Actualités / Jeux

Tamriel Infinium : High Isle de The Elder Scroll Online apporte une nouvelle histoire, de nouvelles terres et un nouveau jeu de cartes à Tamriel

Tamriel Infinium : High Isle de The Elder Scroll Online apporte une nouvelle histoire, de nouvelles terres et un nouveau jeu de cartes à Tamriel

C’est le printemps. Les oiseaux gazouillent, le pollen vole et les pensées d’un jeune se tournent vers un autre chapitre majeur pour The Elder Scrolls en ligne. La sortie annuelle de ZeniMax est devenue aussi régulière et prévisible qu’une ville faite d’horlogerie.

Ahem, j’ai dit, « une ville faite d’horlogerie ». *Appuye sur le micro* Est-ce que ce truc est allumé ?

Lorsque j’ai parlé à ZeniMax de la sortie de Greymoor il y a quelques années, les représentants du studio ont mentionné le fait qu’ils aiment mélanger les zones géographiques pour chaque chapitre suivant afin qu’un chapitre ne ressemble pas trop au précédent. Ils sont restés fidèles à ce modèle en opposant le paysage infernal des Deadlands de l’année dernière à un cadre tempéré médiéval plus familier cette fois-ci : le chapitre de High Isle se concentre sur la race bretonne et se déroule dans les îles Systres, dont le climat et le paysage sont rappelle l’Europe ou le Royaume-Uni avec des affleurements rocheux vallonnés et des zones boisées inégales à denses. Le paysage de High Isle n’est jamais apparu dans un jeu Elder Scrolls, alors ZeniMax ouvre un nouveau territoire pour la franchise.

Alors que High Isle est traditionnellement une région bretonne, c’est aussi un lieu de villégiature pour ceux de Tamriel qui ont les moyens de voyager. Le climat doux et les vues sur la mer en font une escapade relaxante pour les riches et les nobles. Pour les besoins de notre histoire, cela constitue également un endroit neutre où les représentants des trois alliances peuvent se rencontrer pour discuter de mettre fin à la longue durée (enfin, une seule année si vous passez par l’officiel ESO chronologie) guerre des trois bannières en Cyrodiil. Les pourparlers de paix doivent être négociés par The Steadfast, un groupe avec lequel le joueur n’est pas immédiatement familier. Le Quartier Ascensionné s’oppose aux pourparlers de paix, un groupe favorable à l’abolition complète de toutes les alliances. Dans ce contexte, il est évident que le chapitre de cette année s’éloigne de la nature apocalyptique des chapitres précédents au profit d’une circonstance politique plus mondaine.

Le paysage du nouveau chapitre se décompose en trois régions distinctes. La ville portuaire de Gonfalon, où les pourparlers de paix sont censés avoir lieu, est notre point d’atterrissage. Le port de Gonfalon constitue une porte d’entrée naturelle. Le côté nord-ouest de High Isle est plus densément boisé et un peu plus sauvage que les vues pittoresques de la ville portuaire du sud. Une sensation germanique accompagne certaines anciennes ruines bretonnes et druidiques, ainsi que de véritables établissements druidiques. Les druides de High Isle se sont séparés de la faction Wyrd plus familière à un moment donné dans le passé et possèdent une relation intéressante avec les phénomènes magmatiques apparaissant sur toute la carte. Enfin, une région de jungle sauvage couvre l’ensemble du territoire pénitentiaire d’Amenos, une île où sont bannis les pires délinquants de Tamriel. Une fois condamnés à Amenos, les prisonniers doivent se débrouiller seuls ou se regrouper avec d’autres déviants pour survivre.

