Nintendo

Test : Bayonetta 3 (Nintendo Switch)

bayonetta3c-jpg

Une critique de Bayonetta 3 à ce stade est en grande partie dénuée de sens. Je comprends. Ceux qui attendaient avec impatience cette troisième entrée dans la série PlatinumGames depuis son annonce il y a près de cinq ans l’ont sûrement déjà. S’il persiste dans votre liste de souhaits, permettez-moi de suggérer que vous pouvez le supprimer.

Je ne dis pas que Bayonetta 3 est un mal Jeu. Nous savons depuis les deux premières entrées de la série que PlatinumGames sait comment proposer une action qui plaît aux joueurs de tous niveaux. Vous voulez simplement vous frayer un chemin au hasard dans l’histoire? Vous pouvez le faire. Vous voulez vous tourmenter sur les contrôles jusqu’à ce que vous soyez une machine d’annihilation affinée ? Vous pouvez faire cela aussi. Il existe ici des niveaux de difficulté qui vous permettent de rendre le combat aussi simple ou difficile que vous le souhaitez.

L’histoire ne prend que 12 à 15 heures environ, vous pouvez donc charger facilement et ne plus jamais y penser. Ou, vous pouvez doubler (tripler ?) ce temps en perfectionnant vos combos jusqu’à ce que vous vous fassiez botter le cul comme s’il y avait un prix en argent pour cela.

Mais ce n’est pas un génial Jeu. Aussi merveilleux que soit le combat et aussi gratifiant que puisse être l’exploration de cartes, Bayonetta 3 se met continuellement à sa manière avec des mécanismes de jeu qui ne sont tout simplement pas si amusants. Et malheureusement, l’histoire alambiquée semble plus essayer de plaire aux fans de MCU qu’aux joueurs; si j’entends le mot « métavers » une fois de plus dans les 30 prochaines années, ce sera 10 fois trop.

Bayonetta 3 s’ouvre avec Bayonetta mourante. Autant la voir comme un personnage de force. Mais bon, pas de soucis; il y a des centaines de Bayonettas dispersées dans l’éther. Allons en trouver un autre ! Donc, nous le faisons, avec l’aide de Viola, une plutôt… eh bien, je suppose que je ne dirai pas qu’elle est antipathique, mais en tant que parent de trois adolescents, je n’ai aucune patience pour les personnages geignards.

Mais si son comportement ne vous rebute pas, ses mécanismes de combat peuvent le faire. Ils sont très différents de ceux de Bayonetta, et ils ne sont pas aussi amusants. Alors qu’il est facile de retirer la capacité d’esquive de Bayonetta qui place le combat dans Witch Time pour des dégâts plus importants, Viola nécessite une parade parfaitement chronométrée avec son épée. Cela vous met en danger et vous expose à des dommages lorsque vous ne parvenez pas à exécuter. C’est assez proche du style de Bayonetta pour se sentir mal et insensible.

Encore moins amusantes sont les batailles de daikaiju auxquelles Bayonetta est forcée. Bon nombre des démons qu’elle doit combattre sont trop gros pour qu’elle puisse les prendre sous forme humaine, je suppose, afin qu’elle puisse invoquer temporairement ses propres démons géants pour faire son sale boulot pendant qu’elle danse à moitié nue au premier plan.

La caméra de ces batailles reste derrière Bayonetta, donc les combats sont au loin, ce qui rend difficile de voir ce qui se passe. Ils sont également très encombrants, allant à l’encontre de tout ce qui rend le gameplay de Bayonetta si amusant. Pire encore, Bayonetta peut toujours subir des dégâts pendant qu’elle a ses démons, vous passez donc plus de temps à essayer de créer une distance entre vous et les ennemis que vous n’en dépensez à les combattre. Ces batailles seraient bien si elles ne constituaient pas une partie importante du gameplay, mais vous devez invoquer ces démons si souvent que le jeu n’est tout simplement jamais en mesure de prendre de l’élan.

La troisième déviation du gameplay de base, cependant, fonctionne assez bien. Le personnage de retour, Jeanne, joue dans ses propres niveaux de mission furtive 2D, et ceux-ci ont été beaucoup plus efficaces pour briser le gameplay de base avec des détournements intéressants. Ils étaient stimulants, mais amusants, et ils n’ont pas survécu à leur accueil. Si les développeurs avaient laissé tomber le kaiju et nous avaient juste donné les missions secondaires de Jeanne, Bayonetta 3 aurait fourni une expérience beaucoup plus fluide et engageante.

L’exploration de niveau est également une arme à double tranchant. PlatinumGames a créé ici des mondes merveilleux qui sont un plaisir à explorer, et ils les ont emballés avec des cadeaux à découvrir au fur et à mesure que vous le faites. Malheureusement, bon nombre de ces goodies ne peuvent être obtenus qu’en réussissant des défis de plate-forme chronométrés, et ils sont beaucoup trop difficiles pour être amusants. Peut-être qu’ils deviennent plus faciles avec les capacités acquises lors de plusieurs parties, mais je ne le saurai jamais avec certitude. Vous pouvez certainement les ignorer, mais ils vous récompensent avec divers objets et bonus dont vous avez vraiment besoin au fur et à mesure de votre progression. Donc, si vous ne perdez pas 15, 20 minutes à essayer d’exécuter parfaitement un défi de plate-forme, vous ne faites que rendre les choses plus difficiles pour vous-même sur la route.

« Mais Kirk, » vous réprimandez-vous, « le défi est un argument de vente d’un jeu Bayonetta! » C’est juste, mais qu’en est-il de cela ? Un autre argument de vente d’un jeu Bayonetta est son côté sexy. Ici, elle est juste maladroite. Tous les personnages sont maladroits et les ennemis sont inintéressants. Rien n’est cool. Peut-être que la vision exagérée de la série sur les stéréotypes de jeu s’est simplement émoussée. Je ne sais pas.

Les visuels sont bons, et la cinématographie et la mise en scène de certaines des batailles sont merveilleusement dingues. Le combat est plus vif que jamais lorsque vous êtes autorisé à être simplement Bayonetta, et elle se déplace à travers les niveaux avec rapidité et grâce. Honnêtement, chaque fois que j’ai sauté dans Bayonetta 3, cela m’a reconquis dans les 10 premières minutes environ, mais ensuite je rencontrais quelque chose de trop encombrant ou ennuyeux pour me laisser simplement m’amuser.

Et puis vous arrivez à la fin, qui est presque aussi controversée que le rabat de l’actrice vocale. Je ne gâcherai rien pour ceux qui essaient encore de l’atteindre, mais je dirai que ce n’est pas génial. Je n’ai aucun problème avec les décisions que les développeurs ont prises pour Bayonetta elle-même ; elle est leur création, et ils peuvent absolument faire d’elle ce qu’ils veulent. Le public moderne a largement oublié l’importance d’être un public, et parfois il suffit de quitter le théâtre déçu de la façon dont les choses se sont terminées. Mais je préférerais une mauvaise fin à une fin indécise.

Après cinq ans d’anticipation, nous nous retrouvons avec un jeu qui nous rappelle à quel point Bayonetta et Bayonetta 2 étaient amusants, mais aussi à quel point ils étaient meilleurs. Trop de choses ont été poussées dans ce jeu, apparemment au détriment de Bayonetta elle-même : combat et personnage. C’est toujours PlatinumGames, remarquez, et c’est toujours Bayonetta. Il y a du plaisir à avoir, il y a juste plus de bric-à-brac à gérer que je ne l’aurais souhaité.

Noter cet article

Articles en lien