Nintendo

Test : Headland (Nintendo Switch) –

Situé dans un monde fantastique et vibrant, Headland vous donne pour mission de protéger une terre mignonne et colorée d’un méchant qui menace l’imagination elle-même. Headland existe dans un rêve et vous incarnez Nor, le seul à pouvoir sauver les adorables habitants.

Vous êtes immédiatement plongé dans l’action. À votre arrivée à Headland, vous voyez un groupe de glands malicieux déranger votre ami robot. Après les avoir vaincus, votre ami est en outre harcelé par le méchant principal de la pièce, qui vole son noyau d’imagination et le divise en fragments. À partir de là, votre tâche consiste à explorer tout Headland à la recherche des fragments pour réparer le noyau d’imagination et restaurer Headland dans son état amusant et paisible.

Vous établissez une base sur un radeau flottant dans les airs peuplé d’un certain nombre de robots. À partir de là, vous pouvez améliorer vos armes, échanger votre expérience contre plus de santé ou de puissance et perfectionner vos compétences sur des plates-formes de combat derrière des portes déverrouillables. Vous pouvez également accéder à la carte du monde, qui à son tour vous donne accès aux différents niveaux où vous allez sauver des villageois, acquérir de l’expérience et trouver les fragments du noyau d’imagination.

Headland a une mécanique assez simple. Vous avez des boutons pour attaquer, esquiver et bloquer. Des ennemis de plus en plus difficiles apparaissent et vous vous frayez un chemin à travers eux jusqu’à ce que votre chemin soit dégagé. En plus de l’expérience, vous collectez des matériaux que vous utilisez pour améliorer vos armes et le radeau. Le combat n’est pas compliqué, mais si vous ne faites pas attention à votre santé et à votre puissance, cela peut toujours être difficile.

Le cadre de rêve est très bien intégré au gameplay. Il justifie la bêtise du monde peuplé de robots, de grenouilles géantes et de glands effrontés. Lorsque vous êtes vaincu, vous êtes invité à réimaginer l’aventure à nouveau, ce que je trouve mignon.

La plupart des ennemis que vous rencontrerez à Headland sont des créatures néfastes mais adorables qui existent dans la nature, mais vos principaux ennemis sont les Pale Guards. Ces soldats en marche en niveaux de gris vous harponneront s’ils vous voient et sont la principale menace pour la joie et l’enjouement du promontoire.

Votre bataille avec eux dégénère en un combat de boss qui nécessite une quantité surprenante de stratégie et met en scène un méchant vraiment effrayant. Pour une saucisse grise en colère, son œil fixe et sa bouche craquelée et sombre laissent une grande impression. Cela aboutit à une finale qui offre un message très doux sur la rétention de votre créativité au-delà de l’enfance.

Dans l’ensemble, Headland n’a pas une énorme complexité. La mission, les commandes, le gameplay et le message sont tous relativement simples. Mais ils sont tous assez bien construits et la simplicité du jeu se prête à sa cote E. C’est décidément accessible au jeune public, avec des couleurs vives et une leçon saine.

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.