Nintendo

Test : Autonauts (Nintendo Switch) –

2022062314130300_s-jpg

Autonauts vous lance comme un garçon avec un bâton et une pierre. Peu de temps après, vous avez un robot brut. Ensuite, vous partez à la conquête d’une planète. C’est une histoire aussi vieille que le temps.

Comme son nom l’indique, Autonauts est un jeu de construction et d’artisanat axé sur la construction et l’automatisation de la production. Vous le faites à travers vos robots, que vous « programmez » en les entraînant à effectuer des tâches répétitives.

Au fur et à mesure que vous progressez dans le jeu, vous débloquez plus de technologies, vous permettant de construire des structures plus complexes et des robots plus intelligents, plus rapides et plus puissants. Pendant tout ce temps, cependant, vous devez faire face à des pannes d’outils, à des goulots d’étranglement dans les ressources et au moment où votre automatisation s’effondre soudainement.

Rendu dans le style cubique si populaire avec les jeux d’artisanat, Autonauts postule un monde où les haches peuvent et vont se casser, mais les robots peuvent être fabriqués à partir de bâtons et de bûches et fonctionner indéfiniment sans source d’énergie établie. Le seul véritable objectif est de passer au niveau technologique suivant, et la seule véritable pénurie concerne la gestion des ressources.

Commençant littéralement avec des bâtons et des pierres, vous utilisez votre premier outil pour fabriquer une hache pour abattre un arbre, ce qui fait une bûche. Cela vous permet de créer des structures telles que des établis et des tables d’assemblage de robots, et vous présente l’un des concepts tacites du jeu « les outils peuvent casser, mais pas les structures ». Ainsi, lorsque vous avez accès à un bloc de coupe (qui combine une bûche avec une hache), cela vous donne la possibilité de transformer le bois en plans et poteaux sans user la hache.

Mais vous aurez toujours besoin d’un approvisionnement en haches pour abattre des arbres. La solution consiste alors à programmer un robot pour fabriquer des axes. Avoir un robot à la recherche de bâtons, puis de roches, puis de les assembler prendrait trop de mémoire (plus à ce sujet dans un instant). Alors que serait vraiment pratique serait d’avoir un robot pour ramasser des bâtons, un autre pour ramasser des pierres et un troisième pour fabriquer les haches qu’un quatrième utiliserait pour couper l’arbre.

L’autre ressource que vous devez gérer est la capacité mémoire de vos robots. Vous leur assignez des tâches en vous associant à un robot et en lui faisant faire les tâches que vous voulez qu’il fasse : prendre une hache, abattre des arbres, etc. Au début, vos robots sont limités à seulement quelques lignes de « code ». Des concepts abstraits tels que « zone de recherche pour cette ressource particulière » et « utiliser l’atelier pour créer cet outil particulier » nécessitent des commandes supplémentaires.

Heureusement, vous pouvez accéder aux commandes if/then/until qui peuvent vous permettre de répéter des tâches. Déterminer la meilleure façon de procéder est l’objectif principal du jeu, car une fois que vous les laissez sans surveillance pour travailler sur autre chose, les robots suivront vos instructions. exactement comme tu leur as donné jusqu’à ce que quelque chose dans le processus se casse.

Et quelque chose casse toujours.

Autonauts a une interface très robuste pour vous permettre de gérer toutes vos tâches, y compris des commandes qui vous donnent une version miniature de l’état de chaque robot, les objets que vous portez vous-même et une liste détaillée de ce qu’un robot fait (ou essaie et échoue à fais). De plus, il y a un bon tutoriel qui explique tout ce que vous devez savoir. Mais quand même, c’est compliqué.

Par exemple, utilisez votre « sifflet » (bouton Y) pour sélectionner le robot que vous souhaitez programmer. Une fois que vous avez sélectionné le robot (stick droit), vous appuyez sur le bouton gauche pour ouvrir l’écran de programmation. Maintenant, vous utilisez le joystick gauche (appuyez à nouveau sur le bouton gauche pour fermer l’écran de programmation) pour passer à la commande souhaitée (enregistrement de programmation, pause, effacement ou autres commandes). Ensuite, après avoir mis en surbrillance la commande souhaitée, appuyez sur le bouton A pour la sélectionner. C’est extrêmement compliqué, mais compte tenu de ce que vous essayez d’accomplir avec une manette de jeu, c’est nécessaire.

Autonauts est un jeu qui consiste à accomplir des tâches répétitives (à savoir programmer des robots un par un) à court terme pour ne pas avoir à les faire à long terme. Cela peut être fastidieux au début avant d’avoir une bonne poignée de bots pour stocker les composants. De plus, cela peut être répétitif tout au long du jeu, car pendant que votre technologie passe de l’âge de pierre à celle d’une ville moderne, vous faites toujours la même chose encore et encore vous-même ; dire aux robots ce qu’il faut rassembler et ce qu’il faut traiter.

Cela dit, j’ai surtout apprécié les Autonautes. C’est un jeu de précision ouvert. Vous devez obtenir de l’eau pour vos cultures, par exemple, mais la façon dont vous l’obtenez dépend plus ou moins de vous. Plantez-vous votre blé près d’un lac afin qu’un seul bot puisse rouler avec un seau ou construisez-vous des barils pour stocker l’eau afin qu’un autre bot puisse utiliser plus efficacement un arrosoir, ce qui est plus rapide car une canette ne s’épuise pas aussi rapide comme un seau?

Bien que vous puissiez créer une situation où vous manquez de ressources (les mauvaises herbes sont étonnamment importantes, soit dit en passant), il y a par ailleurs très peu de danger dans le jeu ; pas d’animaux vicieux ou de zombies. À un certain moment, vous devrez peupler votre ville de « Folk » qui ont besoin de nourriture, d’un abri et de vêtements. Mais même si vous ne fournissez pas cela, rien de terrible n’arrive à vos robots, ils arrêtent tout simplement de produire du « wuv », qui est une ressource que vous utilisez pour financer la recherche de nouvelles technologies.

J’ai trouvé les Autonautes fastidieux au début, puis très amusants, puis épuisants. Quand je suis finalement entré dans l’ère des roues hydrauliques, j’ai fait un zoom arrière sur la carte et j’ai regardé mes œuvres, et j’ai désespéré. Il y avait trop de bots, certains tournant en rond, d’autres attendant que des planches soient fabriquées, et trop de céréales s’empilant dans le champ, dépérissant. Le défi que les Autonautes m’ont proposé était amusant, mais au final, je voulais juste construire un robot pour dire à tous les autres quoi faire pour que je puisse m’asseoir et lire un livre.

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.