Actualités / Jeux

Le lexique des composants d’un PC : convaincre avec votre crédibilité technologique

Vous avez des difficultés à distinguer votre CPU de votre GPU, ou vos FLOPS de vos ROP ? Nous avons tous été comme ça au début. Le monde des PC de jeu peut être plein de jargon en tout genre, mais ne vous inquiétez pas, voici notre guide de constructeur de PC détaillé contenant tous les termes et acronymes dont vous avez besoin pour convaincre le monde que vous connaissez le vocabulaire de l’informatique sur le bout des doigts.

La technologie se développe rapidement. Si vous ne vous arrêtez pas et ne regardez pas plus loin que vous même de temps en temps, vous pourriez manquer le virage. Le fouillis de termes et d’acronymes, réunis pour décrire le dernier et le meilleur matériel de jeu sur PC, se développe encore plus rapidement. Surtout lorsque les fabricants donnent de nouveaux noms à leurs propres produits en ignorant totalement les conventions de dénomination standard. Oui, nous parlons de vous, Intel et AMD.

Vous avez peut-être besoin d’un PC plus puissant, mais vous ne savez pas ce dont vous avez besoin d’acheter exactement. Peut-être avez-vous besoin de savoir quel type de carte mère vous pouvez installer dans votre boîtier PC. Ou peut-être que vous voulez simplement acheter un nouveau SSD et que vous êtes fatigué d’essayer de vous frayer un chemin à travers tout le jargon marketing. Quelle que soit votre raison, nous allons vous guider à travers toute cette terminologie hardware et software.


Les termes utilisés pour les processeurs

Vous pensez être prêt à overclocker ? Vous vous demandez quoi faire avec tout cet excès d’azote liquide ? Vous devez apprendre à parler avant de pouvoir jouer, nous vous recommandons donc de commencer avec notre guide pratique sur le lexique des processeurs. Vous vous demandez peut-être comment choisir un processeur adapté à vos besoins. Comprendre les termes techniques peut vous permettre de ne pas faire d’erreur, par exemple en achetant un processeur qui ne rentre pas dans le socket de votre carte mère.

  • CPU : Unité centrale de traitement. Aussi appelé processeur ou puce.
  • Noyaux (les cores) : Les cœurs sont les unités de traitement réelles au sein d’un processeur, plusieurs cœurs constituant un seul processeur.
  • Threads : Les cœurs peuvent souvent exécuter plusieurs opérations à la fois en raison d’une technologie appelée HyperThreading sur les processeurs Intel et Simultaneous Multi Threading (SMT) sur les puces AMD.
  • Transistor : Le transistor est la pierre angulaire sur laquelle la technologie moderne est construite. Ce sont les minuscules interrupteurs qui fournissent la marche / arrêt binaire de l’électricité qui est la colonne vertébrale de la programmation informatique.
  • Nanomètre : Dans la technologie de fabrication du silicium, les transistors sont maintenant si petits qu’ils sont mesurés en nanomètres. D’une manière générale, l’échelle de production, mesurée en nm, désigne le plus petit transistor utilisé dans la fabrication d’une puce donnée, où plus le transistor est petit, moins il nécessite de puissance.
  • Cache : Mémoire très rapide intégrée à la conception d’un processeur. Différents niveaux de cache peuvent offrir des vitesses et des tailles variables, pour améliorer les temps d’attente, un processeur stockera les files d’attente d’instructions et les données sur le processeur plutôt que de dépendre exclusivement de la mémoire système.
  • Socket : Le socket dans lequel un processeur se connecte à une carte mère et par la suite à d’autres composants d’un ordinateur. Couramment utilisé en tant que conceptions LGA (land grid array), PGA (pin grid array) ou BGA (ball grid array) pour créer les multiples points de contact entre la puce et la carte.
  • PGA, LGA et BGA : PGA utilise des broches sur le processeur, LGA abandonne les broches sur le processeur au profit de broches dans le support de la carte mère, tandis que BGA utilise des billes soudées pour se connecter au système, utilisées dans les systèmes intégrés afin que le processeur ne puisse pas être retiré.
  • Dissipateur de chaleur : Le dissipateur de chaleur est le métal attaché au sommet d’un processeur conçu pour faciliter le transfert thermique des cœurs du processeur vers un composant de refroidissement du processeur discret. Cela permet également d’éviter une contrainte directe sur la matrice du processeur, qui est très fragile.
  • Pâte thermique : Souvent appelée pâte thermique, graisse pour copeaux ou crasse de processeur, il s’agit d’une substance qui facilite le transfert de chaleur entre une unité de traitement et un refroidisseur. Ceux-ci sont souvent constitués de matériaux non conducteurs pour éviter de court-circuiter les composants lorsqu’ils sont appliqués généreusement.
  • Voies PCIe : L’interconnexion express des composants périphériques est le dernier bus haute vitesse connectant des périphériques, tels que des cartes graphiques, au processeur. Ils sont constitués de plusieurs voies permettant l’envoi et la réception simultanés de signaux par voie. Les cartes graphiques utilisent souvent des connexions PCIe qui utilisent 16 voies pour une bande passante accrue.
  • Vitesse de l’horloge : La vitesse à laquelle un processeur termine un cycle entier. Les processeurs sont souvent mesurés en gigahertz (GHz), soit 1 000 000 000 cycles par seconde. Les vitesses d’horloge entre différentes architectures ne peuvent être comparées sans comprendre l’IPC ou les instructions par horloge.
  • IPC : Les instructions par horloge sont la quantité moyenne d’instructions qu’un processeur peut traiter par cycle. Différentes applications et processus auront des valeurs IPC variables.
  • TDP : Puissance de conception thermique. Le TDP reflète la chaleur générée par un composant qu’un refroidisseur devra dissiper. Mesuré en watts, bien qu’il ne soit pas directement corrélé à la consommation d’énergie.
  • Horloges Boost / Turbo : Les horloges Boost représentent le maximum du fabricant pour les vitesses d’horloge. Bien que ce ne soit pas toujours le cas, et peut être dépassé avec l’overclocking. Les horloges Boost permettent à un processeur de mieux fonctionner sur certains cœurs tandis que d’autres ne sont pas utilisés et de rester dans le TDP évalué.
  • Canaux de mémoire : Le double canal permet au moins à deux modules de mémoire d’utiliser des canaux séparés pour une bande passante accrue. Ces canaux séparés correspondent souvent aux couleurs d’une carte mère. Quatre canaux permettent au moins à quatre modules de mémoire de communiquer sur des canaux séparés. Le remplissage de tous les canaux permet d’augmenter la bande passante.
  • TJonction : Il s’agit de la température centrale de votre CPU, une fois qu’elle atteint la valeur TJunction Max prédéfinie, le CPU s’éteindra pour éviter tout dommage. Avant l’arrêt, un processeur limitera les performances pour tenter de réduire les temps de TJunction.
  • Overclocking : Augmentation des vitesses d’horloge au-delà de la spécification initiale du produit. Peut être appliqué aux cartes graphiques, à la mémoire et aux processeurs. Les systèmes overclockés fonctionnent mieux et plus rapidement, mais utilisent à leur tour plus d’énergie et génèrent plus de chaleur.
  • VRM : Module régulateur de tension. Une meilleure régulation de tension permet une plus grande durée de vie des composants et de meilleurs overclockings.

