Actualités / Jeux

Test du Razer Deathstalker V2 Pro

Test du Razer Deathstalker V2 Pro

Le Razer Deathstalker V2 Pro porte l’héritage d’une série qui n’a pas été vue depuis une décennie, revitalisant la gamme en tant que tout premier clavier mécanique sans fil de l’entreprise avec des commutateurs optiques. Il contient tellement de fonctionnalités dans le but de s’imposer comme un leader du marché sans fil, cependant, qu’il aurait pu accidentellement se vendre.

Dix ans, c’est long, il n’est donc pas surprenant que le V2 Pro ait peu de choses en commun avec le Deathstalker original. Il a ébranlé l’esthétique angulaire du joueur pour quelque chose de plus professionnel, abandonné les commutateurs à membrane et remplacé les touches chiclet par des alternatives ABS surélevées. Cependant, ils ne sont pas élevés très loin, car le clavier de jeu à profil bas se rapproche le plus possible de votre bureau.

C’est un peu un creuset qui réussit à peine à se forger sa propre identité en mélangeant des éléments d’autres produits du portefeuille Razer : commutateurs optiques de la série Huntsman, multi-connectivité sans fil du BlackWidow V3 Pro, et un boîtier ultra-fin qui emprunte à la gamme d’ordinateurs portables de jeu Razer Blade. Cela ne veut pas dire qu’il manque nécessairement de nouvelles idées, car les claviers de jeu mécaniques de haut calibre et à profil bas sont assez difficiles à trouver, mais il cible un client très spécifique à 249 $ USD / 249 £ GBP.

Avantages Les inconvénients
  • Superbe design discret
  • Grande autonomie de la batterie
  • Éclairage RVB vibrant
  • Prix ​​élevé
  • Léger cliquetis des touches

Concevoir

Qu’il s’agisse d’un clavier de jeu que vous recherchez, d’éclairer le ciel avec un Chroma RGB vibrant ou d’un compagnon élégant et professionnel, le Deathstalker V2 Pro fait les deux. Cela peut sembler un sacrilège pour le joueur sur PC, mais il y a une qualité presque semblable à celle d’Apple Mac dans le châssis en aluminium mince de 19,1 mm qui, étonnamment, n’a pas de flexion perceptible.

Le support en deux étapes vous offre des options d’inclinaison moyenne et agressive si vous n’aimez pas que votre clavier soit à plat. Je gravite vers l’inclinaison la plus raide possible sur la plupart des modèles, mais je trouve que c’est un réglage assez difficile avec des commutateurs à profil bas. Razer n’inclut pas non plus de repose-poignet pour aider, même si je ne suis pas sûr qu’il soit même possible d’en faire un assez fin pour s’adapter au Deathstalker V2 Pro, mais assez épais pour ajouter du confort.

Bien qu’il s’agisse d’un clavier sans fil complet qui abrite une batterie chonky, le Deathstalker V2 Pro est d’une lumière trompeuse à côté du Mountain Everest 60, qui fait près de la moitié de sa taille. Ce n’est pas assez petit pour être mon clavier de voyage principal, mais il occupe certainement une place centrale dans mon centre multimédia.

Il y a une touche macro multifonctionnelle et un rouleau cliquable dans le coin supérieur droit du clavier. Avec un tapotement simple, double et triple, cela vous donne six fonctions différentes qui permettent par défaut de lire, de mettre en pause, de sauter et de désactiver les médias. Cependant, si vous utilisez un Razer Mixer pour vos commandes de volume, vous pouvez modifier ces macros pour gérer le défilement du curseur, la luminosité, le changement d’application ou une méthode plus simple de zoom avant.

Razer a passé beaucoup de temps à réfléchir aux petits détails, comme le traitement de ses touches ABS avec un nouveau revêtement qui, selon la société, renforce leur résistance à l’usure. Je ne pense pas avoir utilisé le clavier assez longtemps pour mettre cette affirmation à l’épreuve, mais je suis fan de la texture qu’il ajoute. Ce ne sont pas tout à fait des niveaux d’adhérence PBT, mais ils sont définitivement de haute qualité.

Un autre changement que Razer a apporté à ses touches est de graver les symboles sur la rangée de chiffres pour laisser transparaître le Chroma RGB. Il est destiné à faciliter la saisie la nuit, mais avec le pavé numérique et les touches de fonction comportant toujours des symboles imprimés à l’ancienne, cela ne vous mènera que si loin. Je ne le frappe pas, cependant, étant donné qu’un éclairage plus vibrant est rarement une mauvaise chose.