Outre le nouveau paysage et l’histoire, un nouveau système majeur a été inclus dans le chapitre : le jeu de cartes à collectionner Tales of Tribute. Il est décrit par ZeniMax comme un « jeu de construction de deck de ressources compétitif au tour par tour pour deux personnes ». Tales of Tribute est conçu pour imiter un jeu de taverne adapté à l’histoire et à la sensation de ESO. Les cartes et les decks peuvent être collectés en accomplissant diverses quêtes et réalisations ainsi qu’en complétant du contenu terrestre. Les joueurs peuvent participer à des campagnes PvE Tales of Tribute ou tester leur courage contre d’autres ESO joueurs en PvP. Pour ceux qui s’intéressent à ce jeu dans un jeu, rendez-vous pour parler à Brahgas, le PNJ exprimé par nul autre que Billy Boyd de la renommée du Seigneur des Anneaux.

Mais le chapitre ne concerne pas uniquement le contenu solo; ESO est un jeu massivement multijoueur, après tout ! Les joueurs qui parcourent le contenu terrestre de High Isle découvriront deux donjons publics, conçus pour deux à quatre joueurs. Les donjons publics offrent l’opportunité de rencontrer au hasard d’autres joueurs s’efforçant d’atteindre les mêmes objectifs, d’amener un groupe d’amis ou de tenter en solo de nettoyer des boss et des salles difficiles. Les nouveaux événements dynamiques d’ancrage sombre sont des évents de lave, le cœur même de Tamriel suintant à la surface et amenant avec lui toutes sortes de créatures étranges. Les évents de lave sont conçus pour des groupes de quatre à huit joueurs. Au sommet du contenu de groupe PvE se trouve un nouvel essai à 12 joueurs, Dread Sail Reef.

Étrangement, de toutes les choses que ZeniMax a vantées pour le chapitre High Isle, je suis plus intéressé par certaines des petites touches qui ne se retrouvent généralement pas dans la brochure de vente. Par exemple, deux nouveaux compagnons sont disponibles à débloquer via des chaînes de missions spécifiques. C’est une bonne nouvelle pour ceux d’entre nous qui apprécient à fond le système compagnon mais qui sont prêts à changer de visage. La plupart des petits changements seront disponibles pour tous les joueurs, qu’ils aient ou non acheté le chapitre – comme les emplacements rapides, qui ont été étendus en trois « catégories » d’emplacements rapides (outils, emotes et emplacements rapides traditionnels) qui peuvent être facilement accessible en quelques clics de bouton.

Je n’ai passé que peu de temps à High Isle dans cette période de pré-lancement, mais j’ai assez joué ESO à mon époque pour être capable de reconnaître les modèles et les différenciateurs. Dès le lancement de Greymoor, j’ai remarqué qu’une grande partie du contenu ressemblait à peu près aux versions précédentes, ce qui rendait difficile d’être trop excité à ce sujet. Je ne suis pas le seul membre du personnel du MOP à l’avoir remarqué. Et pour le meilleur ou pour le pire, cette tendance se poursuit avec High Isle.

Bien que je salue un départ du scénario de fin du monde et que j’apprécie de nombreux nouveaux visuels comme les chevaliers PNJ à cheval et les navires naviguant au loin, il y a un niveau de similitude qui imprègne le chapitre. Pour ceux qui aiment ESO, ça peut être une bonne chose. Certes, je ne reproche pas à ZeniMax de s’en tenir à une formule qui fonctionne. Tales of Tribute est certainement un écart par rapport au contenu standard, mais je dois croire que c’est une niche très spécifique de joueur qui se connectera à ESO pour jouer à un mini-grind de deck à collectionner.

Malgré tout, je suis sur le point d’être prêt pour mon escapade annuelle à travers Tamriel. J’ai pré-acheté le chapitre et j’attends avec impatience des histoires bretonnes, des compétitions de joutes et de nouveaux compagnons. Je suis l’un des rares membres du personnel à penser réellement ESO est l’un des MMO fantastiques les plus beaux du marché, et j’apprécie vraiment le temps que j’y passe. À ce stade, c’est comme de la nourriture réconfortante. Je vais le manger. Je vais même en profiter. Mais je ne m’attends à rien de trop nouveau ou excitant.

The Elder Scrolls en ligne Le chapitre High Isle sera disponible le 6 juin sur PC, Mac et Stadia et le 21 juin sur les plateformes Xbox et PlayStation.

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.