Lexique d’un carte mère

La carte mère est le hub d’un PC pour la connectivité et les fonctionnalités. Choisissez la mauvaise aura pour conséquence de limiter considérablement les fonctionnalités disponibles, en particulier lorsque vous cherchez à upgrader ou à mettre à jour votre PC. Si vous n’êtes pas sûr d’avoir besoin de plusieurs PCIe, si vous cherchez un nombre précis de connecteurs de ventilateur, notre guide des termes utiles vous aide à tout savoir sur les composants de votre carte mère.

  • Chipset : Le chipset est un ensemble de circuits intégrés sur une carte mère. Le chipset gère de nombreuses connexions avec le processeur, telles que les entrées / sorties, le LAN, le stockage et l’audio, bien que nombre de ces connexions soient désormais intégrées aux processeurs. Le chipset offre également plus de voies PCIe en plus de celles intégrées au processeur.
  • Connecteurs d’alimentation : Les connecteurs d’alimentation du bloc d’alimentation doivent être connectés à la carte mère. La plupart des cartes mères modernes nécessitent un EATX 24 broches et un connecteur d’alimentation CPU ATX 4 broches ou EATX 8 broches, parfois les deux pour un overclocking extrême.
  • Socket : Le socket dans lequel un processeur se connecte à une carte mère et à d’autres composants ultérieurs d’un ordinateur. Utilise couramment une conception LGA (tableau de grille terrestre), PGA (tableau de grille à broches) ou BGA (matrice de grille à billes).
  • Format de la carte mère : EATX, ATX, Micro ATX, Mini ITX, classés du plus grand au plus petit. Différentes normes de taille ont été conçues pour une connectivité étendue ou réduite pour s’adapter à différents modèles de boîtiers. Mini ITX est le plus petit de ceux répertoriés, souvent avec un seul emplacement PCIe et parfois même des emplacements de mémoire pour ordinateur portable (SODIMM) plutôt que des emplacements DIMM de bureau ordinaires. EATX propose une carte ATX encore plus large, avec plus de fonctionnalités et de connectivité qu’une carte mère ATX.
  • Types de ventilateur : PWM et DC. Les ventilateurs PWM offrent une modulation de largeur d’impulsion, permettant un contrôle de vitesse plus fin que les ventilateurs CC, bien que nécessitant une connexion supplémentaire sur le connecteur du ventilateur. Les ventilateurs PWM nécessitent des en-têtes de ventilateur à 4 broches, tandis que le courant continu (activé ou désactivé) nécessite 3 broches. Les ventilateurs CC peuvent également se connecter à des en-têtes de ventilateur à 4 broches, avec une broche de rechange inutilisée.
  • Voies PCI-e : L’interconnexion express des composants périphériques est le dernier bus haute vitesse connectant des périphériques, tels que des cartes graphiques, au processeur. Ils sont constitués de plusieurs voies permettant l’envoi et la réception simultanés de signaux par voie. Les cartes graphiques utilisent souvent des connexions PCIe qui utilisent des voies 16x pour une bande passante accrue.
  • SATA : Interface pour les disques de stockage, utilise actuellement le protocole AHCI avec une limite de bande passante dure de 600 Mo / s sur les entrées et les sorties à travers l’interface.
  • M.2 : Les emplacements M.2 permettent différentes tailles de disques M.2, ce sont des disques SSD de plus petit facteur de forme qui utilisent les protocoles AHCI ou NVMe sur les interfaces SATA plus lentes ou PCIe plus rapides.

