Nintendo

Critique : Bush Hockey League (Nintendo Switch)

bushhockeyleague-splash-jpg

C’est difficile de faire un bon match de hockey. Cela peut être vrai pour toutes les simulations sportives (autres que le golf), mais je suis confiant dans cette affirmation car les simulations de hockey sont celles auxquelles je joue réellement – tout, de Super Pro Hockey sur Intellivision à Stinger Table Hockey sur iPad à NHL 22 sur la PS4 de mes enfants.

La question la plus importante est de savoir s’il faut opter pour un gameplay d’arcade facilement accessible et orienté vers l’action ou utiliser un système de contrôle complexe qui recrée plus précisément les diverses compétences des joueurs de hockey professionnels.

Bush Hockey League fait un peu des deux, ce qui n’est pas rare. Le jeu propose trois schémas de contrôle pour les jeux offensifs et défensifs, vous permettant de vous lancer instantanément dans le jeu tout en vous permettant de vous développer au fur et à mesure que vous apprenez ses nuances. Malheureusement, il y a des problèmes qui surgissent quelle que soit la méthode que vous utilisez.

Avant d’en arriver là, cependant, il y a certaines choses que la Bush Hockey League fait bien. Comme le laisse entendre le titre, il n’y a rien de fastueux dans ce jeu. C’est censé avoir l’air et se sentir presque illégal, ce que le hockey des ligues mineures des années 70 aurait peut-être dû être. Les arènes sont petites. Les noms d’équipe fictifs sont plus une question de fierté civique que de merchandising. Les joueurs ne portent pas de casque. Les vols sont nombreux.

Le dévouement à l’époque va encore plus loin, car le jeu est conçu pour donner l’impression que vous le regardez sur la télévision de vos grands-parents (ou, dans mon cas, de vos parents). Mieux encore, la vidéo d’introduction est réglée sur « The Hockey Song » de Stompin’ Tom Conner, qui est derrière seulement « Centerfield » de John Fogerty et « Basketball » de Kurtis Blow comme la meilleure chanson de sport jamais écrite (en supposant que nous n’incluons pas Queen’s  » Le combat de football » dans cette conversation).

Si seulement ce dévouement à l’esthétique se répercutait sur le gameplay réel. Il y a un mode d’exposition qui vous permet d’entrer directement dans l’action après qu’un didacticiel vous donne les bases de l’arsenal complet de mouvements de hockey à votre disposition. Le passage à un schéma de contrôle différent supprime certains de ces mouvements, car plus vous voulez de contrôle, plus les entrées de bouton sont compliquées. Malheureusement, l’IA du joueur dans le jeu est « Qu’est-ce que tu fous ? » stupide, vous voudrez donc autant de contrôle que possible (ou un jeu coopératif local avec un deuxième joueur). Et quelle que soit la méthode que vous utilisez, l’action semble quelque peu maladroite et inexacte.

L’IA des gardiens de but est tout aussi horrible. Lors de mon premier match, l’adversaire a marqué sur ses trois premiers tirs au but. Lorsque les tirs sont bloqués, le gardien de but a tendance à renvoyer la rondelle directement aux joueurs de l’équipe adverse. Comment un débutant est-il censé être compétitif ? Est-ce le point? C’est en mode histoire, où le but est de sauver une franchise naissante en l’amenant au championnat. Votre équipe est terrible au départ, sans aucune chance statistique de gagner ; vos joueurs n’ont pas les compétences des joueurs des équipes adverses. A vous d’obtenir ces compétences en complétant certains objectifs au cours des parties. En théorie, je pense que c’est fantastique. On ne s’attend pas à ce que vous gagniez; on s’attend à ce que vous vous amélioriez. C’est un bon moyen de vous habituer au système et d’améliorer votre connaissance du jeu (même si le sens du hockey de vos coéquipiers IA n’avance jamais vraiment au-delà du brouhaha.

Cependant, les objectifs sont souvent frustrants à remplir pour des raisons techniques. Par exemple, il est déjà assez difficile de marquer des buts, et se voir attribuer des points spécifiques à partir desquels marquer est encore plus difficile. Mais ajoutez la difficulté du jeu pour un placement précis des joueurs, et il vous faudra peut-être plusieurs parties pour finalement atteindre un objectif. Cela rend le jeu fastidieux, ce que le hockey n’est certainement pas.

Avec le nom « Bush League », vous pouvez également vous attendre à des combats. Ils font vraiment partie de ce jeu, avec des méthodes spécifiques pour les provoquer. J’apprécie davantage un bon combat de hockey, alors ces jours-ci où les joueurs sont tellement rembourrés qu’il est presque impossible de faire des dégâts. Ils étaient plus brutaux à l’époque sans casque de ce jeu, bien sûr, il est donc un peu surprenant que les mécanismes de combat soient un peu ennuyeux. Il n’y a pas beaucoup de finesse chez eux. Cependant, vous voudrez vous perfectionner car les combats peuvent blesser les joueurs et les retirer du jeu.

En parlant de cela, tous les joueurs ont des forces et des faiblesses variables qui sont affectées par le temps de glace. Vous devrez faire pivoter vos lignes afin de garder tout le monde frais. Votre crétin le plus fort ne gagnera pas de combats et votre meilleur tireur ne marquera pas de buts s’il est fatigué. Mais encore une fois, est-ce trop difficile à gérer dans un jeu qui est censé être plus axé sur l’action que sur la simulation ?

Enfin, il y a un problème certain avec les temps de chargement. Les jeux prennent bien plus d’une minute pour démarrer, ce qui est plus que suffisant pour tuer l’excitation d’une fête de jeu. C’est dommage, car Bush Hockey League permet jusqu’à quatre joueurs en mode local (pas de multijoueur en ligne). Il y a certainement du plaisir à avoir si vous pouvez mettre trois amis au courant du schéma de contrôle. Les faire attendre si longtemps pour entrer dans un jeu est donc un problème que j’espère que les développeurs pourront corriger avec une future mise à jour.

Si vous êtes un fan de hockey qui déplore l’absence d’une carte SIM compatible avec Switch, Bush Hockey League peut répondre à ce besoin. L’action n’est pas si géniale, mais qu’attendez-vous ? Ce sont les mineurs. Indépendamment du fait que ce soit intentionnel, le gameplay et l’apparence dépendent davantage de l’attitude que de la qualité du jeu. Acceptez cela et vous pourrez passer une soirée de hockey amusante au (ou à l’extérieur) du Canada. Si vous préférez plus de polissage et de brillance, vous devrez continuer à attendre.

Noter cet article

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.