C’est un petit changement que la plupart ne remarqueront pas, mais le Deathstalker V2 est le premier à disposer d’un port USB Type-C sans le retrait traditionnel ou le moulage propriétaire, conformément aux nouvelles normes européennes. J’ai souvent été brûlé en essayant d’utiliser des fils d’autres marques pour constater qu’ils ne rentrent pas dans le boîtier confortable, mais ce changement signifie que vous pouvez utiliser à peu près n’importe quel câble USB-C que vous avez sous la main – fantastique pour la réparabilité et pour les amateurs de câbles personnalisés.

Fonctionnalités

Pour couper le cordon (pas littéralement), vous devrez d’abord choisir le mode sans fil qui vous convient : 2,4 GHz ou Bluetooth.

2,4 GHz nécessite que vous utilisiez le dongle HyperSpeed ​​inclus, qui est niché en toute sécurité dans son propre compartiment sous le clavier. Bien que cela occupe un emplacement USB sur votre PC de jeu, cela peut en fait économiser le nombre de ports que vous utilisez si vous possédez une souris de jeu sans fil Razer compatible, car les deux appareils peuvent se connecter à l’aide du même dongle. Statistiquement, Razer dit que 2,4 GHz est la meilleure option pour les jeux compétitifs avec la latence la plus faible, mais ce n’est peut-être pas aussi clair.

Étant donné que le Deathstalker V2 Pro contient Bluetooth 5.0, il est en fait assez difficile de remarquer la différence de latence entre les deux modes sans fil – à condition de le coupler avec un récepteur Bluetooth tout aussi moderne, car les normes plus anciennes introduiront une connexion plus lente. Le couplage via Bluetooth signifie que vous ne pourrez pas configurer un éclairage RVB plus complexe dans le logiciel Razer Synapse, mais il consomme moins d’énergie, de sorte que votre clavier dure plus longtemps entre les charges et le clavier mémorise jusqu’à trois appareils Bluetooth afin que vous puissiez basculer entre eux à le clic d’un bouton.

Razer affirme que vous pouvez obtenir jusqu’à 40 heures du Deathstalker V2 Pro avant que la batterie ne soit épuisée, tant que vous maintenez le rétroéclairage bas et utilisez Bluetooth. Il est difficile de dire à quel point ces affirmations sont exactes avec la fonction d’économie d’énergie par défaut de 15 minutes en veille qui fait un bon travail pour s’assurer que je ne gaspille pas d’énergie lorsqu’il est inactif. En augmentant le RVB au maximum et en utilisant 2,4 GHz, je passe environ deux jours et demi de travail et de jeu intenses avant de ressentir le besoin de le brancher, et cela ne prend qu’un peu plus d’une heure pour frapper une charge complète.

Sous le capot se trouvent les premiers commutateurs optiques à profil bas de Razer, ce qui signifie que vos entrées sont enregistrées instantanément à l’aide d’un capteur de lumière plutôt que de compter sur un effet domino physique. Tout comme la famille Razer Huntsman, ceux-ci se déclinent en deux saveurs mécaniques : Red linear avec une distance d’actionnement de 1,2 mm et une force d’actionnement de 45 g, et Purple clicky avec une distance d’actionnement de 1,5 mm et une force d’actionnement de 50 g pour tenir compte du retour du ressort en dessous. Pour mettre ces rouleaux de chiffres en perspective, c’est entre 33 et 40 % de distance d’actionnement plus courte que votre commutateur Cherry MX Red moyen.

Performance

Notre modèle de test utilise des commutateurs rouges, qui, selon Razer, sont affinés pour équilibrer le retour de frappe contre le bruit. Les pressions sur les touches sont relativement satisfaisantes, car elles évitent la sensation spongieuse qui accompagne un amortissement excessif du son tout en vous évitant d’avoir une armée de collègues qui vous engueule pour avoir perturbé le bureau. Ce n’est pas le profil sonore le plus agréable sur un clavier — surtout avec un petit cliquetis sur les touches plus grandes comme la barre d’espace — mais ce n’est pas non plus insultant non plus.

Bien que j’ai mentionné plus tôt qu’il existe une courbe d’apprentissage avec des commutateurs à profil bas en matière de confort, je trouve qu’il est étonnamment facile de taper rapidement et avec précision. Mon ajustement le plus important a été de revenir à un clavier pleine taille de 60 %, étant donné qu’il nécessite une plus grande portée de bras et laisse moins d’espace sur le tapis de souris. Cela dit, les constructions à profil bas sont une race différente de votre habitude et se sentent fondamentalement différentes d’un clavier de hauteur standard, de sorte que votre kilométrage peut varier.

J’aurais du mal à faire la différence entre un commutateur optique et leurs alternatives mécaniques d’un point de vue concurrentiel, mais je n’ai rien de mal à dire sur les Reds à profil bas de Razer. Ils sont vifs, légers et sont restés fiables tout au long de mon temps passé avec le Deathstalker V2 Pro.