Vocabulaire des cartes graphiques

Si vous avez besoin de prouver à vos amis console que votre carte graphique est, sans l’ombre d’un doute, meilleure que leur nouvelle Xbox One X, alors vous devrez tout savoir sur les cartes graphiques et ce qui les compose. Une fois que vous savez tout sur vos TeraFLOPS, vous pourrez étaler vos connaissances sur vos amis jusqu’à ce qu’ils la bouclent, ou jusqu’à ce que vous n’ayez p lus d’amis. Dans tous les cas, vous aurez dans tous les cas appris quelque chose.

  • GPU : L’unité de traitement graphique est la puce de silicium centrale de la carte graphique qui pilote la puissance de calcul de la carte graphique.
  • Transistor : Le transistor est la pierre angulaire sur laquelle la technologie moderne est construite. Ce sont les minuscules interrupteurs qui fournissent la marche / arrêt binaire de l’électricité qui est la colonne vertébrale de la programmation informatique.
  • Nanomètre : Dans la technologie de fabrication du silicium, les transistors sont maintenant si petits qu’ils sont mesurés en nanomètres. En termes généraux, l’échelle de production, mesurée en nm, désigne le plus petit transistor utilisé dans la fabrication d’une puce donnée, où – 7, 10, 14, 16, 22 nm se rapporte à la taille du transistor plus le transistor est petit, moins il nécessite de puissance.
  • FLOPS : Quantité d’opérations en virgule flottante par seconde – utile pour mesurer les performances de calcul d’un périphérique. Un téraflop équivaut à un million de millions d’opérations par seconde.
  • Mémoire vidéo : La mémoire utilisée sur une carte graphique pour stocker les informations dont le GPU a besoin et avec lequel il travaille, telles que le tampon d’image et les textures.
  • GDDR : Le double débit graphique (GDDR) est un type de mémoire, et la forme la plus courante, trouvée sur les cartes de la génération actuelle. Utilise des vitesses d’horloge élevées plutôt qu’un bus plus large. Prend beaucoup de place sur la carte graphique. Les générations actuelles sont GDDR5 et GDDR5X, suivies par GDDR6.
  • HBM : La mémoire à bande passante élevée (HBM) a un bus beaucoup plus volumineux que la mémoire GDDR, bien que des vitesses d’horloge inférieures. Peut être empilé pour économiser de l’espace et de la latence et est construit directement sur le processeur graphique lui-même. Nous sommes actuellement sur la deuxième génération, habilement nommée HBM2.
  • Refroidissement : La solution de refroidissement jointe, telle que les ventilateurs, les dissipateurs thermiques et les caloducs. Peut être dans un style de ventilateur avec un ventilateur comme prise qui expulse l’air hors du boîtier par les ports, ou un refroidisseur en plein air, ces ventilateurs font circuler l’air dans le boîtier pour refroidir les composants de la carte graphique. Le refroidissement liquide est également possible et peut permettre des vitesses d’horloge plus élevées.
  • Processeurs de flux : À peu près analogues aux cœurs d’un processeur, les processeurs de flux d’un GPU sont plus simples et calculent traditionnellement moins d’opérations par seconde. Les GPU modernes ont beaucoup plus de ces «cœurs» simples à l’intérieur, fournissant leur puissance de traitement parallèle. Nvidia les appelle cœurs CUDA, tandis qu’AMD les désigne parfois comme cœurs GCN.
  • Unité de calcul : Il s’agit de groupes de processeurs de flux, également appelés multiprocesseurs de streaming (SM) par Nvidia.
  • GCN : L’architecture Graphics Core Next d’AMD.
  • ROPS : Une unité de sortie de rendu (ROP) est l’une des étapes finales du rendu d’une image. Ce composant matériel est chargé de rassembler toutes les informations de diverses autres étapes du rendu dans ce qui sera ensuite affiché à l’écran.
  • TDP : Puissance thermique de conception – la quantité de chaleur qu’un composant produira avec une charge importante, dans des circonstances normales. Le refroidisseur de votre carte graphique sera évalué au refroidissement pour le TDP de votre carte graphique.
