Actualités / Jeux

Vous ne voulez vraiment pas manquer cet anime de samouraï sanglant et drôle du créateur d'Assassination Classroom

Vous ne voulez vraiment pas manquer cet anime de samouraï sanglant et drôle du créateur d'Assassination Classroom

Si vous regardez la scène des animes et des mangas des années 2010 et les types de séries qui étaient populaires, l'ambiance serait bien différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Manga de Shonen Jump hebdomadaire a toujours été populaire, mais la décennie précédente n'avait rien de comparable aux trois grands (Naruto, Eau de Javel, Une pièce) à ses débuts. Ce n'est que vers la fin de la décennie que My Hero Academia et Jujutsu Kaisen ont vraiment commencé à décoller en tant qu'affiches du WSJ, de sorte que les anime populaires comprenaient des titres comme Konosuba, Passe Psychoet Classe d'assassinatdont on n'entend plus vraiment parler aujourd'hui.

Le dernier, Assassination Classroom, semblait être assez populaire à l'époque – comment ne pas aimer le concept d'une classe pleine d'adolescents chargés de tuer une pieuvre anthropomorphe et loufoque ? Aussi fou que soit son concept, il a également réussi à offrir des moments émotionnels, mais le style d'écriture du manga et de son adaptation en anime qui semblait plus important dans les années 2010 semble avoir été largement oublié. Mais Assassination Classroom a plus d'une décennie maintenant, ce qui signifie que l'on peut sans doute en être nostalgique comme quelqu'un de la décennie dernière l'aurait été pour les anime des années 2000 – et si cette époque de l'anime vous manque, même si elle n'était pas si lointaine, vous devriez peut-être y jeter un œil. Le samouraï insaisissable.

La semaine dernière, nous avons vu arriver le premier épisode de The Elusive Samurai, un anime basé sur le manga du même nom, qui se trouve être du créateur d'Assassination Classroom, Yusei Matsui. Le manga est en série depuis 2021, dans le Weekly Shonen Jump, ce qui est assez drôle, mais pour la plupart, il semble être passé sous le radar, bien qu'il soit d'un artiste assez célèbre – en Occident, du moins. C'est probablement parce qu'il s'agit d'une série historique, qui se déroule dans le Japon des années 1300, et les pièces d'époque japonaises n'ont pas tendance à aussi bien marcher ici en matière de manga et d'anime, à moins qu'il n'y ait une sorte d'élément fantastique.

On y suit Hojo Tokiyuki, l'air du shogunat de l'époque, un jeune garçon qui évite à tout prix toute sa formation de samouraï – un trait qui lui permet d'échapper à la mort lorsque toute sa famille est massacrée (on comprend d'où vient le nom de la série). Le premier épisode met tout cela en place et nous présente, en tant que spectateur, Suwa Yorishige, un prêtre louche qui croit que Hojo deviendra un grand héros qui sauvera le Japon. Les fans de Jujutsu Kaisen vont probablement rapidement s'accrocher à lui, car il est doublé par le doubleur préféré des fans, Satoru Gojo, Yuichi Nakamura.

Je ne vais pas mentir et dire que c'est l'histoire qui m'a immédiatement accroché, car ce ne sont que les premiers épisodes, c'était vraiment juste une sorte de mise en place pour le reste de la série, mais cela ne veut pas dire qu'il n'y avait rien qui vaille la peine de s'enthousiasmer. D'une part, l'animation était géniale, pardonnez le jeu de mots. La réalisation de ce premier épisode était vraiment captivante, avec un montage particulier qui alterne entre le ton comique léger et les moments de violence vraiment horribles d'une manière vraiment impressionnante. Vous trouverez une scène où l'insaisissabilité de Hojo est également vraiment mise en valeur, une séquence cinétique, frénétique et énergique qui apporte beaucoup de vie à ce qui pourrait autrement être un décor ennuyeux.

Pour revenir à ce point sur la nostalgie, c'est la moitié humoristique du premier épisode qui se rapproche le plus du genre de comédie que l'on voit dans les animes et mangas des années 2010 – exagérée, irréaliste, avec des scènes qui se brisent. L'ouverture de l'anime est également nostalgique, un peu ringarde, pas très bien chantée, assez amusante pour ne pas être gênante, les personnages dansent devant des arrière-plans majoritairement neutres, assez amusante pour ne pas être gênante, même si vous ne l'ajouterez pas à votre playlist des “meilleurs animes OP”. On a vraiment l'impression d'être dans un anime dont on ne voit plus beaucoup, et même si je ne suis peut-être pas massivement nostalgique des animes des années 2010, c'est toujours rafraîchissant d'avoir quelque chose qui ne semble pas devoir s'adapter aux tendances actuelles.

Je ne sais pas trop où la série va nous mener, les lecteurs de mangas peuvent sûrement vous gâcher la surprise (comportez-vous bien, lecteurs de mangas), mais le premier épisode est suffisamment convaincant pour que je m'y accroche. Je devrai juste me préparer à ce qu'une pieuvre parlante apparaisse à un moment donné, ne serait-ce que pour plus de sécurité.