À la une, Actualités / Jeux, Nintendo

Test : Shin Megami Tensei V: Vengeance (Nintendo Switch)

Dans ma critique du Shin Megami Tensei V original en 2021, j'écrivais : « … cela faisait longtemps que je n'avais pas autant détesté le début d'un jeu que celui de Shin Megami Tensei V. » Et pourtant, en 2024, je l'ai recommencé. Pourquoi ? Deux raisons.

Tout d'abord, même si j'ai détesté les 15 premières heures de SMTV (et certains autres éléments qui ont persisté tout au long du jeu), j'ai quand même pu recommander le jeu. Ensuite, parce que Shin Megami Tensei V: Vengeance propose non seulement une histoire entièrement nouvelle, mais corrige également le plus gros défaut de conception du jeu qui a gâché le plaisir de la version originale. Commençons par examiner l'histoire.

Vengeance commence avec les mêmes embûches que l'original ; on rencontre quelques étudiants dans un lycée japonais, et on ne nous donne aucune raison d'aimer ou de se soucier de ces gens avant d'être plongés dans un monde apocalyptique avec le personnage principal qui a fusionné avec un démon pour renaître en tant que Nahobino.

Nous sommes alors libres d'explorer un vaste territoire désolé appelé Da'at. Dans l'original, la seule raison qui nous pousse à le faire est qu'il n'y a rien d'autre à faire. Courir, combattre des démons, recruter des démons, avancer. Désormais, en fonction du chemin que vous choisissez au début de Vengeance, nous avons au moins un compagnon humain. Au début, nous voyons une silhouette de personnage et on nous prévient de ne pas l'emmener avec nous. Si vous ne le faites pas, vous jouez à la version originale du jeu. Si vous le faites, vous jouez à la nouvelle histoire impliquant ce personnage et de nouveaux ennemis Qadištu.

Je vous recommande de prendre cette dame, que vous ayez joué à l'original ou non, car l'histoire de « Vengeance » réussit beaucoup mieux à être une histoire réelle.

Vous pouvez ensuite décider si cela vaut la peine de refaire un voyage complet pour jouer le chemin original. Cela a de la valeur, car il y a tellement de choses à explorer, à trouver et à collectionner que votre deuxième partie « complète » pourrait être presque aussi captivante que votre première partie « histoire ».

Le fait que le monde de Da'at soit un endroit unique à visiter est également un atout. Le paysage désertique initial est certes impressionnant, mais il reste assez impressionnant à voir, et chaque nouvelle zone devient plus intéressante à explorer. De plus, aucun jeu auquel j'ai joué n'a rendu la destruction massive si sombre et si belle à la fois.

Je ne vais pas trop rentrer dans les détails des mécanismes du jeu, car ils sont en grande partie les mêmes qu'avant (là encore, vous pouvez retrouver les détails dans ma critique originale de Shin Megami Tensei V). En gros, il s'agissait de s'engager dans un combat au tour par tour avec un assortiment de démons et d'utiliser le système « appuyez sur le bouton pour tourner » pour en sortir victorieux. Cela implique de déterminer leurs faiblesses et d'utiliser les attaques appropriées pour les exploiter. Plus vous le faites, plus vous recevez d'attaques. Bien sûr, les ennemis peuvent également exploiter les faiblesses de vous-même et de vos démons. Vous devez donc vous assurer que vous avez les bons démons en place et que vous les faites monter de niveau de manière appropriée.

Vous obtenez les démons soit en les recrutant au combat (en devinant correctement les bonnes réponses à leurs questions plutôt loufoques, puis en acceptant de renoncer à de l'argent, de la santé ou des objets) soit en les fusionnant. avoir Vous devez donc collecter autant de démons que possible. Vous disposez d'un nombre limité d'emplacements pour eux, vous devrez donc fusionner des démons pour ouvrir de nouveaux emplacements. Mais vous ne voulez pas le faire trop rapidement, sinon les démons n'acquerront pas leurs meilleures compétences à transmettre une fois fusionnés. Il y a bien d'autres choses à prendre en compte, mais nous ne nous en soucierons pas pour le moment. Parlons plutôt de la façon dont Vengeance rend tout ce processus beaucoup plus agréable.

Dans le jeu original, votre progression ne pouvait être sauvegardée que dans les sources de Leyline où la fusion a lieu. Il n'y en a pas beaucoup, donc vous pourriez théoriquement passer une heure entière sans pouvoir sauvegarder. Comme les démons peuvent tuer votre personnage principal en un coup, cela signifiait que vous deviez constamment revenir à une source de Leyline à chaque fois que vous recrutiez un démon particulièrement savoureux, trouviez un excellent objet ou vainquiez un adversaire gênant ; soit vous reculiez, soit vous risquiez de perdre toute progression significative. Le jeu vous obligeait à jouer défensivement, et ce n'est pas amusant. Désormais, vous pouvez sauvegarder la partie quand vous le souhaitez. Vous êtes sur le point de faire face à une bataille difficile ? Sauvegardez. Vous avez enfin recruté un démon difficile ? Sauvegardez. Vous voulez voir si vous pouvez sauter dans une zone difficile à atteindre ? Sauvegardez. Le jeu ne vous fait plus perdre votre temps ; il vous fait avancer.

En quelque sorte. Vengeance introduit également les repaires démoniaques dans les sources de Leyline, qui sont des endroits où vous pouvez passer du temps avec les démons que vous avez collectés et apprendre à les connaître. Pourquoi voudriez-vous cela alors que les démons n'existent que pour être sacrifiés et fusionnés ? Je suppose que les enfants ne peuvent tout simplement pas vivre sans leurs Sims sociaux de nos jours.

Oh, et les démons vous donnent des objets supplémentaires et vous permettent de monter de niveau plus rapidement si vous leur parlez (heureusement que mes amis dans la vraie vie ne fonctionnent pas de cette façon). Ces visites ralentissent les choses, mais pas suffisamment pour nuire à l'expérience globale.

Tout cela signifie que vous êtes moins susceptible d'éviter les combats pendant que vous explorez, ce qui vous incite à réellement jouer le jeu pendant que vous jouez au jeu. Et si vous faites partie de ces joueurs qui ont adoré relever le défi de la version originale, ne vous inquiétez pas ; il existe de nombreuses difficultés pour satisfaire tout le monde.

Malgré tous ces changements, la boucle de gameplay reste la même : explorer une grande zone, monter de niveau, acquérir des démons, affronter un boss, obtenir un récit, recommencer. Vengeance fait un meilleur travail pour garder les choses intéressantes en cours de route, mais V a toujours le scénario le moins intéressant de la demi-douzaine de jeux Shin Megami Tensei auxquels j'ai joué. Ce n'est pas un problème, car l'exploration des vastes terres désolées de Da'at, le combat au tour par tour et la mécanique de fusion des démons suffisent à faire avancer les joueurs.

La répétition peut en rebuter certains (surtout compte tenu de la longueur globale), mais la répétition est plus facile à gérer tant que j'ai l'impression de progresser continuellement. Les améliorations apportées à la qualité de vie ici le permettent, et cela permet aux joueurs d'assimiler enfin tout ce que Shin Megami Tensei V offre sans avoir besoin de cours de gestion de la colère.