  • Emplacement PCIe : L’interconnexion express des composants périphériques est la fente haute vitesse actuelle sur une carte mère utilisée par une carte graphique. Les emplacements sont évalués en fonction du nombre de voies auxquelles un appareil connecté peut accéder, 16x étant le nombre maximum de voies sur un emplacement de troisième génération, bien que les cartes graphiques aient tendance à avoir une bande passante utilisable suffisante à 8x.
  • Connecteurs d’alimentation : La plupart des cartes graphiques nécessitent des connecteurs 6 broches, 6 + 2 broches ou même des multiples de l’un ou l’autre pour leur fournir suffisamment de puissance supplémentaire pour fonctionner. Cependant, l’emplacement PCIe fournira 75 W via la carte mère, c’est pourquoi certains GPU et SSD PCIe ne nécessitent pas de puissance supplémentaire.
  • Bus mémoire : Un bus plus large offre plus de bande passante pour la communication entre le GPU et la mémoire vidéo, bien qu’un bus plus petit soit couramment utilisé avec des vitesses d’horloge élevées.
  • Vitesse de l’horloge : La mémoire et le GPU ont des vitesses d’horloge différentes. Ceux-ci représentent la vitesse à laquelle un processeur peut fonctionner comme la quantité d’instructions qu’il peut exécuter par cycle d’horloge. Les vitesses d’horloge ne peuvent pas être directement comparées entre différentes générations ou marques de cartes graphiques.
  • DirectX : Un logiciel développé par Microsoft pour fournir un moyen unifié aux développeurs de programmer pour différentes cartes graphiques. L’API graphique, ou interface de programmation d’application, est l’ensemble d’outils utilisé pour créer des applications par les développeurs qui utilisent des composants matériels, en particulier pour le rendu visuel et graphique.
  • OpenGL : Similaire à DirectX, il est cependant open-source et accessible à tous.
  • Vulkan : une évolution de l’API OpenGL, basée sur l’API Mantle abandonnée d’AMD.
  • Encodeurs GPU : Nvidia NVENC, AMD VCE et Intel Quick Sync sont tous des encodeurs H.264, utilisant du matériel graphique pour encoder le codec H.264 / MPEG-4 plutôt que les cœurs du processeur.
  • Overclocking : Augmentation des vitesses d’horloge au-delà de la spécification initiale du produit. Peut être appliqué aux cartes graphiques, à la mémoire et aux processeurs. Les systèmes overclockés fonctionnent mieux, mais utilisent à leur tour plus d’énergie et génèrent plus de chaleur.
  • VRM : Module régulateur de tension. Une meilleure régulation de tension permet une plus grande durée de vie des composants et de meilleurs overclockings.
  • PCB : Circuit imprimé. Le PCB contient les connexions permettant aux composants d’un système de communiquer et de recevoir de l’énergie.
  • Extraction de GPU : Utiliser la puissance de calcul d’un GPU pour effectuer des calculs qui vérifient les «blocs» de données transactionnelles pour les crypto-monnaies ou d’autres applications blockchain. Si un GPU analyse avec succès le calcul correct, le mineur sera souvent récompensé par un jeton d’une certaine valeur monétaire.
  • Crypto-monnaie : Ces pièces virtuelles visent à créer une monnaie qui ne dépend d’aucune institution ou banque centrale. Ils disposent d’un cryptage fort – d’où le nom – et utilisent la vérification des transferts et des enregistrements sur le réseau via la blockchain.
  • Blockchain : Une technologie transactionnelle qui permet à un réseau décentralisé de fonctionner en toute sécurité. Les crypto-monnaies et autres applications blockchain utilisent chaque nœud d’un réseau pour stocker l’intégralité du registre des informations transactionnelles ou contractuelles, ce qui permet une forte protection contre la fraude.
  • Taux de hachage : La compétence d’un GPU pour effectuer les tâches de calcul requises pour l’exploitation minière. Cela peut être sur une base par carte ou le hashrate global d’un pool de plates-formes minières pour une application de crypto-monnaie ou de blockchain donnée.
  • Difficulté minière : La difficulté augmente à mesure que le réseau de hachage des mineurs augmente et vise à contrôler la création d’une nouvelle crypto-monnaie. C’est pourquoi de nombreuses crypto-monnaies finissent par dépasser les configurations d’exploitation minière à domicile.

