont sur le marché depuis un certain temps et dont le prix a été réduit. Il peut être économiquement judicieux de les proposer sur la base d’un abonnement.

Il a ajouté qu’il ne pensait pas que les services d’abonnement séduiraient au-delà d’un sous-ensemble très spécifique de joueurs passionnés : [the United States]foyers, consomment 150 heures de programmation linéaire [television or movies] un mois. C’est plus de 100 propriétés. [You can] comblez ce besoin avec deux ou trois services d’abonnement. C’est une très bonne affaire par rapport à l’achat à la carte ou même par rapport aux forfaits de câble précédents.

« Mais le divertissement interactif est consommé à un niveau différent, environ 45 heures par mois et d’une manière différente. C’est peut-être deux, trois ou quatre propriétés par mois. Ce n’est certainement pas plus de 100 propriétés. Il n’est donc pas clair que votre large public veuille accéder à plusieurs centaines de jeux en un mois et soit prêt à les payer. Il est possible qu’un petit sous-ensemble du public veuille cela, mais je ne pense pas que ce soit une large base, car ce n’est pas ainsi que les gens ont tendance à consommer du divertissement interactif.

Zelnick a averti qu’il « pourrait avoir complètement tort, ce qui est tout à fait correct » – mais en tant que dirigeant d’un grand éditeur, son opinion vaut au moins la peine d’être écoutée. Bien sûr, ses perspectives seront influencées par le fait que sa société produit des titres de mastodonte, comme Grand Theft Auto et NBA 2K22 – des jeux qui se vendent à des millions et des millions d’exemplaires, au prix fort, au lancement.

Pourtant, il a conclu : « Cette entreprise ne fonctionne pas sur la base des opinions d’une seule personne, y compris la mienne. Et quand cela a du sens, nous soutenons les services d’abonnement et si c’est là que le consommateur veut être, c’est là que nous serons.

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.