Actualités / Jeux

L’Invincible demandera beaucoup au public, mais les récompenses pourraient en valoir la peine

L'Invincible demandera beaucoup au public, mais les récompenses pourraient en valoir la peine

^ Restez à l’écoute pour un gameplay en 1080p et des impressions étendues via votre écran vidéo : c’est futuriste !

Dirigé par Starward Industries, qui est un super-groupe de développeurs qui peuvent répertorier des projets aussi estimés que The Witcher 3, Dying Light et Call of Juarez sur leur CV collectif, L’Invincible est un jeu d’aventure basé sur une œuvre de genre acclamée par un célèbre auteur polonais que je n’ai pas lu et vous non plus.

C’est là que commencent et se terminent ses similitudes avec les jeux The Witcher. The Invincible est une œuvre historique de science-fiction dure qui explore les périls de la colonisation de l’espace et la nature même de la vie extraterrestre : les formes qu’elle peut prendre, si nous la reconnaissons et comment nos préjugés peuvent affecter notre prise de décision lorsque nous la rencontrons. . Le jeu du même nom n’est pas une adaptation beat-for-beat du livre, mais une relecture centrée autour d’un nouveau personnage nommé Yasna : une protagoniste féminine qui n’existe pas dans le roman, mais qui a été créée pour le jeu comme une concession au fait que ce n’est plus le milieu des années soixante.

C’est comme entrer dans la couverture d’un vieux roman de science-fiction.

En tant que Yasna, vous recherchez sur la planète Regis III des indices sur ce qui est arrivé à votre ancien équipage, qui est tous mort mystérieusement ici suite à un contact avec… quelque chose. La démo de 45 minutes à laquelle nous avons joué offrait ce qui semble être un premier chapitre du jeu dans lequel Yasna enquête sur une vallée rocheuse parsemée de véhicules abandonnés, d’automates détruits et de cadavres d’astronautes. Des trucs assez sombres dès le départ, mais The Invincible n’est pas un jeu d’horreur, et il n’y a pas de gore excessif ici, ni une seule peur de saut.

Ce qu’il y a, c’est la tension. Une atmosphère inquiétante sur l’endroit où vous êtes constamment pris au piège entre l’appréhension et le désir d’en savoir plus. En tant qu’avatar, Yasna est vêtue d’une combinaison spatiale, et cela se ressent à chaque mouvement : ce n’est pas l’espace Lara Croft, elle est par nécessité lente à gravir les obstacles et maladroite lorsqu’elle fait fonctionner des machines complexes (dont vous ferez beaucoup) sur compte de ses énormes gants spatiaux. Concrètement, cela signifie que si les déchets atteignent le système de recyclage de l’air, vous êtes tout simplement condamné.

Le jeu joue sur ce point le plus taquin : à plus d’une occasion, il y a une scène où chacun de vos instincts d’amateur de jeux vidéo est contrecarré par la combinaison spatiale : il n’y a pas de course ou d’esquive. Espère juste. En plus du sens constant du péril, ce n’est pas une belle planète : c’est un tombeau stérile. Et c’est un univers dans lequel la révolution numérique n’a jamais eu lieu – un cadre « atompunk » tel que décrit par les développeurs.

Il y a une vraie beauté dans la désolation de Régis III.

En pratique, cela signifie un joyeux rétro-futurisme à propos de tout cela, comme entrer dans la couverture illustrée d’un roman de science-fiction classique. Le paysage est jonché de technologies analogiques, de mécanoïdes Robbie le robot et de véhicules antigrav avec toutes les courbes et les fioritures d’une Buick LeSabre de 1960 – c’est presque maladroit et une juxtaposition dure contre la désolation de la planète elle-même.

L’effet global est oppressant, mais pas excessivement : l’envie de percer le mystère de Regis III et le rythme méthodique du gameplay tactile et d’investigation sont suffisants pour fournir une distraction régulière du malaise omniprésent.

Alors, que faites-vous réellement, à part vous balader en vous sentant anxieux ? Eh bien, vous fouinez, regardez des trucs et tripotez des trucs. D’un point de vue gameplay, tout est très basique, et vous êtes pratiquement guidé à chaque étape par la voix désincarnée de votre commandant qui crépite à travers la radio avec une régularité rassurante. Au cours de la démo, nous découvrons divers équipements de l’inventaire permanent de Yasna : des scanners de toutes sortes, pour la plupart, et magnifiquement rendus dans les détails d’époque, avec des écrans à rayons cathodiques déformés, des biseaux chromés et des ampoules à filament. Il a bien sûr la sensation distincte d’un niveau de didacticiel, et nous sommes donc convaincus que le jeu proprement dit aura moins de contrôle sur vos activités. En effet, dans les interviews, les développeurs ont parlé de The Invincible comme d’un récit ramifié mettant l’accent sur le choix du joueur.

La technologie rétro-futuriste plaira aux fans de Fallout.

Dès le début, le jeu vous permet de reconstituer une scène de destruction à partir des lithographies de boîtes noires récupérées d’une arme de char automatisée. Cela transmet de manière experte une lente prise de conscience que le danger qui s’abat sur les âmes dans l’enregistrement est toujours très actif et que vous êtes très en danger. Il y a ici un moment de péril conceptuel qui fonctionne plus profondément que n’importe quelle peur du saut bon marché, et c’est un témoignage de l’efficacité de la stimulation patiente : si vous faites confiance au public pour ne pas avoir besoin d’un flux constant d’action, vous pouvez le récompenser avec des , des moments subtils qui resteront avec eux pendant des jours, des semaines, des années même.

Il est clair que les développeurs aiment et comprennent ce que signifie la science-fiction dure, et n’ont pas peur de traduire la confiance et le respect caractéristiques du genre pour le public dans un jeu qui laisse respirer les moments, et oblige même le joueur à s’arrêter un moment et à prendre dans certains dialogues. Vous pourriez lire cela comme une façon détournée de dire que cela pourrait finir par être un peu ennuyeux et, eh bien, c’est une possibilité réelle pour une grande partie de la base d’utilisateurs, et un piège du genre : les grandes idées complexes ont besoin d’espace pour être grandes et complexe.

C’est comme cet épisode de Doctor Who innit. Non, le bon. Non, l’autre bon. C’est ça, ouais. Non, vous vous trompez, Catherine Tate était bonne dedans ! Elle était! Oh ferme la.

Ce ne sera donc pas pour tout le monde. Mais son ambition est indéniable : un jeu exclusif de nouvelle génération qui vise à donner au médium sa propre Andromeda Strain ou Solaris, sans compromettre la vision pour accélérer inutilement le rythme.


The Invincible devrait sortir l’année prochaine sur PS5, Xbox Series X|S et PC

Noter cet article

Articles en lien