Les Razer Reds ont un boîtier régulier de style Cherry MX, mais les amateurs de keycap ne devraient pas se réjouir trop tôt. Bien que vous puissiez faire apparaître n’importe quel ancien keycap sur la tige, je ne considérerais toujours pas les keycaps standard comme compatibles étant donné qu’ils jettent l’ergonomie par la fenêtre. Si vous tombez sur un bel ensemble d’alternatives à profil bas, alors allez-y, mais vous pourriez simplement être coincé avec l’ensemble ABS fourni par Razer.

Il est assez facile de coupler le Deathstalker V2 Pro avec des appareils, avec 2,4 GHz étant plug and play et Bluetooth disponible avec une longue pression. Ne laissez pas le nom vous confondre, car il apparaîtra comme « DSV2 Pro » lors de la recherche d’appareils Bluetooth.

Lorsque le clavier est actif, utilisé et chargé, le sans fil fonctionne comme un rêve. Il s’allume et s’éteint instantanément, ce qui signifie que vous pouvez le prendre et le poser sans problème. Ce n’est pas si rapide au réveil, cependant, ce qui chancelle et trébuche un peu comme si je sortais du lit un lundi matin. Ce n’est pas un problème en soi, car cela nécessite simplement un peu plus de patience, mais cela peut causer des problèmes avec le logiciel Razer Synapse.

Logiciel

Comme d’habitude, les périphériques qui brandissent le logo à triple tête de serpent sont alimentés par le logiciel Razer Synapse. Il s’agit d’un kit optionnel que vous pouvez télécharger et qui vous permet de vérifier l’autonomie de votre batterie et de personnaliser votre clavier. Cela vaut pour l’éclairage, les macros et les paramètres d’alimentation. Je recommande particulièrement d’activer l’option « éclairage tamisé » si vous souhaitez prolonger au maximum la durée de vie de la batterie.

Bien que vous puissiez personnaliser presque tout via Bluetooth, Razer note que la prise en charge complète de Chroma RGB n’est disponible que sur les connexions 2,4 GHz ou filaires. Le Deathstalker V2 Pro se souviendra de tout ce que vous personnalisez, qu’il s’agisse d’utiliser les nombreux profils en ligne stockés dans le cloud ou l’un des trois profils intégrés que vous pouvez emporter partout où vous allez.

Je suis un grand fan de la façon dont Synapse est passé à une approche « modulaire » ces dernières années. Cela sépare vos appareils et vous permet de télécharger les éléments du logiciel que vous allez réellement utiliser, plutôt que de le gonfler avec des fonctionnalités inutiles que vous n’utiliserez jamais.

Malheureusement, ce n’est toujours pas l’application la plus stable. Il y a plusieurs cas où j’ai du mal à faire apparaître le Deathstalker V2 Pro. Après avoir réveillé l’appareil, le module se bloque souvent et se bloque sur un écran de chargement. Le clavier lui-même fonctionne parfaitement bien malgré les malheurs de Synapse, il est simplement difficile de personnaliser ou de garder un œil sur la durée de vie de la batterie quand cela se produit. Jusqu’à présent, la seule solution que je vois est d’éteindre et de rallumer le clavier jusqu’à ce qu’il s’enregistre à nouveau correctement, ce qui n’est pas idéal à ce prix.

Verdict

Le Razer Deathstalker V2 Pro est l’un des claviers professionnels les plus élégants que j’ai utilisés et je trouve personnellement que c’est un plaisir de taper dessus après un petit ajustement. Ce n’est pas une mince affaire de couler 249 $ USD / 249 £ GBP sur n’importe quel périphérique, cependant, et je ne suis pas tout à fait sûr que cela devrait être votre premier choix.

Je considérerais le Logitech G915 comme son concurrent le plus proche, qui a depuis chuté d’un PDSF identique de 250 $ ces dernières années et répond à la plupart des mêmes spécifications à l’exception des commutateurs optiques. Vous pouvez également trouver le Razer BlackWidow V3 Pro à près de la moitié du prix si vous n’êtes pas attaché à la conception discrète ou aux commutateurs optiques. Et enfin, si vous êtes flexible sur le sans fil lui-même, il existe des alternatives optiques comme le Corsair K100 et des options personnalisables comme le Mountain Everest Max.

Pourtant, il est indéniable qu’il n’y a pas d’autre clavier de jeu avec le même assortiment de fonctionnalités. Si vous recherchez spécifiquement un clavier mécanique sans fil avec des commutateurs optiques, un profil bas et une grande autonomie de batterie, ne cherchez pas plus loin que le Razer Deathstalker V2 Pro. Assurez-vous simplement que vous êtes vendu sur un design discret avant d’acheter, car il s’agit d’une bête entièrement différente.

Razer Deathstalker V2 Pro

Un clavier de jeu sans fil à profil bas pour ceux qui se soucient des fonctionnalités sur les fonctionnalités, mais pas combien cela va leur coûter.

sept

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.