Actualités / Jeux

Une étude affirme que l’interdiction des boîtes à butin à l’échelle nationale n’est pas « pratiquement réalisable »

Le joueur "Diablo Immortal" dépense 80 000 £ et perd tout accès au PvP

Une nouvelle étude affirme qu’une interdiction nationale des loot boxes n’est pas « pratiquement réalisable ».

Cela vient après qu’il a été constaté que la loi belge adoptée en 2018, statuant que les coffres à butin étaient une forme de jeu et donc illégale, n’était pas appliquée.

Plus tôt cette année, Blizzard Diablo Immortel n’a pas été vendu en Belgique ou aux Pays-Bas en raison de leurs lois sur les loot boxes. Cependant, le rapport rédigé par le chercheur Leon Y Xiao indique que la législation belge sur les jeux d’argent réglementant les boîtes à butin de jeux vidéo a été inefficace, de nombreuses entreprises ignorant l’interdiction ou contournant facilement les mesures pour se conformer à la loi.

« Techniquement, la Commission belge des jeux de hasard (le régulateur des jeux de hasard) a déclaré que les loot boxes payantes ne peuvent pas être proposées sans licence », a expliqué Xiao avant de déclarer qu’en vertu de la loi actuelle, aucune entreprise ne peut jamais obtenir de licence, ce qui les rend essentiellement illégales.

«Mais surtout, il n’y a jamais eu d’acte positif d’« interdiction » des loot boxes par les législateurs. Il n’y a pas de loi en Belgique qui dit littéralement que : « les loot boxes payantes sont interdites ».

L’étude a poursuivi en indiquant qu’une grande majorité des 100 jeux iPhone belges les plus rentables comportaient des boîtes à butin, les entreprises conformes étant remplacées par des entreprises ne respectant pas la lettre de la loi.

« À la mi-2022, 82 %, la grande majorité, des jeux iPhone les plus rentables en Belgique continuaient de vendre des boîtes contre de l’argent réel et continuaient apparemment de s’appuyer fortement sur ces mécanismes aléatoires pour monétiser et générer des revenus », a écrit Xiao.

«Pour éviter tout doute, dans chacun de ces 82 jeux, les joueurs ont pu soit dépenser directement de l’argent réel, soit indirectement dépenser de la monnaie premium achetable avec de l’argent réel, pour s’engager dans une méthode de monétisation aléatoire dont les résultats sont inconnus à le point de vente », a-t-il poursuivi.

Il poursuit en disant que « la manière dont l' »interdiction » a ensuite été appliquée (ou plutôt, pas appliquée du tout) a un certain nombre de conséquences négatives potentielles qui rendent sans doute l’interdiction pire que de ne rien faire du tout ».

Dans son rapport, Xiao explique que l’interdiction a donné aux consommateurs de jeux vidéo (y compris les enfants et les parents) la « fausse impression que les joueurs belges sont à l’abri des loot boxes », ce qui signifie qu’ils ne prennent pas les mesures appropriées pour se protéger et protéger les autres.

De même, « les législateurs belges pourraient être moins disposés à mettre à jour la loi sur les jeux de hasard du pays pour réglementer spécifiquement les loot boxes car ils pourraient considérer que la situation a déjà été résolue. »

« L' »interdiction » belge n’a évidemment pas fonctionné, probablement parce que la Commission belge des jeux de hasard n’applique pas activement la loi. À ma connaissance, la Commission n’a pas été dotée de ressources adéquates (argent, main-d’œuvre, etc.) pour faire appliquer la loi contre toute entreprise non conforme », a-t-il déclaré sur Twitter.

Pour cette raison, le rapport conclut finalement que « l’élimination complète du mécanisme de la boîte à butin d’un pays n’est pratiquement pas réalisable. La Belgique devrait réévaluer sa position réglementaire. Une approche d’interdiction générale de la réglementation ne peut être recommandée à d’autres pays. D’autres approches moins restrictives de la réglementation devraient être envisagées ».

En juillet, le gouvernement britannique a averti l’industrie du jeu vidéo qu’il devait sévir contre la façon dont il traite les boîtes à butin, sinon il se heurtera à une législation resserrant le problème.

L’inclusion de boîtes à butin dans les jeux devrait générer environ 20 milliards de dollars (14,4 milliards de livres sterling) de revenus d’ici 2025, selon un rapport.

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.