Les définitions de la mémoire RAM

Vous venez de récupérer une nouvelle mémoire, de la brancher et, bonne nouvelle : l’ordinateur démarre et rien ne semble disfonctionner… mais attendez. Pourquoi fonctionne-t-elle plus lentement que ce qu’il dit sur la boîte ?! Vous pouvez vous sentir arnaqué, mais avant d’envoyer un e-mail de réclamation en colère, jetez un œil à notre guide du jargon de la mémoire vive. Bientôt, vous serez opérationnel avec votre mémoire ronronnant à la vitesse annoncée, et vous n’aurez même pas à crier au service client. Tout le monde y gagne.

  • La vitesse : Il s’agit de la vitesse d’horloge à laquelle la mémoire fonctionne. Pour les jeux, la vitesse de la mémoire n’est pas un facteur extrêmement important, à des vitesses raisonnables.
  • DDR (Double débit de données) : Transfère les données deux fois par horloge, ce qui permet de transférer plus de données. La norme de mémoire la plus courante actuellement est la DDR4, bien que la DDR3 soit encore courante parmi certains PC. La DDR4 offre des fréquences plus élevées, une plus grande bande passante et une consommation d’énergie inférieure à celle des modules DDR3.
  • XMP : Une norme prise en charge par Intel qui peut être activée dans le BIOS des cartes mères prises en charge par XMP pour autoriser des fréquences plus élevées que celles généralement prises en charge par défaut. Les profils XMP sont prédéfinis par les fabricants.
  • Overclocking : La mémoire peut être overclockée pour réduire la latence et augmenter les fréquences. La mémoire peut nécessiter des tensions plus élevées pour rester stable en cas d’overclocking.
  • Capacité : La mémoire est mesurée en gigaoctets (Go). 8 Go est le plus bas idéalement recommandé pour les jeux, bien que pour les applications plus intensives telles que le montage vidéo, une plus grande capacité de mémoire sera utile.
  • ECC : La mémoire standard du serveur permet l’autocontrôle et la correction des problèmes courants et de la corruption des données.
  • Canaux : Le double canal permet au moins à deux modules de mémoire d’utiliser des canaux séparés pour une bande passante accrue. Ces canaux séparés correspondent souvent aux couleurs d’une carte mère. Quatre canaux permettent au moins à quatre modules de mémoire de communiquer sur des canaux séparés. Le remplissage de tous les canaux permet d’augmenter la bande passante.
  • Dissipateur de chaleur : La mémoire utilise souvent un dissipateur de chaleur pour aider au transfert thermique de la chaleur loin de la mémoire et la disperser dans le boîtier.
    Format de la mémoire du package: pour la construction de PC, le format le plus courant est DIMM. Les ordinateurs portables et les versions à petit facteur de forme peuvent utiliser à la place de la mémoire SODIMM, qui n’est pas aussi longue que DIMM.
  • Latence : Mesuré par des horaires dans un format à quatre chiffres, par exemple: 15-15-15-36. Plus les chiffres sont bas, plus la latence est faible.

Les termes utilisés pour le stockage

Si vous ne savez pas pourquoi un SSD coûte plus qu’un autre et que vous ne trouvez pas de réponse claire sur la page du produit, vous êtes au bon endroit. Les disques SSD sont un élément clé des PC modernes et ils se présentent sous de nombreuses formes et tailles. Ne pas connaître les conditions peut vous laisser bloqué avec un SSD qui vous coûte trop cher ou ne vous offre pas l’amélioration des performances que vous espériez peut-être.

  • Disque dur : Les disques durs ont été le support de stockage traditionnel sur les PC pendant des décennies. Les plateaux tournants stockent les données avec un bras de lecture balayant la surface pour extraire les informations.
  • SSD : Le disque SSD utilise une mémoire flash non volatile pour stocker les données, avec des vitesses de lecture et d’écriture beaucoup plus élevées, mais sans pièces mobiles. Il est plus cher pour des capacités plus faibles, mais est (maintenant) plus fiable.
  • Facteur de forme : 2,5 pouces, mSATA, M.2. PCIe, BGA.
  • SATA : Interface pour les lecteurs de stockage, utilise actuellement le protocole AHCI avec une limite de bande passante dure de 600 Mo / s sur les entrées et les sorties à travers l’interface.
  • PCIe : Interface utilisée pour les disques de stockage grand public les plus rapides – peut utiliser les protocoles AHCI et NVMe.
  • AHCI : Protocole – lent, conçu pour disque dur – jusqu’à 600 Mo / s.
  • NVMe : Protocole – rapide, conçu pour SSD – jusqu’à 3500 Mo / s.
  • Capacité : La quantité de données que peut contenir le lecteur, mesurée en mégaoctets / gigaoctets.
  • Flash NAND : Type de cellule mémoire non volatile (conserve les informations sans alimentation) utilisée pour stocker les données, NAND désigne le type de porte logique utilisée.
  • SLC : Une cellule monocouche stocke un bit par cellule et est précise, rapide et durable – 90 000 à 100 000 cycles de vie. Il fonctionne dans une plage de température plus large, mais est plus cher que les autres alternatives.
  • eMLC : La cellule multi-niveaux d’entreprise est moins chère que la SLC, offre de meilleures performances et une meilleure endurance par rapport à MLC – 20 000 à 30 000 cycles de vie.
  • MLC : La cellule à plusieurs niveaux stocke plusieurs bits de données sur une cellule (généralement deux) – un coût de fabrication inférieur à celui du SLC, mais un cycle de vie plus court, à environ 10000 cycles de vie – bien qu’elle soit toujours plus fiable que TLC.
  • TLC : La cellule à trois niveaux stocke trois bits de données par cellule. Elle est la moins chère à fabriquer par rapport à MLC et SLC, mais a une durée de vie plus courte que MLC – 3 000 à 5 000 cycles de vie.
  • QLC : Les cellules à quatre niveaux stockent quatre bits de données par cellule. En conséquence, les fabricants peuvent créer des disques de capacité 33% plus élevés, mais l’endurance et les performances en prennent un coup.
  • 3D NAND : La mémoire flash empilée a des densités plus élevées que la NAND 2D / planaire à un coût par bit inférieur – Samsung l’a développée en tant que V-NAND (NAND vertical) – et elle offre une consommation d’énergie réduite, une capacité potentiellement plus élevée dans une zone plus petite et – une fiabilité accrue. – Malheureusement, cela a également augmenté les coûts de fabrication.
  • NAND 2D / planaire : NAND traditionnel utilisé dans les disques SSD – la fiabilité diminue à mesure que les interférences entre les cellules augmentent avec la densité.
  • 3D XPoint : C’est la technologie de mémoire non volatile d’Intel et de Micron. Il se situe quelque part entre votre mémoire SSD NAND habituelle et la DRAM présente dans la mémoire de votre système, et offre une latence incroyablement faible. Il est encore nouveau sur la scène SSD, mais Samsung propose déjà une alternative dans sa technologie V-NAND.
  • Contrôleur de mémoire : En charge du contrôle des cycles de lecture, d’écriture et d’effacement, du nivellement d’usure, du ramassage des ordures (effacement des données périmées) et de la cartographie. Le contrôleur de mémoire est sans doute la partie la plus importante d’un SSD en termes de maintien des performances.
  • Lecture / écriture séquentielle : La vitesse à laquelle le périphérique de stockage peut lire / écrire un bloc continu de données.
  • Lecture / écriture aléatoire : À quelle vitesse le périphérique de stockage peut lire / écrire des blocs de données aléatoires plus petits, nous utilisons des fichiers de 4 Ko pour évaluer le type de transferts de fichiers qu’un système d’exploitation effectuera pendant le fonctionnement standard.
  • IOPS : Les opérations d’entrée / sortie par seconde – aléatoires / séquentielles s’appliquent également.

Tout savoir sur les moniteurs, les écrans pour PC

Besoin d’un moniteur 4K, ultra-large, G-Sync, 30Hz, TN, Quantum dot ? Ce n’est probablement pas le cas, mais il peut être difficile de déterminer ce dont vous avez réellement besoin lorsque vous recherchez un moniteur. Même si vous disposez du moniteur parfait et que vous souhaitez simplement en savoir plus sur la technologie, notre guide est un excellent point de départ pour vos recherches.

  • Résolution : La quantité de pixels disponibles pour afficher une image sur le moniteur, traditionnellement mesurée en hauteur et en largeur.
  • Taille : La taille diagonale, en pouces, de l’écran lui-même.
  • Taux de rafraîchissement (ou fréquence) : combien de fois le moniteur actualise l’image en une seconde. La norme est de 60 Hz, mais elle peut aller jusqu’à 240 / 480Hz.
  • Temps de réponse : La rapidité avec laquelle les pixels changent en fonction des nouvelles informations qui leur sont données – des temps de réponse faibles entraînent des images fantômes et un flou de mouvement. Il est exprimé en milliseconde (ms).
  • IPS : Dans le plan, la commutation offre les meilleures couleurs et d’excellents niveaux de contraste, mais peut souffrir d’une reproduction du noir plus faible. Fabriqués à l’origine par LG, ils possèdent la marque IPS, ce qui signifie que Samsung, et plus récemment AU Optronics, ont dû créer leur propre technologie de type IPS – respectivement de marque Plane to Line Switching (PLS) et Advanced Hyper Viewing Angle (AHVA). Mais les trois offrent essentiellement la même chose.
  • VA : L’alignement vertical est la prochaine étape et constitue en fait une avancée considérable par rapport à TN. Vous obtenez de bien meilleures couleurs et les angles de vision sont également excellents. Les panneaux VA offrent également généralement les meilleurs niveaux de noir, même sur les écrans IPS.
  • TN  : Les panneaux Twisted Nematic sont le type de technologie d’affichage le moins cher et le plus courant et, pour la plupart, cela se voit. Les moniteurs utilisant TN souffrent d’angles de vision médiocres (conduisant à des couleurs étranges si vous n’êtes pas assis directement devant), d’une mauvaise reproduction des couleurs sur l’ensemble du tableau et d’un aspect généralement délavé. Certains, cependant, les préfèrent en raison de leurs taux de rafraîchissement et de temps de réponse plus rapides. Mais ils ont tort.
  • G-Sync : La technologie de synchronisation d’images de Nvidia, qui utilise un matériel propriétaire pour permettre au moniteur et au GPU de se synchroniser parfaitement, n’affichant une nouvelle image qu’une fois que le GPU en a une prête dans la mémoire tampon. Permet aux images d’être parfaitement synchronisées quelle que soit la fréquence d’images, mais ajoute une prime aux moniteurs en raison du module matériel supplémentaire Nvidia.
  • FreeSync : La version non matérielle d’AMD permet au moniteur et au GPU de se synchroniser, une fois de plus n’afficher une nouvelle image que lorsque le GPU en a une prête dans la mémoire tampon. Il est lié à la technologie Adaptive Sync de DisplayPort, ce qui le rend essentiellement gratuit pour les fabricants de moniteurs à ajouter à leurs écrans.
  • sRGB : Norme d’espace colorimétrique utilisée par les professionnels.
  • Adobe RVB : Norme d’espace colorimétrique utilisée par les professionnels.
  • OLED : Les diodes électroluminescentes organiques sont auto-émissives, ce qui signifie que les panneaux ne nécessitent aucun rétroéclairage, ce qui signifie qu’ils peuvent être incroyablement minces. Cela signifie également qu’ils peuvent afficher des écrans presque totalement noirs lorsqu’ils sont allumés, ce qui signifie que, bien qu’ils n’atteignent pas la luminance maximale des autres, ils ont des niveaux de contraste incroyables. Ils peuvent également fournir des temps de rafraîchissement et de réponse très rapides. Ils sont également très difficiles (lire: chers) à produire, il y a donc très peu de fabricants capables de les fabriquer.
  • LCD LED : L’écran à cristaux liquides traditionnel utilise un rétroéclairage composé de nombreuses petites LED pour briller à travers les cristaux et projeter l’image.
    Point quantique: le filtre de points quantiques se trouve au-dessus du panneau, élargissant la gamme de couleurs disponible. Améliore le rétroéclairage en supprimant le besoin de rétroéclairage à LED blanches – produit de meilleures couleurs, un meilleur contraste, une luminosité plus élevée et une consommation d’énergie réduite.
  • Ratio d’aspect : Le rapport hauteur / largeur est la relation entre la largeur et la hauteur et est affiché sous la forme 4: 3 ou 16: 9 pour les rapports hauteur / largeur standard ou grand écran, et 21: 9 pour le rapport hauteur / largeur ultra grand.
  • Ultrawide : Désigne des rapports hauteur / largeur beaucoup plus larges utilisant une largeur accrue, tels que 32: 9 et 21: 9.

Le vocabulaire des alimentations PC

Le bloc d’alimentation est un composant extrêmement discret dans la construction de PC. Il pousse la tension vers les systèmes les plus délicats et les plus complexes, qui peuvent être transformés en presse-papiers coûteux par la moindre surtension. Connaître votre bloc d’alimentation Titanium 80+ peut vous faire économiser de l’argent sur vos factures d’électricité à long terme et éviter une explosion et une catastrophe du système.

  • PSU : power supply unit.
  • Rails : 12V, 5V, 5VSB, 3.3V – les connexions qui alimentent les composants de votre système.
  • Puissance en watts : la consommation électrique totale de votre système doit être comprise dans la puissance maximale de votre bloc d’alimentation. Utilisez une calculatrice de puissance si nécessaire pour le savoir. Plus de puissance sera nécessaire pour l’overclocking, et des blocs d’alimentation de meilleure qualité offriront également une puissance plus stable pour l’overclocking.
  • Cotes d’efficacité 80+ : Les produits avec une cote 80+ peuvent atteindre une efficacité énergétique de 80% à une charge nominale de 20%, 50% et 100%. Le bronze, l’argent, l’or, le platine et le titane améliorent l’efficacité de 80% à 94%.
    Ondulation: petite variation périodique résiduelle indésirable de la sortie CC d’une alimentation, dérivée d’une source CA.
  • Modulaire : tous les câbles peuvent être retirés et attachés selon les besoins, ce qui facilite le rangement des câbles et augmente la circulation de l’air.
  • Semi-modulaire : les câbles qui sont toujours nécessaires dans les configurations régulières sont fixés de façon permanente, seuls les câbles non essentiels peuvent être retirés et rattachés.
  • Non modulaire : tous les câbles disponibles sont connectés à tout moment, le plus souvent sur les blocs d’alimentation économiques.
  • Format de l’alimentation : ATX, SFX, TFX.
  • Type de ventilateur : roulement dynamique fluide, roulement hydrodynamique, roulement à manchon (le plus courant), double roulement à billes.
  • Mode 0 dB sans ventilateur : le ventilateur ne démarre pas jusqu’à ce qu’une certaine charge ou température soit atteinte. Réduit le bruit et l’utilisation du ventilateur.
  • Passive : Une alimentation qui utilise des dissipateurs thermiques plus grands pour déplacer la chaleur au lieu d’utiliser des ventilateurs, ce qui la rend essentiellement silencieuse. Et chaude.

Le glossaire des souris pour PC

Apprenez à connaître votre rongeur grâce à notre guide pratique. Cela ne vaut pas forcément la peine d’acheter une souris laser avec 16 000 DPI simplement parce qu’elle est présentée comme la meilleure par un maître e-sport sponsorisé. Sauf si vous vous faites passer pour un maître de l’e-sport, auquel cas, personne ne vous croira sans une connaissance de qualité de la souris, et c’est là que notre guide entre en jeu.

  • Capteur laser : ces capteurs font rebondir la lumière laser sur une surface pour mesurer la distance parcourue. Il offre des cotes DPI plus élevées et fonctionne sur n’importe quelle surface, mais nécessite une accélération pour traduire le mouvement de l’appareil en mouvement sur l’écran.
  • Capteur optique : un capteur moins cher et plus cohérent, utilisant la lumière infrarouge. Cela signifie qu’ils ont besoin d’un tapis de souris pour une utilisation fiable.
  • DPI / CPI : Points par pouce et compte par pouce, c’est ainsi que la souris mesure avec quelle précision elle peut suivre le mouvement. Certaines souris peuvent changer le DPI à la volée avec des boutons spécifiques.
  • Ambidextre : support interchangeable pour gaucher ou entièrement utilisable hors de la boîte pour les deux mains.
  • Commutateurs : les souris peuvent comporter des commutateurs à clé mécaniques pour une sensation tactile et une réponse améliorées.
  • Griffe : quelqu’un qui tient la souris du bout des doigts et la paume de la main est élevée.
  • Poignée de la paume : quelqu’un qui tient la souris avec sa paume reposant entièrement à l’arrière de la souris.
  • Sans fil 2,4 GHz : connexion sans fil. Offre une connexion plus stable que le Bluetooth seul.
  • Bluetooth : connexion sans fil. Offre une connexion plus courte et moins stable que la radio sans fil, mais peut souvent être connectée à plus d’appareils.
  • Bouton Sniper : bouton de changement rapide de DPI, trouvé sur les souris FPS pour ralentir la sensibilité afin d’améliorer la précision lors de la visée.

Le vocabulaire des claviers pour PC

Embêtez tout le monde avec un seul achat ! Les commutateurs Cherry MX Blue ne cesseront jamais de déranger vos collègues de bureau / de maison. Cependant, si vous aimez réellement les gens, vous voudrez peut-être consulter notre glossaire des termes du clavier pour éviter les interrupteurs à clé les plus bruyants et les plus claquants qui soient. Les claviers mécaniques sont une expérience incroyable par rapport à leurs homologues à membrane, mais il existe de nombreuses fonctionnalités et commutateurs différents. Nous avons compilé une ventilation de tous les termes dont vous aurez besoin pour vous lancer dans votre inévitable quête sans fin du tableau parfait.

  • Mécanique : Un interrupteur physique avec point d’actionnement à la pression d’une touche. Offre éventuellement un retour tactile.
  • Point d’actionnement : C’est le moment pendant le déplacement d’une clé où l’interrupteur est activé et la connexion établie. La quantité de déplacement peut varier considérablement entre les différents types d’interrupteurs.
  • Tactile : touches qui offrent un clic physique lorsqu’elles sont actionnées.
  • Linéaire : touches qui n’offrent aucune rétroaction tactile une fois actionnées. Populaire pour les joueurs.
  • Cherry MX : Un fabricant populaire d’interrupteurs mécaniques.
  • Compact : juste les touches essentielles nécessaires à la saisie.
  • Tenkeyless : Un clavier ordinaire avec le pavé numérique manquant.
  • Surdimensionné : un clavier avec des touches macro.
  • Pass-through USB : un port de concentrateur USB sur le clavier qui agit comme un port USB standard sur PC.
  • Anti-ghosting : le ghosting est lorsque le clavier cesse de reconnaître les pressions sur les touches dans certaines combinaisons, l’anti-ghosting empêche cet effet, bien que le ghosting soit un terme désuet.
  • N-Key rollover : le rollover N-key signifie que toutes les touches peuvent être pressées et reconnues à la fois. 6KRO est généralement suffisant pour les dactylographes les plus rapides.
  • Membrane : Le circuit électrique signale une pression sur les touches à travers une feuille de plastique au lieu de PCB – peut parfois offrir une certaine résistance à l’eau.
  • Dôme en caoutchouc : active un interrupteur avec un dôme en caoutchouc à l’intérieur de chaque touche.
  • Repose-poignet : une fonction ergonomique avec certains claviers, offre un confort amélioré pour les longues sessions de frappe.
  • Touches macro : touches personnalisées programmables.

Le lexique de l’audio

Vous voulez profiter de l’avantage du jeu avec une configuration de son surround complète ? Peut-être que vous venez d’acheter les meilleurs écouteurs du marché et qu’ils sont trop silencieux ? Quoi qu’il en soit, comprendre les termes et les phrases est la première étape pour obtenir votre propre configuration audio idéale.

  • Pilotes : composant du casque qui convertit le signal électrique en son. Plus le pilote est gros, plus la sortie est puissante, mais cela n’équivaut pas nécessairement à une qualité supérieure. La qualité du pilote est essentielle pour créer la meilleure qualité sonore.
  • Amp : amplificateur de puissance utilisé pour pousser une expérience sonore plus forte et meilleure.
  • DAC : convertisseur numérique-analogique, ce matériel convertit le signal numérique en signal analogique et utilise un débit binaire et une qualité sonore plus élevés.
  • Impédance : La réduction de l’impédance réduit la résistance électrique, permettant ainsi des volumes plus élevés et une consommation d’énergie inférieure.
  • Réponse en fréquence : Une plage de fréquences plus large peut faire une différence dans la façon dont le son est ressenti – les basses fréquences ressentiront beaucoup plus de basses – les fréquences plus élevées signifieront que les sons plus nets seront plus audibles.
  • Principe de fonctionnement : les deux options sont fermées et ouvertes. Le dos fermé est le principe le plus couramment utilisé dans les casques de jeu, où l’écouteur est scellé pour empêcher le son de s’échapper. Cela affecte l’audio, le faisant se sentir plus près des oreilles, tandis que les ensembles à dos ouvert offrent un paysage sonore plus naturel mais le son s’échappe. Ceux-ci sont plus largement utilisés dans les studios de son pour la surveillance audio.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *