A la une, Actualités / Jeux

Une réplique du vélo de Pokémon Rouge et Bleu à gagner au Japon

La réplique du vélo Pokemon à gagner au Japon

La licence Pokémon est l’une des plus emblématique de l’histoire des jeux-vidéo. Arrivée en 1996 au Japon, elle s’est rapidement faite une place et une renommée internationale d’une grande ampleur. Les jeux, qui sortent sur les consoles de Nintendo sont toujours parmi les meilleures ventes, que ce soit sur Game Boy, Nintendo DS et même Nintendo Switch.

Aujourd’hui, The Nintendo Company a bien évolué puisque les derniers jeux, Pokémon Bouclier et Pokémon Épée, ont amené avec eux la 8ème génération de Pokémon. Cependant, Game Freak, qui développent les jeux Pokémon, s’assurent de maintenir la communauté plus nostalgique avec des occurrences aux premières générations. Ainsi, on a pu découvrir Pokémon Let’s Go Évoli et Pokémon Let’s Go Pikachu qui permettaient de revivre l’histoire des tout premiers jeux sur Nintendo Switch. De plus, tous les jeux Pokémon sont remasterisé les uns après les autres.

En effet on a eu le droit à Pokémon Rouge Feu, Vert Feuille sur Game Boy Advance, Pokémon HeartGold et SoulSilver sur Nintendo DS, Rubis Oméga, Saphir Alpha sur Nintendo 3DS. Enfin, prochainement, Pokémon Diamant Étincelant et Pokémon Perle Scintillante devraient sortir sur Nintendo Switch avec des graphismes remis au gout du jour par rapport aux versions originales sortie sur Nintendo DS en 2006.

Un vélo Pokémon purement décoratif

Récemment, le compte Twitter japonais Poke_Times a dépassé le million de followers. Pour fêter cela, The Pokemon Company a décidé de faire gagner une réplique de vélo, identique à celui utilisé dans Pokémon Rouge et Bleu. Ce vélo que le joueur pouvait apercevoir au Cycle à Gogo d’Azuria, et devait lui permettre de franchir la piste cyclable, interdite aux piétons. Cependant, pour s’offrir ce vélo, il fallait 1 millions de pokédollars, autant dire qu’il était impossible de d’acheter ce vélo. Pourquoi? Car le porte-monnaie du joueur ne pouvait contenir que 999.999 pokédollars. Heureusement, la suite de l’aventure nous permet de nous faire offrir ce vélo.

Pour cette réplique, pas besoin de débourser 1 millions de Yens ou d’Euros, il suffit de suivre la page et tweeter un hashtag précis en japonais. Cependant, ce concours est réservé aux nippons, pas possible pour nous, européens, de gagner cette bicyclette emblématique.

C’est le 3 aout que nous connaitrons l’identité du joyeux lauréat japonais. Si cela peut apaiser votre frustration de ne pas pouvoir gagner ce vélo, dites-vous qu’il n’est pas possible de rouler avec ce vélo. En effet, il est purement décoratif, ne comporte ni chaine ni frein. Le vélo est tout vert, avec l’intérieur des roues jaunes. Sur cette partie jaune, on peut deviner les têtes des starters de la première génération dessinées dessus : Bulbizarre, Carapuce, Salaméche, Pikachu. Sur les pneus, c’est la forme de la Pokeball qui apparait tout autour. Enfin, la silhouette de Mew se cache sous la selle.

L’univers Pokémon, toujours aussi puissant

Bien que ce vélo ne puisse pas se déplacer, il reste une future pièce maitresse dans la collection d’un futur grand chanceux. Malin serait celui qui arriverait à donner un prix à un objet de collection sans doute inestimable. L’univers de Pokémon, et ses produits dérivés ne faiblit pas. En effet, la mode des cartes à collectionner commence à faire son retour. Sur YouTube et Twitch, principales plateformes de diffusion de contenus, l’ouverture de boosters et autres paquets de carte Pokemon revient en force. Les jeune videastes, ayant grandi avec la première génération de Pokémon se replongent dans cet univers. Dans un rapport publié par Ebay, les ventes de cartes Pokémon ont augmenté de plus de 500% sur leur site entre 2019 et 2020.

L’objectif en plus est désormais d’avoir les cartes les plus rares, car elles peuvent se vendre pour une grosse somme d’argent. Le record est d’ailleurs tombé en février dernier, puisqu’une carte Dracaufeu, de la première génération, a été vendue pour 506 969 dollars, soit près de 418 000 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *